Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Dermatoses iatrogènes : étude prospective chez les prématurés de moins de 33 semaines d’aménorrhée du CHRU de Besançon - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.262 
B. Roche Kubler 1, , A.-S. Mariet 2, G. Thiriez 3, F. Aubin 1, P. Humbert 1, E. Puzenat 1
1 Dermatologie, CHRU de Besançon, Besançon, France 
2 Centre de méthodologie clinique, CHRU de Besançon, Besançon, France 
3 Réanimation pédiatrique, CHRU de Besançon, Besançon, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Les progrès de la néonatologie ont permis ces dernières années d’améliorer le pronostic des enfants prématurés avec cependant la nécessité de soins intensifs sources de iatrogénie cutanée. Le but de notre travail était d’évaluer le taux d’évènements iatrogènes cutanés chez les prématurés de moins de 33semaines d’aménorrhée hospitalisés dans les services du CHRU de Besançon et de décrire les facteurs associés à la survenue de ces événements.

Patients et méthodes

Il s’agissait d’une étude prospective, menée dans les services de réanimation infantile et de néonatologie du CHRU de Besançon de mai 2011 à avril 2012.

Résultats

Durant la période de l’étude, 113 nouveau-nés ont été inclus. Vingt-six événements iatrogènes cutanés ont été répertoriés ayant concerné 19 enfants, soit 16,8 % de la population concernée : neuf liés aux méthodes de ventilation, six à l’utilisation de cathéters intraveineux, cinq dus aux électrodes, deux escarres, deux en lien avec l’accouchement, un dû aux produits désinfectants et un aux pansements. Le facteur de risque principal était le faible poids de naissance (p=0,016). La grande prématurité, la durée de ventilation augmentaient le risque mais de façon non significative. Le taux de décès était plus important chez les enfants avec évènements iatrogènes mais la différence n’était pas significative. La durée du séjour n’était pas différente qu’un évènement iatrogène soit survenu ou non.

Discussion

Peu d’études à ce jour se sont intéressées à ce type de iatrogénie. La plus importante et la plus récente est l’étude française prospective d’I. Ligi réalisée en 2005 au CHRU de Marseille. Parmi tous les évènements iatrogènes recensés, ceux concernant la peau étaient les plus nombreux, touchant 24 % des 388 enfants hospitalisés. Plusieurs facteurs étaient associés à l’augmentation des taux d’événements iatrogènes. Les enfants ayant une grande prématurité, une hypotrophie, un faible poids de naissance étaient plus à risque de iatrogénie cutanée, du fait d’une peau très immature, de manœuvres diagnostiques et thérapeutiques invasives. Dans notre étude, on observe la même tendance même si nos résultats ne sont pas significatifs sauf pour le petit poids de naissance (p=0,016).

Conclusion

La fréquence des événements iatrogènes cutanés est élevée dans un service hospitalier habitué à gérer des enfants en situation de grande prématurité. La connaissance de ce type de iatrogénie, de sa fréquence et de ses caractéristiques permet de contribuer à l’amélioration de la qualité des soins.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Iatrogénie, Monitoring, Néonatologie, Prématurité, Soins de peau


Plan


 Iconographie disponible sur CD et Internet.


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S339-S340 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Pachydermodactylie : une entité sous-diagnostiquée. À propos de 3 cas et revue de la littérature
  • C. Méni, S. Leclerc-Mercier, O. Boccara, S. Hadj-Rabia, S. Fraitag, C. Bodemer
| Article suivant Article suivant
  • Pelades sévères de l’enfant traitées par méthotrexate : suivi à long terme
  • P. Lucas, M. Royer, S. Barbarot, C. Bodemer, P. Vabres, C. Pajot, C. Paul, J. Mazereeuw

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.