Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Dépister la dénutrition protéino-énergétique en dermatologie hospitalière - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.313 
A. Flandre 1, C. Massardier 2, J. Roussel 2, V. Attalin 2, B. Guillot 1, A. Avignon 2, A. Du Thanh 1,
1 Dermatologie, hôpital Saint-Eloi, CHU de Montpellier, Montpellier, France 
2 Département endocrinologie-diabétologie-nutrition, CHU de Montpellier, Montpellier, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La dénutrition protéino-énergétique (DPE) est une comorbidité associée à de nombreuses pathologies. Plus particulièrement, en dermatologie, il a été montré que le statut nutritionnel est un facteur prédictif dans la prise en charge des ulcères veineux et des escarres. Les complications de la dénutrition comme les surinfections ou l’apparition d’un déficit immunitaire conduisent fréquemment à une augmentation de la durée d’hospitalisation. Cependant, la prévalence de la dénutrition dans un service hospitalier de dermatologie reste incertaine.

Observations

Notre étude consistait à mesurer la prévalence de la DPE dans un service d’hospitalisation complète de dermatologie de CHU entre janvier et mars 2014. Les patients inclus étaient les patients hospitalisés pour une durée de plus de 3jours hors soins palliatifs. Pour diagnostiquer la dénutrition, les critères de l’Anaes 2003 ont été utilisés chez les patients de moins de 70ans, et ceux de l’HAS 2007 pour les patients de plus de 70ans.

Résultats

Notre échantillon était constitué de 126 patients d’un âge moyen de 61ans constitué autant d’hommes que de femmes. Les affections les plus représentées étaient : eczémas et psoriasis (23 %), ulcères de jambe (20 %), infections cutanées (14,3 %), érythrodermie/pemphigoïde bulleuse/ichtyoses (9,5 %), dermatoses avec atteinte muqueuse (lichen, pemphigus, 4,8 %). Cinquante et un pour cent des patients n’étaient pas dénutris, 23 % étaient à risque de dénutrition et 26 % était dénutris. Plus particulièrement, chez les patients entrant pour prise en charge d’un ulcère, 50 % étaient dénutris et 20 % étaient à risque de l’être. La moyenne d’âge était de 51ans chez les patients non dénutris, 62ans chez les patients à risque et 81ans chez les patients dénutris. Le diagnostic de dénutrition a été posé dans 29 % des cas sur l’indice de masse corporelle (IMC), dans 32 % sur le pourcentage de perte de poids, dans 14 % sur l’albuminémie et dans 25 % sur les résultats du Mini Nutritional Assessment (MNA-SF®).

Discussion

Cette étude évalue la prévalence de la DPE dans un département d’hospitalisation complète de dermatologie et son lien avec l’âge des patients. Cette proportion monte à 70 % chez les patients hospitalisés pour ulcère. Il existe une forte association entre l’âge des patients et la dénutrition. Enfin, l’étude montre que des marqueurs simples, utilisables en pratique clinique, comme l’IMC, le pourcentage de perte de poids ou l’albuminémie permettent de diagnostiquer facilement la dénutrition.

Conclusion

Dans un département d’hospitalisation complète de dermatologie de 18 lits, l’IMC, le % de perte de poids, l’albuminémie et le MNA ont permis de diagnostiquer une dénutrition ou un risque de dénutrition chez 49 % des patients. Ce risque, qui augmente avec l’âge et maximal en cas d’ulcère est à prendre en compte en hospitalisation de Dermatologie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Dénutrition, Dépistage, Service hospitalier


Plan


 Iconographie disponible sur CD et Internet.


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S364 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Avis dermatologiques à distance : enquête interrégionale
  • A.M. Tesnière, P. Leloup, G. Quereux, H. Maillard, S. Pédailles, S. Kerever, M.-T. Leccia, A. Dompmartin
| Article suivant Article suivant
  • Facteurs influençant la durée moyenne de séjour dans un service de dermatologie. Étude rétrospective au CHU d’Amiens
  • F. Dhaille, G. Chaby, A. Bernardy-Prud’homme, E. Lewandowski, C. Lok

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.