Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Chéilite fissuraire en quadrant d’horloge : un signe précoce d’anomalie de la desmoplakine - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.272 
C. Uthurriague 1, , F. Morice-Picard 2, V. Fressart 3, K. Ezzedine 1, F. Boralevi 1
1 Unité de dermatologie pédiatrique, CHU de Bordeaux, Bordeaux 
2 Service de génétique, CHU de Bordeaux, Bordeaux 
3 Service de génétique, groupe hospitalier La Pitié-Salpetrière, Paris, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La survenue d’une perlèche et de blépharite dans les premières semaines de vie peut faire évoquer une infection transitoire bactérienne ou fongique, s’inscrivant parfois dans le cadre d’un déficit immunitaire voire d’une acrodermatite entéropathique.

Nous rapportons le cas d’une enfant ayant présenté pendant plus d’un an des lésions récidivantes buccales (perlèche, fissures labiales, érosions péribuccales) et palpébrales sans qu’un diagnostic certain n’ait pu être posé avant que n’apparaissent progressivement des anomalies pilaires puis une kératodermie palmo-plantaire (KPP) orientant vers une anomalie des desmosomes (syndrome de CARVAJAL/NAXOS).

Observations

La première enfant d’un couple non consanguin, née à terme, présentait dès le deuxième jour de vie des lésions labiales et péribuccales associées à un écoulement conjonctival et une blépharite. Une acrodermatite entéropathique et un déficit immunitaire étaient initialement évoqués. Un taux d’IgA bas ainsi qu’un zinc érythrocytaire au tiers de la norme étaient mis en évidence. La supplémentation en zinc ne modifiait pas la symptomatologie. Après une hypotrichose considérée comme physiologique au cours des premiers mois, apparaissait progressivement une dysplasie pilaire diffuse avec un aspect de « cheveux laineux ». À l’âge d’un an, apparaissait une KPP prédominant sur les zones d’appuis. Ces nouvelles manifestations faisaient évoquer une pathologie des desmosomes. L’analyse génétique mettait évidence une mutation non sens hétérozygote dans l’exon 23 du gène codant la desmoplakine (DSP) (c.5212C>T ; p.Arg 1738X.). Aucune mutation n’était identifiée dans le gène codant la plakoglobine (JUP). L’exploration cardiaque était normale.

Discussion

La desmoplakine est une des protéines de la plaque desmosomale impliquée dans les jonctions intercellulaires. Des mutations de DSP codant la desmoplakine, ont été associées à des affections dominantes (KPP striées isolées ou cardiomyopathie isolée), ou récessives avec la forme décrite en 1998 par Carvajal-Huerta associant KPP, cheveux laineux et cardiomyopathie dilatée chez des patients d’Equateur. Des mutations hétérozygotes composites ont aussi été associées à un syndrome fragilité cutanée/cheveux laineux. Les signes cliniques associés aux mutations de DSP semblent varier selon leur type et leur localisation. Les lésions péribuccales ont rarement été décrites. L’atteinte à type de chéilite fissuraire était originale chez cette enfant et pourrait être un signe précoce d’anomalie de la desmoplakine.

La mutation identifiée dans ce cas n’a jamais été rapportée, une seconde mutation non détectée est donc possible. Des analyses complémentaires sont en cours chez Mailys et ses parents.

Conclusion

La chéilite fissuraire pourrait donc être un signe précoce d’anomalie de la desmoplakine. L’importance de la reconnaissance de cette pathologie tient au fait que l’atteinte cutanée précède l’atteinte cardiaque qui fait le pronostic.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Chéilite fissuraire, Desmoplakine, Syndrome de Carvajal/Naxos


Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S344-S345 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Attention aux radiations ionisantes, cofacteurs de la carcinogenèse cutanée au cours du syndrome de Gorlin
  • E. Bourrat, A. Salhi, S. Leclerc-Mercier, F. Oughanem, F. Boukendakdji, B. Cavelier-Balloy
| Article suivant Article suivant
  • Syndrome polymalformatif associé à un sclérème néonatal
  • F. Al Saif, P. Joly, X. Balguerie, A.M. Guerrot, P. Courville

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.