Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Bêtabloquants et mélanome : potentiel anti-tumoral du propranolol - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.382 
L.J. Wrobel , F.-A. le Gal
 Dermatologie, médecine interne des spécialités, université de Genève, Genève 4, Suisse 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Depuis quelques années, plusieurs études ont montré l’importance de la noradrénaline dans la progression du mélanome. Cependant, des données contradictoires émergent de la littérature concernant l’utilisation des bêtabloquants dans la prévention de la progression du mélanome.

Dans notre travail, nous étudions l’effet de bêtabloquants cardio-sélectifs et non-sélectifs sur la prolifération et la survie des cellules humaines de mélanome. Ensuite nous avons utilisé une méthode de xénogreffe pour étudier l’effet d’un traitement quotidien par le propranolol sur le développement tumoral. Dans ces conditions, un traitement par propranolol inhibe l’angiogenèse, diminue significativement la prolifération et induit l’apoptose des cellules humaines de mélanome.

Matériel et méthodes

Échantillons : une tumeur primaire et une métastase cutanée de mélanome humain ont été obtenues auprès du service d’onco-dermatologie de l’hôpital de Genève.

Prolifération et cytotoxicité in vitro : Cell Titer (Promega) et Cytotox (Promega).

Xénogreffes : injection sous-cutanée de 100 000 cellules de mélanome humain dans les souris NSG (Jaxlab).

Analyse de transcriptome : microarrays Genechip Human primeview (Affymetrix).

Histologie : prolifération : marquage de l’antigène Ki67 (BD Pharmingen), angiogenèse : marquage du facteur VIII (Invitrogen), mort cellulaire : TUNEL (Promega).

Observations

La comparaison de l’effet des bêtabloquants sur les cellules de mélanome en culture montre que le propranolol inhibe la prolifération cellulaire et induit l’apoptose des cellules. À l’inverse le bêtabloquant cardio-sélectif Métoprolol s’est révélé beaucoup moins efficace.

Un traitement quotidien par le propranolol inhibe significativement la croissance tumorale dans les xénogreffes de mélanome. L’étude transcriptomique montre que le propranolol induit l’expression de gènes pro-apoptotiques, anti-angiogéniques et anti-prolifératifs et réprime l’expression des gènes anti-apoptotiques, pro-angiogéniques et pro-prolifératifs dans les tumeurs issues de xénogreffes.

Ces résultats sont confirmés par les observations histologiques et montrent une réduction significative de la prolifération cellulaire et de l’angiogenèse ainsi qu’une augmentation de la mort cellulaire intra-tumorale.

Discussion

Cette étude montre le fort potentiel anti-tumoral d’un traitement par le propranolol en ciblant principalement l’angiogenèse, la prolifération cellulaire et l’apoptose, trois critères importants dans la progression du mélanome.

Les études in vitro ont également permis de mettre en évidence les différences existant entre les bêtabloquants non-sélectifs et cardio-sélectifs et apportent de nouveaux éléments dans la compréhension des résultats contradictoires fournis par les études rétrospectives.

Conclusion

Ces résultats soutiennent la nécessité d’un essai clinique prospectif étudiant l’efficacité d’un traitement adjuvant du mélanome par le propranolol.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Angiogenèse, Bêtabloquant, Mélanome, Mort Cellulaire, Xénogreffes


Plan


 Iconographie disponible sur CD et Internet.


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S397 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Le phénomène de Koebner existe aussi dans le mélanome
  • C. Gaudy-Marqueste, S. Monestier, S. Mallet, J.-J. Grob, M.-A. Richard
| Article suivant Article suivant
  • Étude des cellules tumorales circulantes avant et après traitement systémique chez les patients atteints de mélanome métastatique : étude prospective pilote chez 30 patients
  • H. Montaudié, D. Giacchero, M. Ilie, E. Long, E. Selva, K. Zorzi, F. Leduff, T. Passeron, J.-P. Lacour, P. Hofman, P. Bahadoran

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.