Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Mélanome clitoridien métastatique muté KIT répondant à l’imatinib (Glivec®) - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.389 
R. Prud’homme , C. Bedane, M. Couture, S. Assikar, C. Enescu
 Dermatologie, CHU Dupuytren, Limoges, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Les mélanomes muqueux métastatiques ont la particularité d’être fréquemment mutés sur le gène KIT (20 %). Ceux présentant ce type de mutation répondent parfois spectaculairement aux thérapies ciblées. Parmi elles, l’imatinib paraît être efficace d’après plusieurs cas cliniques de la littérature.

Observations

Une femme de 61ans sans aucun antécédent consultait en septembre 2012 pour découverte d’un mélanome clitoridien initialement non métastatique. Une chirurgie en marge saine et une surveillance avaient alors été décidés en RCP. En août 2013, cette patiente présentait une récidive locale sur cicatrice d’exérèse ainsi que des adénopathies inguinales métastatiques bilatérales. La recherche de mutations BRAF, NRAS et KIT n’a révélé qu’une mutation KIT L576P sur l’exon 11. La patiente était d’abord traitée par 5 cures de dacarbazine 1g/m2/3semaines, puis par 4 cures d’ipilimumab 3mg/kg/3semaines sans réelle efficacité (apparition de nodules de perméation ainsi que de métastases pulmonaires et ganglionnaires). Un nouveau traitement était alors initié par imatinib 400mg/j, suivi d’une diminution spectaculaire du volume des métastases viscérales et ganglionnaires objectivée au TDM TAP et au TEP 18FDG, avec normalisation des LDH après 1mois de traitement. La patiente n’a présenté aucun effet secondaire lié à cette thérapie ciblée.

Discussion

Le gène KIT code pour un récepteur à activité tyrosine kinase intracellulaire ayant un rôle dans la migration et le développement mélanocytaire via plusieurs voies de signalisation intracellulaire. Les mutations de ce gène sont peu fréquentes dans les mélanomes métastatiques (2 %) mais sont plus fréquentes chez les mélanomes acro-lentigineux (11 à 23 %) et muqueux (9 à 21 %). Seules les mutations L576P de l’exon 11 codant pour le domaine juxta-membranaire du récepteur et K642E de l’exon 13 codant pour le domaine kinase I intracellulaire du récepteur semblent répondre pertinemment à cette thérapie ciblée. L’imatinib a la propriété d’inhiber la protéine tyrosine kinase des récepteurs KIT en entrant en compétition avec l’ATP. Cette molécule est couramment utilisée pour traiter les leucémies myéloïdes chronique, la maladie de Vaquez ou les tumeurs stromales gastro-intestinales. Lors des études de phase 2, une dose de 400mg/j semble être optimale. Les effets secondaires se limitent à nausées, vomissements et myalgies. Les premiers résultats des études de phase II montrent une survie globale de 12,5mois et une progression au bout de 3 à 4mois de traitement.

Conclusion

L’imatinib semble être efficace pour les mélanomes métastatiques mutés KIT. Actuellement, plusieurs essais de phase 2 sont en cours, évaluant d’autres inhibiteurs tyrosine kinase du récepteurs KIT. Seul un essai de phase 3 multicentrique est en cours, comparant l’efficacité du masitinib versus dacarbazine chez 200 patients ayant un mélanome métastatique muté KIT.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Imatinib, KIT, Mélanome


Plan


 Iconographie disponible sur CD et Internet.


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S400-S401 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • À propos d’un cas de mélanome vaginal métastatique sans mutation du gène KIT détectable avec réponse favorable sous nilotinib
  • S. Alkeraye, A. Dadban, J.-P. Arnault, C. Lok, G. Chaby
| Article suivant Article suivant
  • Suivi de 7 patients traités par infliximab pour une colite corticorésistante induite par l’ipilimumab dans le cadre d’un mélanome métastatique
  • R. Viollet Khayat, C. Mateus, F. Carbonnel, E. Routier, H. Cazenave, C. Robert

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.