Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Immunisation contre le rituximab au cours du pemphigus - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.423 
S. Mignot 1, , C. Fite 2, C. Picard 2, K. Benzakour 1, V. Descamps 2, P. Nicaise-Roland 1, E. Gasperi 3, C. Champagnat 1, S. Chollet-martin 1
1 Immunologie, hôpital Bichat, Paris, France 
2 Dermatologie, hôpital Bichat, Paris, France 
3 Pharmacie, hôpital Bichat, Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le pemphigus, dermatose bulleuse auto-immune rare et sévère, est caractérisé par la présence d’auto-anticorps (Ac) reconnaissant 2 protéines de structure des desmosomes : les desmogléines (dsg) 1 et 3. Plusieurs études présentent l’intérêt du traitement par rituximab (RTX), un anticorps monoclonal anti-CD20 chimérique, dans le pemphigus ; cependant, l’apparition d’Ac anti-RTX, déjà rapportée dans d’autres pathologies et encore peu évaluée dans le pemphigus, pourrait être responsable d’une diminution de l’efficacité du traitement. Nous avons donc initié une étude préliminaire pour préciser l’apparition des Ac anti-RTX chez ces patients, et corrélé ces données à l’évolution clinique.

Patients et méthodes

Dix patients non consécutifs, atteints de pemphigus sévères (vulgaire [PV] ou superficiel [PS]) et traités par RTX ont été inclus. L’évolution clinique et biologique de ces patients était recueillie de façon rétrospective, puis prospective depuis un an : score de sévérité clinique selon Harman, taux d’Ac anti-dsg1 et 3 par ELISA (MBL) et immunofluorescence indirecte (IFI), et enfin, taux de RTX et des Ac anti-RTX (Elisa Lysatracker, Theradiag).

Résultats

Des Ac anti-RTX sont apparus chez 5 patients (tous PV) après plusieurs injections au cours de la première année de traitement. Les 2 premiers présentaient une rechute clinique sévère, le troisième se montrait réfractaire au traitement, et le quatrième semblait bon répondeur. Chez ces 4 patients, les Ac anti-RTX précédaient la réascension du taux d’Ac anti-dsg. Le cinquième patient était en rémission clinico-biologique depuis 30 mois malgré la présence des Ac anti-RTX à taux élevés depuis un an. Les cinq autres patients (3 PV et 2 PS), qui n’avaient pas d’Ac anti-RTX, présentaient des améliorations cliniques et biologiques. Le taux de RTX trouvé au cours du suivi des 10 patients, était très variable d’un patient à l’autre et n’a pu être corrélé à la réponse clinico-biologique.

Discussion

L’incidence des Ac anti RTX décrite ici est importante, en particulier dans le PV. Nous avons observé que les Ac anti-RTX précédaient chronologiquement l’apparition des Ac anti-dsg 3, qui sont décrits comme directement pathogènes dans le PV. Par la suite, il est probable que le renforcement de la corticothérapie associée en réponse au risque de rechute, ait pu moduler le taux d’Ac anti-RTX et les manifestations cliniques, ce qui rend l’interprétation des données plus difficile.

Conclusion

Ces observations préliminaires sur 10 patients suggèrent que les patients atteints de pemphigus sous RTX peuvent développer une immunisation anti-RTX de façon plus fréquente que ce qui a été précédemment décrit de façon ponctuelle dans le PV. Dans notre étude, la présence d’Ac anti-RTX est associée dans la plupart des cas à une mauvaise évolution clinique et biologique. Une étude prospective de plus grande ampleur, en cours, devrait confirmer ces observations afin d’optimiser la prise en charge de ces patients sous RTX.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Ac anti-rituximab, Ac anti-desmogléine, Pemphigus


Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S416 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Surinfection à HSV1 d’érosions chroniques au cours d’une épidermolyse bulleuse acquise (EBA)
  • C. Zumelzu, M. Alexandre, T.-G. Do-Pham, N. De Prost, F. Caux, C. Prost, L. Laroche
| Article suivant Article suivant
  • Association rituximab-dermocorticoïdes en traitement d’attaque du pemphigus profond : 5 cas
  • S. Oro, L. Valeyrie-Allanore, A. Cosnes, N. Ortonne, S. Hüe, P. Wolkenstein, O. Chosidow

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.