Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Psoriasis verruqueux compliqué de lésions kératoacanthome-like - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.471 
V. Reymann , C. Pernet, C. Girard, S. Monpoint, D. Bessis
 Dermatologie, CHU Saint-Éloi, Montpellier, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Nous rapportons une observation originale de psoriasis verruqueux associé à des lésions cliniquement compatibles avec des kératoacanthomes (KA).

Observations

Un homme âgé de 59ans était suivi pour un psoriasis ancien, en plaques du tronc et des membres sans atteinte articulaire. Ses antécédents étaient marqués par un syndrome métabolique associant un diabète de type 2, une obésité, une hypertension artérielle et une dyslipidémie. Les traitements successifs par photothérapie, acitrétine, méthotrexate et ciclosporine étaient inefficaces. Un traitement par efalizumab permettait une amélioration partielle mais était stoppé 8mois plus tard en raison d’une cytolyse hépatique. Quelques semaines plus tard, se développaient :

– des lésions hyperkératosiques en dôme, mamelonnées, à disposition pavimenteuse des faces d’extension des membres et des lombes ;

– de multiples lésions tumorales ombiliquées et centrées par un bouchon corné évoquant des KA.

Les analyses histologiques d’une dizaine de lésions de type KA mettaient en évidence une hyperplasie pseudo-épithéliomateuse avec allongement des crêtes épidermiques surmontée d’une hyperkératose orthokératosique et parakératosique, formant quelques globes cornés sans atypies cytonucléaires ni effet cytopathogène viral. Des infiltrats lymphocytaires péricapillaires étaient présents dans le derme superficiel sous-jacent. Un traitement par étanercept, initialement efficace, était relayé au bout de 3ans par adalimumab (40mg/2semaines) en raison d’un échappement thérapeutique. Le contrôle du psoriasis était jugé satisfaisant par le patient mais de nouvelles lésions de type KA continuaient d’apparaître nécessitant la poursuite d’exérèses itératives.

Discussion

La forme verruqueuse de psoriasis est exceptionnelle alliant des critères cliniques et anatomopathologiques de psoriasis et de lésions kératosiques verruqueuses évocatrices de verrues virales. Le diagnostic différentiel se pose également avec le lichen hypertrophique ou le prurigo nodulaire. Histologiquement, la présence d’une papillomatose associée à une vasodilatation des vaisseaux du derme et un infiltrat lymphocytaire périvasculaire est évocatrice. Notre observation est originale par la présence de lésions tumorales de taille variable « en dôme » ou cratériformes évoquant des KA et/ou des carcinomes épidermoïdes et justifiant des exérèses itératives. La cause de cette particularité clinique reste inconnue mais, comme dans notre observation, le diabète sucré pourrait constituer un facteur favorisant. Le rôle déclenchant du sevrage en efalizumab et d’un phénomène de rebond peut également être suspecté mais n’a jamais été rapporté à notre connaissance.

Conclusion

Nous rapportons le premier cas de psoriasis verruqueux associé à des lésions tumorales mimant des kératoacanthomes. La connaissance de cette forme anatomoclinique est importante pour le diagnostic différentiel avec d’autres lésions d’allure verruqueuse.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Kératoacanthome-like, Psoriasis, Verruqueux


Plan


 Iconographie disponible sur CD et Internet.


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S438 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Étude échographique descriptive de la vascularisation unguéale chez des patients atteints de psoriasis unguéal
  • M. Acquitter, S. Jousse-Joulin, L. Misery
| Article suivant Article suivant
  • Évaluation des paramètres expliquant la discordance PASI/DLQI chez les patients atteints de psoriasis
  • M. Amy De La Breteque, M.-L. Sigal, E. Estève, T. Le Guyadec, F. Maccari, Z. Reguiai, M. Bastien, M. Avenel-Audran, T. Boyé, L. Mery-Bossart, P. Bravard, C. Pauwels, D. Bouilly-Auvray, G. Gener, A. Beauchet, E. Mahé, GEM RESOPSO

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.