Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Un sillon après une biopsie : larva migrans de présentation atypique - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.519 
D. Labau-Donnet 1, 2, , E. Picot 1, 2, H. Fesneau 2, D. Bessis 1, O. Dereure 1
1 Dermatologie, hôpital Saint-Éloi, CHU de Montpellier, Montpellier, France 
2 Cabinet de Dermatologie, Saint-Jean-de-Védas, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 2
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La larva migrans est une parasitose cutanée liée aux larves d’ankylostome du chien, typiquement reconnaissable par un sillon serpigineux prurigineux. Nous rapportons un cas inhabituel survenu tardivement après un voyage aux Antilles, de présentation initiale atypique papulo-pustuleuse, et révélée plusieurs mois après le voyage par une biopsie cutanée.

Observations

Un patient de 5ans sans antécédent notable a consulté en janvier 2014 pour des lésions cutanées du genou droit, survenues fin octobre 2013 environ 1mois après un voyage en Guadeloupe. Il s’agissait de papules érythémateuses associées à une pustule, légèrement prurigineuses, indolores, sans fièvre ni signe extracutané associé. Il n’y avait pas de cas similaire dans la famille, ni de notion de traumatisme initial, de plaie ou de piqûre d’insecte. L’aspect clinique faisait suspecter un granulome à corps étranger sur possible parasitose, éventuellement associé à une pyodermite (pustule). Une biopsie cutanée ne montrait que des signes de prurigo parasitaire. Une semaine après la biopsie est apparu un sillon papuleux érythémateux, de trajet serpigineux, très prurigineux, ayant débuté dans la zone de biopsie. Le diagnostic de larva migrans cutanée était alors retenu et le patient recevait du Zentel® (albendazole) per os, à raison 400mg par jour pendant 3jours. Une rémission complète du prurit était obtenue à j2, puis un affaissement total du sillon serpigineux à j3. Toutefois, le prurit local réapparaissait 3 semaines plus tard accompagné d’une papule érythémateuse. Devant cette possible récidive précoce, un traitement de seconde ligne par Stromectol® (ivermectine) (15mg en prise unique) était introduit avec une rémission clinique complète et définitive en 3jours.

Discussion

Une « révélation » clinique tardive mais sans ambiguïté de la parasitose par un geste biopsique sur des lésions inflammatoires peu spécifiques n’a jamais été rapportée à ce jour dans la larva migrans. La présentation clinique initiale limitée à des papulo-pustules est également inhabituelle et peut correspondre à une forme purement folliculaire dans un premier temps, l’effraction biopsique ayant peut-être permis le passage secondaire et tardif de la larve dans le derme. Selon une étude récente, moins de 10 % des larva migrans cutanées se manifestent sous forme d’une folliculite papulo-pustuleuse, toujours associée à des sillons serpigineux pathognomoniques.

Conclusion

Notre cas est donc original à la fois par la révélation clinique tardive de la larva migrans « favorisée » par la biopsie cutanée, et aussi par sa présentation initiale purement papulo-pustuleuse, sans sillon, pendant plusieurs mois. Ces formes folliculitiques seraient plus difficiles à traiter, nécessitant souvent 2 voire 3 cures d’albendazole ou d’ivermectine per os, difficultés parfaitement illustrées par notre observation.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Larva migrans cutanée, Lésions papulo-pustuleuses, Biopsie cutanée


Plan


 Iconographie disponible sur CD et Internet.


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S460-S461 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Demodex folliculorum dans la rosacée papulo-pustuleuse : comparaison de deux méthodes de caractérisation
  • P. Humbert, C. Yuan, X. Wang, A. Guichard, T. Lihoreau, C. Lafforgue
| Article suivant Article suivant
  • Atrophie narinaire unilatérale post-syndrome de Wallenberg, observation originale d’un cas
  • C. Paugam, H. Aubert, O. Malard, P. Derkinderen

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.