Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Intérêt de l’imagerie multimodale dans le diagnostic de neurorétinopathie maculaire aiguë - 05/12/14

Doi : 10.1016/j.jfo.2014.04.013 
C. Tolou a, b, L. Mahieu a, L. Salmon a, S. Hamid a, C. Suarez a, D. Garcia a, V. Pagot-Mathis a, C. Gomane a, A. Berot a, F. Malecaze a, b, V. Soler a, b,
a Centre de la rétine, hôpital Paule-de-Viguier, CHU de Toulouse, 330, avenue de Grande-Bretagne TSA 70034, 31059 Toulouse cedex 9, France 
b Laboratoire GR2DE, Inserm UMRS1043, centre de physiopathologie de Toulouse Purpan, place Baylac, 31059 Toulouse, France 

Auteur correspondant. Ophthalmology department, hôpital Pierre-Paul Riquet, CHU de Toulouse, place Baylac, 31059 Toulouse, France.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

La neurorétinopathie maculaire aiguë fait partie des pathologies dites « à fond d’œil normal » : la discrétion des signes cliniques et leur paucité peuvent faire parfois prendre cette pathologie pour une neuropathie optique. Nous présentons ici cinq cas cliniques de neurorétinopathie maculaire aiguë, dont un rétrospectif. Dans les cinq cas, le diagnostic a pu être posé grâce à l’apport de l’imagerie multimodale combinant cliché infrarouge et OCT maculaire.

Matériel et méthodes

Étude rétrospective de cinq cas cliniques. Les meilleures acuités visuelles corrigées, initiale et finale, ainsi que les imageries infrarouge et OCT ont été collectées pour tous les patients.

Résultats

Dans les cinq cas, il existait initialement une gêne visuelle associée à une baisse plus ou moins sévère de l’acuité visuelle. L’imagerie infrarouge montrait un aspect sombre et péri-fovéolaires des lésions. Les clichés OCT montraient une atteinte systématique de la couche plexiforme externe sous la forme d’un épaississement et d’une hyperréflectivité qui s’étendait vers les couches les plus externes.

Conclusion

La neurorétinopathie maculaire aiguë est une entité clinique de description ancienne pour laquelle l’apport des nouvelles technologies d’imagerie est immense, permettant un diagnostic plus précoce et plus précis, remettant en question le nom même de la pathologie. La physiopathologie exacte de la maladie reste en revanche incomplètement élucidée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

Acute macular neuroretinopathy is a retinal disease, usually presenting with a “normal fundus”. Thus, this condition can be mistaken for optic neuropathy. Herein we present five clinical cases of patients affected with acute macular neuroretinopathy; one of them is a retrospective diagnosis while the others were diagnosed on initial examination. In the five cases, multimodal imaging with infrared photography and OCT helped to establish the diagnosis.

Material and methods

Retrospective study of five clinical cases. Initial and final best visual acuities as well as infrared and OCT imaging were collected for all patients.

Results

All patients initially reported a visual disturbance associated with a more or less severe decrease in visual acuity. Infrared imaging showed a dark, perifoveolar appearance of the lesions. In all cases, OCT images showed thickening and hyperreflectivity of the outer plexiform layer, extending towards the outer retinal layers.

Conclusion

Acute macular neuroretinopathy is a clinical entity that has been long-described, which now benefits widely from new imaging technologies, allowing an earlier and more accurate diagnosis, but calling into question the actual name of this condition. The exact pathophysiology of the condition remains nonetheless incompletely elucidated.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : OCT, Infrarouge, Imagerie multimodale, Neurorétinopathie maculaire aiguë, Couche plexiforme externe

Keywords : OCT, Infrared, Multimodal imaging, Acute macular neuroretinopathy, Outer plexiform layer


Plan


© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 37 - N° 10

P. 796-803 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • La choriorétinopathie séreuse centrale : corrélations anatomo-cliniques
  • A. Maalej, A. Khallouli, C. Wathek, R. Rannen, S. Gabsi
| Article suivant Article suivant
  • Mise au point sur le syndrome de Susac. À propos d’un cas pédiatrique
  • P. Beaujeux, V. Cloché, F. Tréchot, J.-B. Conart, K. Angioi-Duprez

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.