Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Urticaire chronique au froid survenue au décours d’une cryothérapie corps entier - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.442 
J.L. Bourrain , N. Raison-Peyron, A. Du Thanh, O. Dereure
 Dermatologie, CHU de Montpellier, Montpellier, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

La cryothérapie corps entier est une pratique récente qui commence à se développer. Les domaines de compétence revendiqués sont divers allant de la récupération des sportifs jusqu’à des indications plus médicales telles la dermatite atopique, le psoriasis.

Observations

Nous rapportons le cas d’une femme de 66ans qui a débuté en automne 2012 une cryothérapie corps entier pour des problèmes rhumatismaux. Dix séances étaient prévues sur 3semaines, puis des séances uniques toutes les 3semaines. Cette technique consiste en l’exposition du sujet (tête non comprise pour notre patiente) à un gaz de refroidissement sec permettant d’obtenir des températures pouvant aller jusqu’à −120 à −170°C pendant 1 à 3minutes. Dès la première séance, elle a constaté dans la journée la survenue d’une plaque érythémateuse sur une cuisse. Elle a donc porté des collants lors des séances suivantes. Elle a constaté des plaques sur les avant-bras à la limite des gants, peu ou pas prurigineuses, rapidement labiles. Après la première séance d’entretien, les lésions ont concerné l’abdomen, puis après les deux séances suivantes elles ont été généralisées profuses et prurigineuses. L’urticaire a dès lors été quasiment permanente, aggravée par les expositions au froid et les frottements. Le test au glaçon était positif à 15 minutes. Le bilan paraclinique était sans anomalie (NF, VS, CRP, électrophorèse des protéines, sérologies des hépatites et VIH, complément, recherche de cryoprécipité). Il n’y avait pas de vascularite à la biopsie, l’histologie étant compatible avec une urticaire. L’immunofluorescence directe était négative. Les symptômes ont évolué pendant plus d’un an et demi non soulagés par les traitements antihistaminiques à forte dose en association avec le montelukast, avant de diminuer très progressivement et disparaître totalement. Le test au froid s’est négativé. Avec 6mois de recul, la patiente n’a plus d’urticaire et tolère les expositions au froid et les changements de températures auparavant déclencheurs.

Discussion

Le cas de notre patiente, dont nous n’avons pas trouvé d’équivalent dans la littérature, pose la question de la responsabilité de la cryothérapie corps entier dans la survenue de cette urticaire chronique au froid et de son passage à la chronicité. Les premiers symptômes sont apparus au cours des séances et c’est également lors de séances qu’ils se sont aggravés. Ils ont ensuite évolué spontanément pendant près d’un an et demi. Par ailleurs, les grands froids peuvent être inducteurs d’urticaire de contact au froid, comme cela a été récemment décrit au décours de gestes de cryochirurgie.

Conclusion

La cryothérapie corps entier est une nouvelle pratique qui tend à se développer et se généraliser. Il apparaît d’ores et déjà conseillé d’arrêter cette pratique en cas d’apparition d’urticaire, et de la déconseiller en cas d’antécédent d’urticaire au froid.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Cryothérapie, Urticaire, Urticaire au froid, Urticaire chronique


Plan


 Iconographie disponible sur CD et Internet.


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S425 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Angiœdème bradykinique associé à la prise d’inhibiteur de l’enzyme de conversion, révélé par la prise d’un inhibiteur de mTOR
  • J. Moreau, A. Thierry-Vuillemin, C. Laresche, F. Pelletier, F. Aubin, I. Boccon-Gibob, A.-S. Dupond
| Article suivant Article suivant
  • Existe-t-il une différence d’impact sur la qualité de vie entre les hommes et les femmes présentant un eczéma chronique sévère des mains ?
  • B. Halioua, G. Rostain, C. Aubin, C. Murat, O. Chosidow

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.