Médecine

Paramédical

Autres domaines

Table des matières EMC Démo S'abonner

Accidents ischémiques cérébraux - 19/12/14

[19-0560]  - Doi : 10.1016/S2211-0364(14)65601-6 
V. Larrue
 Inserm 1048, Service de neurologie vasculaire, CHU de Toulouse, 31059 Toulouse cedex 09, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 11
Iconographies 14
Vidéos 0
Autres 1

Résumé

Les accidents ischémiques cérébraux représentent de 80 à 90 % de l'ensemble des accidents vasculaires cérébraux. Ils constituent une cause majeure de mortalité et d'invalidité. Leur incidence est fortement corrélée à l'âge. Le principal facteur de risque modifiable des accidents ischémiques cérébraux est l'hypertension artérielle. Les accidents ischémiques cérébraux sont classés en infarctus cérébraux et accidents ischémiques transitoires. On conclut à un accident ischémique transitoire lorsque le déficit régresse rapidement, le plus souvent en moins d'une heure, et si l'imagerie cérébrale ne montre pas d'infarctus. L'imagerie par résonance magnétique est la technique la plus précise pour le diagnostic des accidents ischémiques cérébraux. Le diagnostic de la cause d'un accident ischémique cérébral repose sur les données cliniques, l'électrocardiogramme, des examens biologiques sanguins, et une évaluation des troncs supra-aortiques et des artères intracrâniennes par échodoppler, angiographie par résonance magnétique ou angioscanner. Une échocardiographie est nécessaire en l'absence de cause artérielle. Un accident ischémique cérébral est une urgence en raison de la possibilité de traiter certains accidents par fibrinolyse intraveineuse moins de 4 heures 30 après le début des symptômes et du risque immédiat d'infarctus cérébral après un accident ischémique transitoire. Les patients doivent être pris en charge dans des unités de soins spécialisées, les unités neurovasculaires. La prévention des récidives repose sur le contrôle des facteurs de risque et des traitements adaptés à la cause : anticoagulant oral en cas de cardiopathie emboligène, antiagrégants plaquettaires et statine dans les accidents d'origine artérielle, endartériectomie de la carotide en cas de sténose serrée.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots-clés : Accident vasculaire cérébral, Accident ischémique transitoire, IRM, Unité neurovasculaire


Plan


© 2015  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Article précédent Article précédent
  • Pied du patient diabétique
  • R. Ducloux, J.-J. Altman
| Article suivant Article suivant
  • Hormones et risque vasculaire
  • Florence Rollot, Anne Gompel

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à ce traité ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.