Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Le lichen plan pigmentogène inversé : une série hospitalière de 8 cas - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.448 
M. Korbi 1, M. Mohamed 1, , M. Youssef 1, R. Hadhri 2, H. Akkari 1, H. Belhadjali 1, J. Zili 1
1 Dermatologie, CHU de Monastir, Monastir, Tunisie 
2 Anatomo-pathologie, CHU de Monastir, Monastir, Tunisie 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Le lichen plan pigmentogène inversé (LPPI) est une entité extrêmement rare caractérisé par la prédominance des lésions au niveau des plis. Nous nous proposons de rappeler les caractéristiques épidémio-cliniques du LPPI à travers une série hospitalière.

Patients et méthodes

Il s’agit d’une étude rétrospective incluant tous les cas de LPPI, confirmés histologiquement, ayant consulté dans notre service sur une durée de 14ans (entre 2000 et 2013).

Résultats

Ont été recensés 8 cas de LPPI chez 7 femmes et 1 homme de phototype foncé (III–IV). L’âge moyen de nos patients était de 66,5ans avec des extrêmes allant de 45 à 80ans. L’aspect clinique était identique dans les 8 cas avec des plaques maculeuses hyperpigmentées ardoisées touchant d’une façon variable les plis. Elles siégeaient le plus souvent dans les plis axillaires. Des lésions papuleuses de lichen plan sur le tronc étaient notées chez 2 malades. Une atteinte de la muqueuse buccale à type de réseau blanchâtre était notée dans un seul cas. Le prurit était décrit dans 4 cas. L’histologie montrait dans tous ces cas un infiltrat inflammatoire lichénoïde avec une vacuolisation de la membrane basale et une incontinence pigmentaire. Le traitement était basé sur des dermocorticoïdes forts et des antihistaminiques. L’évolution était marquée par une amélioration partielle dans la majorité des cas.

Discussion

Nous avons rapporté 8 cas tunisiens de LPPI, entité rare dont seulement une vingtaine de cas sont rapportés dans la littérature. Le LPPI est caractérisé par une nette prédominance féminine (12 cas/20), également notée dans notre série. L’âge moyen rapporté à travers la littérature est de 55,3ans. L’origine européenne est la plus fréquente, (12 malades). Les autres patients sont d’origine asiatique (5 cas), d’origine hispanique (1 cas) et deux sont d’origine indéterminée. Les plis axillaires sont le plus souvent atteints et le prurit est rarement présent comme le cas de nos patients. Sur le plan clinique, le LPPI est caractérisé par des macules brunâtres classiquement dépourvues de stries de Wickham. Des lésions papuleuses de lichen plan peuvent coexister en dehors des plis, comme observé chez 2 de nos patients. Le LPPI est caractérisé, histologiquement, par un infiltrat lympho-histiocytaire de la jonction dermo-épidermique associé à une incontinence pigmentaire et une dégénérescence vacuolaire de la couche basale ce qui était le cas de nos patients. Le traitement est essentiellement basé sur les dermocorticoïdes et le tacrolimus topique.

Conclusion

Notre série est la plus large série de LPPI et la première d’origine nord-africaine. Elle confirme les données de la littérature quand à la rareté de cette entité, la prédominance du sexe féminin et la survenue à un âge avancé. Cependant, des études supplémentaires sont nécessaires pour mieux caractériser cette entité.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Étude descriptive, Lichen plan pigmentogène, Plis


Plan


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S427-S428 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Maladies de Kyrle et de Flegel : une seule entité ?
  • G. Hickman, E. Bourrat, M. Battistella, M. Bagot, M.-D. Vignon-Pennamen, A. Petit
| Article suivant Article suivant
  • Forme particulière rare de porokératose : la porokératose inflammatoire disséminée
  • S. Menguy, L. Boursault, J.-F. Goussot, J. Seneschal, A. Taieb, B. Milpied

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.