Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Dépistage des cancers cutanés en médecine générale : analyse des pratiques, des besoins et des difficultés rencontrées - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.229 
B. Halioua 1, , B. Houta 2, M. Tibi 3, P. Wolkenstein 4, O. Chosidow 4
1 Institut Alfred-Fournier, France 
2 Cabinet médecine générale, Paris, France 
3 Cabinet médecine générale, Les Lilas, France 
4 Hôpital Henri-Mondor, Créteil, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

En Europe, les médecins généralistes (MG) jouent un rôle de plus en plus important dans le dépistage précoce des Cancers Cutanés et des lésions pré-cancéreuses (CCP). L’objectif de notre étude était d’évaluer l’importance de cette activité spécifique, la fréquence du recours à un avis dermatologique et les besoins de formation en cancérologie cutanée.

Matériel et méthodes

Enquête descriptive et transversale réalisée en 2012 auprès d’un échantillon aléatoire de 400 médecins généralistes (MG) exerçant en secteur libéral dans le Val-de-Marne. Il a été adressé un questionnaire par courrier, construit par une équipe de 3 médecins et testé au préalable sur un groupe de 7 MG évaluant :

– la pratique du dépistage précoce des CCP par les MG ;

– les besoins en formation complémentaire des MG pour le dépistage précoce des CCP.

Résultats

Cent quarante MG (35 %) ont répondu au questionnaire ; 119 (85 %) estimaient que l’activité dermatologique global représentait moins de 15 % de leur activité globale ; 74 (52,8 %) déclaraient réaliser un examen cutané systématique de dépistage annuel des CCP chez chacun de leur patient. Les trois principaux empêchements à la réalisation du dépistage précoce des CCP étaient la difficulté de reconnaissance des lésions (40,7 %), le manque de temps (37,2 %) et la difficulté à déterminer les patients à risque (15 %). Le dépistage précoce des mélanomes posait plus souvent des difficultés que celui des cancers cutanés épithéliaux et des kératoses actiniques. Les MG déclaraient avoir adressé à un dermatologue moyenne 21,4 CCP par an. Le recours au dermatologue était envisagé en cas de tumeur noire dans 45,4 % des cas, de kératoses actiniques dans 31,7 % des cas et de cancers cutanés épithéliaux dans 22,9 % des cas ; 125 (89,3 %) MG déclaraient avoir participé à une FMC en général. Parmi eux, 45(32 %) avaient participé à une formation spécifique sur le dépistage en cancérologie cutanée ; 90 MG ont donné leurs raisons de non-participation à une FMC de cancérologie cutanée.

Discussion

Cet état des lieux a permis d’évaluer les difficultés rencontrées par les MG et leurs besoins en formation dans le champ spécifique de l’onco-dermatologie. L’implication des MG dans les programmes de dépistage précoce des CCP devrait se majorer compte tenu de la baisse du nombre de dermatologues, du vieillissement de la population française et de l’incidence croissante de l’ensemble des tumeurs cutanées. La Dermatologie française devrait se mobiliser pour organiser une formation aux CCP adaptée aux besoins des MG afin d’améliorer la qualité des soins de la population dans un contexte de santé publique et de pénurie à venir de l’offre dermatologique de soins primaires.

Conclusion

Les MG sont des acteurs incontournables dans la prévention primaire et secondaires des CCP ce qui justifie la mise en place de programmes de FMC en coordination étroite avec les dermatologues.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Cancers cutanés, Dépistage, Médecins généralistes


Plan


 Iconographie disponible sur CD et Internet.


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S324-S325 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les métastases cutanées des cancers profonds : une revue de 27 ans
  • G. Amani, A. Gharbi, S. Mokni, I. Zaraa, S. Trojett, D. El Ech, M. Mokni, Sondes TROJJET
| Article suivant Article suivant
  • Wrapping au 5FU de champs de cancérisation chez 23 patients
  • L. Peuvrel, M. Saint-Jean, G. Quéreux, A. Brocard, B. Dréno

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.