Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Les anticorps anti-SRP constituent-ils un facteur pronostique des dermatomyosites ? - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.433 
M. Guerin-Moreau 1, , L. Martin 1, N. Cordel 2
1 Dermatologie, CHU d’Angers, Angers, France 
2 Dermatologie-médecine interne, CHU Pointe-à-Pitre, Pointe-à-Pitre 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Les myopathies nécrosantes auto-immunes (MNAI) avec anticorps anti-signal recognition particule (SRP) sont particulièrement sévères : très nécrosantes, invalidantes et résistantes aux traitements immunosuppresseurs. Quelques cas de dermatomyosites (DM) avec anti-SRP de mauvais pronostic ont également été décrits. Nous rapportons un cas de dermatomyosite avec anticorps anti-SRP ayant évolué favorablement sous simple corticothérapie générale.

Observations

Un homme de 61ans, blanc, consultait pour une éruption papulo-folliculaire photodistribuée et prurigineuse évoluant depuis 3mois, associées à des myalgies des biceps, triceps, quadriceps et ischio-jambiers. À l’examen dermatologique, les lésions siégeaient sur le cuir chevelu, le visage, le décolleté, le dos, la face dorsale des mains en regard des articulations et s’associaient à un œdème du visage prédominant aux paupières et aux oreilles, et à un signe de la manucure de quelques doigts. Les myalgies bilatérales ne s’accompagnaient d’aucun déficit clinique évident. Les examens immuno-biologiques montraient une myolyse sans syndrome inflammatoire (CPK : 599UI/L, LDH : 269UI/L, ASAT : 62UI/L), un anticorps anti-SRP positif (++) en immunodot avec des anticorps anti-nucléaires à 1/100 (fluorescence mouchetée). L’électromyogramme confirmait le syndrome myogène. La biopsie musculaire montrait des fibres nécrotiques ou en régénération sans infiltrat inflammatoire. Au total le diagnostic de MNAI SRP+ avec phénotype de DM selon les critères de Bohan et Peter était retenu. Un traitement par corticothérapie orale était débuté (1mg/kg/jour). L’évolution cutanéo-musculaire était rapidement favorable en 15jours. Une décroissance du traitement était débutée dès le deuxième mois de traitement.

Discussion

Les rares cas de DM SRP+actuellement rapportés ont un profil clinico-évolutif aussi sévère que les MNAI SRP+. Notre cas est original puisque, à l’inverse, l’évolution a été rapidement favorable avec une simple corticothérapie générale prescrite en première ligne.

Une étude multicentrique française a récemment mis en évidence un profil évolutif 10 fois plus sévère chez les patients noirs Afro-caribéens que chez les blancs Caucasiens atteints de MNAI SRP+. Notre observation soulève la question de l’existence du même type de profil évolutif « ethnie-dépendant » chez les patients atteints de DM SRP+.

Conclusion

La DM avec anticorps anti-SRP constitue, comme la MNAI SRP+ une forme pouvant être très sévère de la maladie, en particulier chez les sujets noirs. Cette sévérité potentielle incite à chercher systématiquement l’anticorps anti-SRP en cas de suspicion de DM, afin d’adapter rapidement la prise en charge thérapeutique. D’autre part, la constitution d’une série dermatologique de DM SRP+ permettrait de répondre à la question du profil évolutif différent en fonction de l’ethnie de ce type de DM.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Anti-SRP, Dermatomyosite, Pronostic


Plan


 Iconographie disponible sur CD et Internet.


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S420-S421 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Une complication inattendue après une injection accidentelle d’un vaccin vétérinaire
  • S. Topin, S. Michalak Provost, P. Harry, C. Le Clec’h
| Article suivant Article suivant
  • Association de lupus érythémateux chronique blaschkolinéaire et tumidus chez une même patiente
  • A.S. Chehad, A. Bouzned, S. Baghou

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.