Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Prise en charge des dermohypodermites bactériennes nécrosantes et fasciites nécrosantes en réanimation : résultats d’une enquête de pratique francophone - 10/12/14

Doi : 10.1016/j.annfar.2014.10.002 
N. de Prost a, , b , R. Bosc b, c, C. Brun-Buisson a, b, O. Chosidow b, d, e, J.-W. Decousser b, f, G. Dhonneur b, g, R. Lepeule b, f, A. Rahmouni b, h, E. Sbidian b, d, R. Amathieu b, g
pour le

Groupe fasciites nécrosantes de l’hôpital Henri-Mondor

a DHU A-TVB, service de réanimation médicale, CARMAS research group, hôpitaux universitaires Henri-Mondor, AP–HP, 51, avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, 94010 Créteil, France 
b UPEC-université Paris-Est Créteil-Val-de-Marne, Créteil, France 
c Service de chirurgie plastique, hôpitaux universitaires Henri-Mondor, AP–HP, 51, avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, 94010 Créteil, France 
d Service de dermatologie, hôpitaux universitaires Henri-Mondor, AP–HP, 51, avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, 94010 Créteil, France 
e Satellite français du Cochrane Skin Group, Inserm, centre d’investigation clinique 006, Créteil, France 
f Département de virologie, bactériologie, hygiène, parasitologie, mycologie, hôpitaux universitaires Henri-Mondor, AP–HP, 51, avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, 94010 Créteil, France 
g Service d’anesthésie et des réanimations chirurgicales, hôpitaux universitaires Henri-Mondor, AP–HP, 51, avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, 94010 Créteil, France 
h Service d’imagerie médicale, hôpitaux universitaires Henri-Mondor, AP–HP, 51, avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, 94010 Créteil, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 5
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectif

Les dermohypodermites bactériennes nécrosantes et fasciites nécrosantes (DHBN-FN) sont des infections sévères de la peau et des parties molles associées à une mortalité élevée. Afin de préciser les modalités de prise en charge des DHBN-FN dans les réanimations francophones, nous avons conduit une enquête de pratique sous l’égide de la Société française d’anesthésie et de réanimation.

Type d’étude

Questionnaire auto-administré rempli en ligne.

Méthodes

Quatre mille six cent vingt médecins anesthésistes et/ou réanimateurs étaient invités par courrier électronique à remplir un questionnaire en ligne.

Résultats

Cent soixante-quinze médecins exerçant dans 135 réanimations différentes ont répondu au questionnaire (3,8 %). Parmi les répondants, 42 % déclaraient n’avoir pris en charge que deux patients au maximum atteints de DHBN-FN au cours de l’année précédente, 59 % déclaraient ne pas avoir de référent chirurgical et 72 % n’avaient pas de référent médical. Le délai à l’accès au bloc opératoire était de plus de six heures dans 31 % des cas et non prioritaire dans 13 % des cas. Dix-sept pour cent des répondants déclaraient que l’accès au bloc opératoire ne retardait jamais la prise en charge des patients. Les causes de retard à la prise en charge chirurgicale des patients étaient : retard diagnostique (45 %), retard à la validation de l’indication opératoire (37 %), difficultés d’accès au bloc opératoire (8 %). Enfin, 83 % des répondants estimaient que la création de parcours de soins dédiés pourrait améliorer la prise en charge des patients.

Conclusion

Cette enquête illustre l’hétérogénéité de prise en charge des DHBN-FN dans un nombre élevé de réanimations francophones et met en évidence l’absence fréquente de structure de prise en charge adaptée, contribuant probablement à retarder la prise en charge opératoire. Un parcours de soin dédié pourrait permettre d’améliorer la prise en charge des DHBN-FN.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Objectives

Necrotizing fasciitis (NF) are rare and severe soft tissue infections associated with a high mortality rate. In order to assess the management of NF in French-speaking intensive care units (ICUs), we conducted a survey endorsed by the French Society of Anesthesia and Intensive Care (SFAR).

Study design

Online self-administered survey.

Methods

A link to an online survey was sent by email to 4620 anesthesiologists and/or intensivists and was available online from January to February 2014.

Results

One hundred and seventy-five physicians (3.8%) who worked in 135 ICUs filled out the online survey. Among respondents, 42% reported having managed up to two patients with NF during the previous year; 59% and 72% of respondents reported not having a surgical and a medical specialist consultant, respectively. A delayed access to the operating room (OR) of more than 6hours was reported in 31% of cases and access to the OR was reported not to be routinely considered as a priority in 13% of cases. Only 17% of respondents reported that time to transfer to the OR was never a cause for delayed surgery. The main causes for delayed surgery were: delayed diagnosis (45%), delayed validation of surgical intervention (37%), and difficulty of access to the OR (8%). Finally, 83% of respondents estimated that creating dedicated multidisciplinary teams for managing NFs could lead to improving outcomes.

Conclusion

This survey illustrates the heterogeneous management of NF in French-speaking ICUs and points out several logistical aspects that should be improved to reduce the time to the first surgical debridement.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Fasciite nécrosante, Infection de la peau et des parties molles, Cellulite, Sepsis

Keywords : Necrotizing fasciitis, Cellulitis, Skin and soft tissue infections, Sepsis


Plan


© 2014  Société française d’anesthésie et de réanimation (Sfar). Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 33 - N° 12

P. 638-642 - décembre 2014 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Potentiel de patients éligibles à un prélèvement d’organes de type Maastricht III dans le cadre du protocole de l’Agence de la biomédecine dans un service de réanimation polyvalente
  • E. Brocas, S. Rolando, R. Bronchard, F. Fender, C. Guérineau, M. Bruyère
| Article suivant Article suivant
  • Prévention de l’hypotension induite par la rachianesthésie au cours de la césarienne programmée : coremplissage par HEA 130/0,4 vs sérum salé isotonique
  • L. Bennasr, S. Ben Marzouk, Z. Ajili, A. Riahi, M.A. Jarraya, S. Massoudi, H. Jabri, H. Maghrebi

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.