Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

La cellule d’origine du lymphome cutané B diffus à grandes cellules de type jambe : un lymphocyte B mature, post centre germinatif - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.369 
A. Pham-Ledard 1, 2, , M. Prochazkova-Carlotti 1, M. Deveza 3, M. Beylot-Barry 1, 2, B. Vergier 1, 4, M. Parrens 5, 6, J.-P. Merlio 1, 7, J. Feuillard 3, N. Gachard 3
1 EA2406, histologie et pathologie moléculaire des tumeurs, université de Bordeaux, Bordeaux, France 
2 Service de dermatologie, CHU de Bordeaux, Pessac, France 
3 UMR CNRS 7276, contrôle de la réponse immune B et lymphoproliférations, Limoges, France 
4 Service de pathologie, CHU de Bordeaux, Bordeaux, France 
5 Service de pathologie, CHU de Bordeaux, Pessac, France 
6 EA2406, histologie et pathologie moléculaire des tumeurs, CHU de Bordeaux, Bordeaux, France 
7 Tumorothèque et service de biologie des tumeurs, CHU de Bordeaux, Pessac, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le profil d’expression immunohistochimique BCL2+ MUM1+ BCL6– du lymphome B diffus à grandes cellules de type jambe (LBDGC-TJ) suggère une cellule d’origine post centre germinatif. La maturation du lymphocyte B étant « imprimée » au cours de l’immunopoièse sur la séquence des gènes des immunoglobulines (Ig), nous avons étudié la structure et la séquence de la partie variable de ces gènes (chaîne lourde: IGHV, et chaînes légères : IGLV et IGKV), ainsi que l’expression des Ig membranaires (M, D, A, G).

Matériel et Méthodes

Dix-sept LBDGC-TJ étaient inclus rétrospectivement. L’analyse de clonalité était effectuée sur l’ADN extrait des biopsies cutanées congelées par PCR BIOMED2. Les fragments comportant le réarrangement VDJ étaient découpés puis purifiés et séquencés (méthode de Sanger). La séquence fonctionnelle était alignée avec la contrepartie normale la plus proche sur une base de données. Le pourcentage d’homologie entre la séquence tumorale et normale était ensuite calculé. La pression de sélection antigénique était évaluée grâce au modèle multinomial de Lossos. L’expression des Ig de surface était analysée sur coupes par immunofluorescence et immunohistochimie.

Résultats

Quatorze cas étaient informatifs avec une séquence monoclonale fonctionnelle séquencée pour IGHV (9 cas), IGLV (2 cas) ou IGKV (3 cas). L’analyse du répertoire montrait une sur-représentation des gènes IGHV3 (70 %) et IGVH4 (30 %). Le taux de mutations était important (>5 %, médiane 15,5 %) dans tous les cas sauf un. Des signes de pression de sélection étaient présents dans 11 cas sur 12 analysables (92 %). Cette pression de sélection était le plus souvent négative (75 %). Il n’existait pas de diversité intra-clonale sur les 2 cas analysés. L’immunoglobuline de surface était de type IgM dans 11/11 cas, avec co-expression IgD dans un cas.

Discussion

Le fort taux de mutation mais le maintien de séquences fonctionnelles suggère que la cellule d’origine a subi le phénomène d’hypermutation somatique au niveau de la zone sombre du centre germinatif et qu’elle a été sélectionnée à partir de son BCR. Cette sélection semble rarement induite par un antigène (stigmates de sélection positive seulement dans 25 % des cas, absence de motif canonique sur les régions CDR3). L’absence de diversité intra-clonale pourrait signifier que la cellule est devenue tumorale après l’hypermutation somatique et donc après son passage dans le centre germinatif.

Conclusion

L’analyse de la structure et de la séquence des gènes IGHV, IGKV, ou IGLV dans les LBDGC-TJ montre que la cellule d’origine pourrait être un lymphocyte B mature, devenu tumoral après un ou plusieurs passages dans le centre germinatif. L’expression majoritaire d’une IgM et l’absence de marqueurs plasmocytaires suggèrent qu’il pourrait s’agir d’un lymphocyte B mémoire, qui n’aurait pas effectué ou pas pu réaliser la commutation isotypique.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Immunoglobuline, Lymphome B cutané à grande cellule type membre inférieur, Réarrangement BCR, Séquençage


Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S391 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Index
| Article suivant Article suivant
  • Lymphoproliférations B cutanées : étude rétrospective d’une série de 48 cas et évolution au long cours
  • E. Levy, B. Cribier, D. Lipsker

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.