Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Une lésion d’évolution initialement indolente puis fulminante - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.374 
J.M. Hardy 1, , C. Paul 1, C. Pauwels 1, L. Lamant 2, R. Viraben 1, J. Hautier-Mazereeuw 1, N. Meyer 1, C. Alberto 1, E. Serano 3, L. Oberic 4, L. Ysebaert 4, C. Recher 4, C. Bulai Livideanu 1
1 Service de dermatologie, université Paul-Sabatier, CHU de Toulouse, Toulouse, France 
2 Anatomie pathologique, Oncopôle IUC, Toulouse, France 
3 ORL, CHU de Toulouse, Toulouse, France 
4 Hématologie, Oncopôle IUC, Toulouse, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

L’atteinte cutanée du lymphome à cellules NK/T de type nasal est rare et sa présentation la plus classique est celle de nodules sous-cutanés à croissance rapide. Nous rapportons un cas de lymphome cutané NK/T de type nasal extranasal de présentation clinique initiale atypique.

Observations

Une femme de 40ans, présentant comme seul antécédent dermatologique une rosacée de stade I, était hospitalisée dans notre service fin avril pour bilan d’une lésion du visage évoluant depuis juillet 2013. La lésion initiale était celle d’une macule pigmentée indolore de 0,5cm traitée par crème dépigmentante. Les suites immédiates avaient été marquées par l’apparition d’une plaque érythémateuse centimétrique d’extension progressive. Cette lésion était résistante à la fois aux traitements antibiotiques et corticoïdes locaux et systémiques. La biopsie cutanée réalisée en avril 2014 montrait une dermite d’interface sans autres anomalies significatives tandis que le TDM du massif facial objectivait un épaississement du tissu cutané avec aspect infiltré de la graisse jugale droite sans zone collectée. À l’entrée dans le service, la patiente présentait un placard érythémato-oedémateux discrètement infiltré de 6×7cm surmonté de vésicules groupées en bouquet dans un contexte d’érythro-couperose. Il n’y avait ni adénopathie, ni altération de l’état général, ni syndrome inflammatoire clinico/biologique. Un traitement par cortancyl 1mg/kg/j. avait été initié depuis 10jours sans amélioration. Une surinfection bactérienne ou virale était évoquée mais non confirmée par les prélèvements réalisés. Les suites ont été marquées par une aggravation locale fulminante en 10jours sans altération de l’état général. Finalement, la biopsie cutanée révélait un lymphome T/NK de type nasal extranasal EBV+.

Discussion

Le lymphome NK/T de type nasal affecte le plus souvent la cavité nasale. La peau est le second organe le plus touché. La topographie des lésions est ubiquitaire et la présentation clinique la plus fréquente est celle d’un nodule sous-cutané violacé, de croissance rapide évoluant généralement vers l’ulcération centrale. Chez notre patiente la présentation initiale sous forme d’une plaque rouge de la joue droite dans les suites d’un traitement pour une macule pigmentée était atypique. L’évolution a été indolente pendant presque un an avant l’apparition d’un placard érythémato-oedémateux surmontés de vésicules groupées en bouquet faisant évoquer en premier lieu la surinfection d’une rosacée. La croissance tumorale secondairement fulminante a imposé la réalisation d’une nouvelle biopsie cutanée, permettant de redresser le diagnostic.

Conclusion

Notre cas illustre à nouveau l’aspect clinique très polymorphe des lymphomes cutanés et la nécessité de répéter les examens paracliniques devant toute lésion cutanée d’apparition récente et d’allure bénigne résistante aux traitements locaux conventionnels anti-infectieux et/ou anti-inflammatoire.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Infection cutanée, Lymphome NK/T extranodal de type nasal, Rosacée


Plan


 Iconographie disponible sur CD et Internet.


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S393-S394 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Purpura ecchymotique hémicorporel révélant une leukemia cutis
  • L. Bekel, F. Dhaille, G. Chaby, B. Royer, C. Tribout, H. Sevestre, C. Lok
| Article suivant Article suivant
  • Lymphome B cutané centro-folliculaire après dix ans de traitement par etanercept
  • J. Fahmy, J.-D. Bouaziz, M. Halabi-Tawil, M.-D. Vignon-Pennamen, M. Bagot

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.