Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Place du laser colorant pulsé dans la prise en charge des cicatrices postopératoires. Expérience du service de dermatologie au CHU de Fès - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.247 
F.Z. Debbarh , H. Baybay, S. Gallouj, F.Z. Mernissi
 Dermatologie, CHU de Fès, Fès, Maroc 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Le laser colorant pulsé (LCP) a prouvé son intérêt dans le traitement des cicatrices récentes. Le but de notre travail est d’étudier ĺapport du LCP dans le traitement des cicatrices postopératoires dans notre population.

Patients et méthodes

Une étude prospective était menée dans le service de dermatologie du CHU de Fès ; elle s’étalait sur 2ans avec recul de 1 an. Ont été inclus les patients présentant une cicatrice iatrogène, pris en charge par LCP immédiatement ou au bout de 1 mois au plus tard. Les chéloïdes et les cicatrices secondaires à une dermatose inflammatoire ont été exclues. Tous les malades avaient une consultation préalable à la séance de laser. Le principe utilisé était celui de la photocoagulation. L’amélioration a été jugée sur le score de Vancouver avant la séance et 1 mois après chaque séance.

Résultats

Trente-cinq cas ont été étudiés. L’âge moyen était 28ans, avec un sex-ratio H/F de 0,6. Soixante-cinq pour cent des malades étaient de phototype IV. Une seule séance était nécessaire pour 10 patients ; 2 séances pour 16 patients ; 3 séances pour 4 patients et 4 séances pour 5 patients. L’intervalle entre la réalisation de la cicatrice et la première séance de LCP était de 4jours dans 60 % des cas. Le score de Vancouver s’améliorait dans 68 % des cas (66 % lorsque la séance était réalisée dans les 4 premiers jours) ; il était stationnaire dans 17 % des cas ; 15 % des patients étaient perdus de vue. L’amélioration portait sur l’érythème dans 35 % des cas ; la souplesse dans 13 % des cas et la pigmentation dans 4 % des cas. Les effets secondaires étaient l’hypertrichose réversible dans un 1 cas. Aucun cas de dyschromie n’était noté.

Discussion

Le LCP est efficace sur les cicatrices érythémateuses persistantes, hypertrophiques inflammatoires, douloureuses, indurées ainsi que sur les télangiectasies péri-cicatricielles. Il agit sur la néovascularisation par destruction sélective des petits vaisseaux alimentant les fibroblastes de la cicatrice. Une étude récente a montré que la diminution de l’expression de TGF bêta dans les cicatrices entraîne une baisse de prolifération des fibroblastes et de dépôt de collagène. Les paramètres utilisés sont discutés ; une étude prospective comparant les paramètres purpuriques (1,5 ms) et non purpuriques (6 à 10 ms) avec la même fluence a montré de meilleurs résultats dans le groupe sans purpura ; la photo-coagulation étant plus efficace que la photo-thermolyse ; ce principe a été utilisé dans notre série. Le temps idéal pour démarrer le traitement n’est pas encore établi. Plus le traitement était débuté précocement chez nos malades, meilleur était le résultat. Aucun cas de dyschromie n’a été observé grâce au froid adapté au phototype de nos patients. L’hypertrichose secondaire est rapportée mais exceptionnelle et réversible.

Conclusion

Le LCP a permis une amélioration esthétique et fonctionnelle de la cicatrice et une amélioration de la qualité de vie chez notre population marocaine.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Cicatrice, Laser colorant, Vancouver


Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S332-S333 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Modalités de réparation chirurgicale des pertes de substance jugales après exérèse de mélanomes de Dubreuilh : étude rétrospective
  • J. Ofaiche, A. Pham-Ledard, P. Guillot, I. Peyrot, M. Beylot-Barry, O. Cogrel
| Article suivant Article suivant
  • Pemphigoïde bulleuse du nourrisson : à propos de 2 cas très atypiques
  • H. Taquin, C. Chiaverini, J.P. Lacour

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.