Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Septicémie à Neisseria mucosa révélée par une urticaire fébrile - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.501 
C. Lesort , J.-L. Estival
 Dermatologie, hôpital Desgenettes, Lyon, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Les urticaires fébriles sont le plus souvent liées à des infections virales bénignes mais peuvent également révéler des infections bactériennes comme le montre cette observation.

Observations

Un patient de 44ans, aux antécédents de diabète de découverte récente et de tabagisme actif, consultait pour une éruption prurigineuse dans un contexte fébrile. L’éruption avait débuté une semaine plus tôt, précédée d’une fièvre à 40°C, traitée par son médecin par prednisone 80mg/jour et antihistaminiques. Il se présentait alors aux urgences pour persistance des symptômes. L’examen général était normal, sans défaillance hémodynamique ni point d’appel infectieux, notamment pas de syndrome méningé. On notait un mauvais état bucco-dentaire. Sur le plan cutané, il existait des lésions généralisées d’urticaire (maculo-papules fugaces, migratrices, prurigineuses) sans angioœdème. Le bilan biologique trouvait un important syndrome inflammatoire (neutrophiles 13G/L, CRP 300). Le patient était alors hospitalisé pour surveillance et prise en charge (arrêt des corticoïdes, antihistaminiques et paracétamol). Un bilan étiologique infectieux était réalisé : radiographie pulmonaire et ECBU sans anomalie, sérologies virales (VIH, VHB, VHC, CMV, EBV et Parvovirus B 19) négatives ou en faveur d’un contact ancien, parasitologie des selles et coproculture sans germe. Les hémocultures étaient positives, isolant un diplocoque Gram négatif sur 4 flacons périphériques, identifié comme Neisseria mucosa. Un traitement par ceftriaxone était immédiatement débuté. L’évolution était dès lors spectaculaire, avec apyrexie en 24heures, régression du syndrome inflammatoire biologique et disparition des lésions urticariennes. Le tableau était donc celui d’une urticaire généralisée contemporaine d’une septicémie à N. mucosa avec porte d’entrée buccale suspectée (mauvais état bucco-dentaire et kystes apicaux sur l’orthopantomogramme). Notre patient ne présentait aucun signe clinique ou anamnestique en faveur d’un déficit immunitaire. L’échographie cardiaque ne trouvait pas d’endocardite. Le traitement était maintenu 14jours puis le patient adressé en consultation dentaire pour prise en charge spécifique.

Discussion

N. mucosa est un saprophyte de la plaque dentaire au même titre que N. sicca ou N. lactamica. C’est un germe peu connu, responsable d’infections sévères à type de septicémies, méningites et endocardites, survenant principalement sur des terrains fragilisés (immunodéprimés, valvulopathie…). Notre patient n’était pas immunodéprimé mais la responsabilité de la corticothérapie orale à fortes doses peut être un élément d’explication dans la diffusion systémique de cette bactérie d’origine dentaire.

Conclusion

Il s’agit à notre connaissance du premier cas de septicémie à N. mucosa révélée par une urticaire fébrile. Il est intéressant de noter la disparition du tableau cutané dès le démarrage de l’antibiothérapie.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Neisseria mucosa, Plaque dentaire, Septicémie, Urticaire


Plan


 Iconographie disponible sur CD et Internet.


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S452 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Dermohypodermite aiguë abdominale révélant une perforation grêlique
  • A. Le Moing, E. Pape, V. Florin, E. Delaporte, D. Staumont
| Article suivant Article suivant
  • Un cas original d’echtyma gangrenosum primitif lié à Escherichia Coli chez une fille immunocompétente
  • M. Korbi, H. Akkari, M. Jribi, M. Youssef, M. Mohamed, H. Belhadjali, J. Zili

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.