Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Xanthomes tubéreux de présentation spectaculaire révélant une hypercholestérolémie familiale homozygote - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.351 
H. Rachadi , I. Ramli, H. Amarouch, J. Bouhalab, L. Berbich, K. Senouci, B. Hassam, N. Ismaili
 Service dermatologie, CHU Ibn Sina, Rabat, Maroc 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les xanthomes tubéreux sont des lésions nodulaires, fermes, indolores. Ils s’observent chez les patients atteints d’hyperlipidémie. Nous rapportons le cas d’un enfant chez qui des xanthomes tubéreux multiples révélaient une hypercholestérolémie familiale.

Observations

Une fille de 10ans présentait depuis 2ans des lésions papuleuses de couleur jaunâtre, augmentant progressivement de taille au niveau des fesses, des coudes et des genoux sans autre signe cutané ni systémique. Elle était issue de parents consanguins au premier degré. Il s’agissait de multiples lésions papulo-nodulaires et tumorales, symétriques, des fesses, des genoux et des coudes. La biopsie cutanée montrait une lésion nodulaire faite de cellules histiocytaires spumeuses xanthomateuses et de quelques cellules multinucléées de type « Touton » confirmant le diagnostic de xanthome. Le bilan lipidique montrait des taux très élevés de cholestérol total (7,04g/L), de cholestérol-LDL (6,67g/L) et des apoprotéines B (5,17g/L) ; le cholestérol-HDL était diminué (0,19g/L) ainsi que les apoprotéines A (0,69g/L). La radiographie thoracique, l’ECG, l’échographie cardiaque et l’écho-doppler des vaisseaux du cou et des membres étaient normaux. Les taux très élevés de cholestérol-LDL, la présence de xanthomes cutanés depuis l’âge de 8ans et l’absence d’autre anomalie, faisaient évoquer, chez cette enfant, une forme homozygote d’hypercholestérolémie familiale. La malade était prise en charge par des mesures hygiéno-diététiques associées à un traitement par statines (simvastatine 20mg/j).

Discussion

L’hypercholestérolémie familiale est une variété rare d’hyperlipoliprotéinémie primaire de transmission autosomique dominante. La forme homozygote est encore très rare, avec une fréquence de un cas par million de naissances. Elle est caractérisée par la survenue des xanthomes cutanés apparaissant dès la première décennie et même parfois présents à la naissance. Ils siègent surtout dans la région fessière et sur les faces d’extension des coudes et des genoux. Les taux de cholestérol-LDL sont très élevés dès la naissance. Les principales complications sont coronariennes, plus rarement vasculaires cérébrales et artérielles périphériques. L’âge moyen de la première crise d’angor se situant vers 11ans, et l’espérance de vie ne dépassant pas 20ans en l’absence de traitement. Le traitement médical associé au régime alimentaire adapté s’avère généralement insuffisant chez les patients homozygotes. Le traitement de choix est représenté actuellement par les LDL-aphérèses.

Conclusion

Les xanthomatoses liées à une hypercholéstérolomie familiale homozygote sont très rares. Cette dernière peut entraver la vie des patients du fait de ses complications notamment coronariennes malgré un traitement médical bien conduit. La thérapie génique pourrait être un traitement de choix dans le futur.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Dyslipidémie, Hypercholestérolémie familiale homozygote, Xanthomes tubéreux


Plan


 Iconographie disponible sur CD et Internet.


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S382 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Coexistence d’une acné fulminante et d’une hidrosadénite suppurée : syndrome ASH, une nouvelle entité ?
  • S. Duchatelet, S. Miskinyte, M. Delage, O. Join-Lambert, H. Coignard, O. Lortholary, X. Nassif, A. Hovnanian, A.S. Nassif
| Article suivant Article suivant
  • Atrichie avec lésions papuleuses : un diagnostic différentiel de la pelade à ne pas méconnaître
  • F. Caux, S. Wolf, V. Lemaire-Lutran, A. Lévy, A. Guyot, R. Betz, L. Laroche

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.