Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Purpura vasculaire et abus de cocaïne : penser au lévamisole - 24/11/14

Doi : 10.1016/j.annder.2014.09.524 
C.C. Desvignes 1, , C. Becquart 1, 2, D. Launay 3, S. Azib 1, 2, P. Patenotre 4, S. Deheul 5, 6, G. Peytavin 7, 8, N. Dupin 9, 10, E. Delaporte 1, 2, D. Staumont-Sallé 1, 2
1 Service de dermatologie, hôpital Claude-Huriez, CHRU de Lille, Lille, France 
2 Université Lille 2, Lille, France 
3 Service de médecine interne, hôpital Claude-Huriez, Lille, France 
4 Service de chirurgie générale et vasculaire, hôpital Claude-Huriez, CHRU de Lille, Lille, France 
5 Centre d’évaluation et d’information sur la pharmacodépendance, CEIP-Addictovigilance du Nord–Pas-de-Calais, France 
6 Service de pharmacologie, faculté de médecine, pôle recherche, Lille, France 
7 IAME, Inserm UMR 1137, université Paris 7, Paris, France 
8 Laboratoire de pharmaco-toxicologie, CHU Bichat-Claude-Bernard, France 
9 Service de dermatologie, hôpital Tarnier, France 
10 Université Descartes, Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Introduction

Le lévamisole, antihelminthique et immunomodulateur (en ATU nominative) est un inducteur de vascularite à ANCA. Les cas de purpuras vasculaires induits par lévamisole sont rares et peu étendus. Leur prévalence augmente depuis que le lévamisole est utilisé comme produit de coupage de la cocaïne. Nous rapportons un cas de purpura très étendu induit par lévamisole.

Observations

Une femme de 40ans était hospitalisée devant l’apparition rapide d’un purpura atteignant 30 % de la surface corporelle. Ses principaux antécédents étaient une hépatite C et une toxicomanie substituée par méthadone. La malade rapportait un antécédent de purpura du dos des mains 3 et 2mois auparavant pour lequel elle n’avait pas consulté. Elle déclarait consommer de la cocaïne. La biologie révélait un syndrome inflammatoire, la présence de pANCA de spécificité anti myélopéroxydase à titre non significatif, d’ANCA de type anti-élastase des neutrophiles (anti-HNE) à titre élevé, une cryoglobulinémie de type 3 à 0,56g/L dans le cadre de l’hépatite C et la présence d’un anticoagulant circulant. L’histologie mettait en évidence une vascularite leucocytoclasique avec nombreux micro-thrombi. L’analyse de cheveux témoignait d’une exposition au lévamisole et à la cocaïne dans les 6 derniers mois. Après 4mois d’hospitalisation, l’évolution était favorable sous anticoagulation curative, soins locaux, parage chirurgical et greffe cutanée homologue et autologue des membres inférieurs.

Discussion

Le premier cas de purpura induit par lévamisole a été rapporté en 1970 chez un enfant traité pour un syndrome néphrotique. Retiré du marché pour agranulocytose, il reste commercialisé dans l’agriculture et en médecine vétérinaire. Soixante et un pour cent de la cocaïne serait coupée par du lévamisole aux effets psychostimulants synergiques. Environ 10 % des sujets exposés développent des auto-anticorps après une exposition moyenne de 24mois et 0,5 à 3 % développent un purpura. Il s’agit d’un purpura rétiforme atteignant oreilles, nez, joues et parfois les membres. On note la présence de p-ANCA et de c-ANCA respectivement dans 86 % et 50 % des cas. Il peut être distingué des autres vascularites à ANCA grâce à la présence spécifique d’ANCA de spécificité anti-HNE. L’histologie révèle une vascularite leucocytoclasique et une microangiopathie thrombotique des petits et moyens vaisseaux. Il existe un risque de complication systémique telle que syndrome pneumo-rénal, insuffisance rénale, hypertension artérielle pulmonaire. Le traitement est l’arrêt de la toxicomanie et l’anticoagulation. Corticothérapie ou immunosuppresseurs sont discutés en cas d’atteinte systémique. Dans la littérature, hépatite C et anticoagulant circulant sont souvent associés. La sévérité particulière de ce cas pourrait s’expliquer par l’association à une cryoglobulinémie liée à l’antécédent d’hépatite C.

Conclusion

Penser à une vascularite induite par lévamisole et doser les ANCA anti-HNE devant un purpura chez un malade toxicomane.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : ANCA, Cocaïne, Lévamisole, Purpura, Vascularite


Plan


 Iconographie disponible sur CD et Internet.


© 2014  Publié par Elsevier Masson SAS.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 141 - N° 12S

P. S463 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Scorbut révélé par une vascularite leucocytoclasique
  • E. Tella, K. Opletalova, L. Deschamps, O. Lidove, V. Descamps
| Article suivant Article suivant
  • Nécrose aux points d’injection d’héparine de calcium : un marqueur de calciphylaxie chez l’insuffisant rénal chronique
  • V. Descamps, M.-P. Chauveheid, F. Vrtovsnik, L. Deschamps, E. Marinho, B. Crickx

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.