Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Lack of repercussions of sleep apnea syndrome on recovery and attention disorders at the subacute stage after stroke: A study of 45 patients - 09/12/14

Doi : 10.1016/j.rehab.2014.09.008 
C. Lefèvre-Dognin a, , L. Stana a, M. Jousse a, C. Lucas a, P. Sportouch a, N. Bradai a, E. Guettard a, E. Vicaut b, A.P. Yelnik a
a Service de MPR, université Paris-Diderot, UMR 8194, groupe hospitalier St-Louis-Lariboisière-F.-Widal, AP–HP, 200, rue Faubourg-St-Denis, 75010 Paris, France 
b Unité de recherche clinique, université Paris-Diderot, groupe hospitalier St-Louis-Lariboisière-F.-Widal, AP–HP, 200, rue Faubourg-St-Denis, 75010 Paris, France 

Corresponding author.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Abstract

Introduction

Sleep apnea syndrome (SAS) frequently occurs after a stroke. Its association with a poor prognosis is open to discussion.

Objective

To study, in a physical and rehabilitation medicine (PRM) unit, the possible repercussions of SAS on neurological and functional recovery as well as attentional abilities following a stroke.

Patients and methods

Forty-five patients, all of whom had recently had a stroke without previously documented SAS, were screened using the ApneaLink® system. An apnea-hypopnea index (AHI) score ≥10 was considered as indicative of SAS. The NIHSS, Fugl-Meyer (FM) and Functional Independence Measure (FIM) Scales were applied on admission and at two months as means of assessing neurological and functional recovery, which was expressed by the difference between the first and the second scores (delta FM, delta NIHSS, delta FIM). The Battery Attention William Lennox (BAWL) Test was given once in order to evaluate attention disorders. SAS severity was categorized according to the AHI. We compared the groups formed (mild, moderate and severe) using the same method.

Results

Twenty-eight patients (62.2%) presented AHI ≥ 10. Stroke characteristics were comparable in the SAS+ and the SAS– groups, with average post-stroke time lapse of 26 days, initial average FIM score of 71.2 points ± 26.3 and initial average NIHSS score of 8.9 ± 4.9. The demographic characteristics of the two groups were likewise comparable with the exception of age, as the SAS+ group was pronouncedly older (65.4 vs. 53.5 years). As for delta FIM, which evaluated functional recovery, it averaged 31.8 ± 20.6. Cases of SAS were found to be mild (37.1%), moderate (28.6%) or severe (34.3%). No significant difference was observed on admission or at 2 months as regards the clinical scales or the BAWL test between the two groups or according to severity, except for the NIHSS score at 2 months in the severe sub-group.

Discussion and conclusion

This study did not demonstrate the supposed repercussions of SAS on the recovery or attentional abilities of post-stroke patients. The tests were maybe given too early; they should take place at a lengthier time interval after the stroke, and also to be more complete.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Résumé

Introduction

Le syndrome d’apnée du sommeil (SAS) est fréquent après accident vasculaire cérébral (AVC). L’association à un mauvais pronostic est débattue.

Objectif

Étudier le retentissement éventuel du SAS sur la récupération neurologique, fonctionnelle et les capacités attentionnelles après un AVC dans un service de MPR.

Patients et méthodes

Quarante-cinq patients victimes d’un AVC récent, sans SAS préalablement connu, ont été dépistés par le système ApneaLink®. Un index apnée-hypopnée (IAH) supérieur ou égal à 10 était en faveur d’un SAS. Les échelles NIHSS, Fugl-Meyer (FM) et la mesure d’indépendance fonctionnelle (MIF) étaient réalisées à l’admission et à deux mois, pour évaluer la récupération neurologique et fonctionnelle, exprimée par la différence des deux scores (deltaFM, deltaNIHSS et deltaMIF). La batterie attentionnelle William Lennox (BAWL) était réalisée une seule fois pour évaluer les troubles attentionnels. Nous avons ensuite défini la sévérité du SAS selon l’IAH et avons comparé les groupes formés (léger, modéré et sévère) avec la même méthode.

Résultats

Vingt-huit patients (62,2 %) présentaient un IAH ≥ 10. Les caractéristiques de l’AVC étaient comparables dans les deux groupes SAS+ et SAS– avec un délai moyen post-AVC de 26jours, une MIF moyenne initiale de 71,2 points ± 26,3 et un NIHSS moyen initial de 8,9 ± 4,9. Leurs qualités démographiques étaient également comparables excepté pour l’âge, le groupe SAS+ étant plus âgé (65,4 vs 53,5ans). Le delta-MIF, évaluant la récupération fonctionnelle, était en moyenne de 31,8 ± 20,6. Il y avait 37,1 % de SAS léger, 28,6 % de modéré et 34,3 % de sévère. Aucune différence significative n’a été observée concernant les différentes échelles cliniques à l’admission et à 2 mois et la BAWL que ce soit entre les deux groupes SAS+ et SAS– ou selon la sévérité, sauf pour le NIHSS 2 mois dans le groupe sévère.

Discussion et conclusion

Cette étude n’a pas montré le retentissement supposé du SAS sur la récupération ou l’attention chez des patients en post-AVC. Néanmoins, les tests ont peut-être été réalisés trop précocement et mériteraient d’être renouvelés à une plus grande distance de l’AVC et complétés.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Keywords : Apnea syndrome, Stroke, Attention disorders, Functional recovery

Mots clés : Apnée du sommeil, Accident vasculaire cérébral, Troubles attentionnels, Récupération fonctionnelle


Plan


© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 57 - N° 9-10

P. 618-628 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Cognitive and behavioural post-traumatic impairments: What is the specificity of a brain injury ? A study within the ESPARR cohort
  • S. Nash, J. Luauté, J.Y. Bar, P.O. Sancho, M. Hours, L. Chossegros, C. Tournier, P. Charnay, J.M. Mazaux, D. Boisson
| Article suivant Article suivant
  • Detection of progressive idiopathic scoliosis during growth using back surface topography: A prospective study of 100 patients
  • G. De Korvin, T. Randriaminahisoa, E. Cugy, L. Cheze, M. de Sèze

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.