Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Transfusion sanguine : en toute sécurité infectieuse - 27/12/14

Blood transfusion: Control of infectious risks

Doi : 10.1016/j.lpm.2014.06.034 
Syria Laperche 1, , Jean-Jacques Lefrère 2, 3, Pascal Morel 4, Elodie Pouchol 5, Bruno Pozzetto 6, 7
1 Centre national de référence des hépatites B et C et du VIH en transfusion, Institut national de la transfusion sanguine, 75015 Paris, France 
2 Institut national de la transfusion sanguine, 75015 Paris, France 
3 Université Paris 5 (Paris Descartes), 75005 Paris, France 
4 Établissement français du sang Bourgogne Franche-Comté, 25000 Besançon, France 
5 Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé, 93200 Saint-Denis, France 
6 Université de Lyon, faculté de médecine de Saint-Étienne, EA 3064, 42023 Saint-Étienne, France 
7 CHU de Saint-Étienne, service de bactériologie, virologie, hygiène, 42023 Saint-Étienne, France 

Syria Laperche, Centre national de référence des hépatites B et C et du VIH en transfusion, Institut national de la transfusion sanguine, 6, rue Alexandre-Cabanel, 75015 Paris, France.
Sous presse. Épreuves corrigées par l'auteur. Disponible en ligne depuis le samedi 27 décembre 2014
Cet article a été publié dans un numéro de la revue, cliquez ici pour y accéder

Points essentiels

Grâce à la maîtrise sans cesse croissante des divers éléments constituant la « chaîne transfusionnelle », depuis le prélèvement du donneur jusqu’à la transfusion du patient, et grâce aux progrès scientifiques et techniques réalisés durant les trois dernières décennies dans l’identification et le dépistage des agents infectieux, le risque de transmission transfusionnelle d’un agent infectieux, dans les pays industrialisés, est actuellement presque totalement maîtrisé, tout au moins pour des agents viraux tels que le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), les virus des hépatites B (VHB) et C (VHC), et le human T-cell leukemia virus (HTLV). Pour d’autres agents pathogènes, qu’ils soient viraux, bactériens ou parasitaires, non dépistés ou non dépistables par les moyens actuels, un risque transfusionnel théorique persiste, avec un impact influencé soit par le statut du receveur (notamment son état immunitaire), soit par le contexte épidémiologique de la population générale vis-à-vis de l’agent infectieux en cause. La sécurité transfusionnelle infectieuse repose sur plusieurs mesures essentielles et complémentaires : la sélection des candidats au don de sang lors de l’entretien médical précédant le don ; le dépistage sérologique et moléculaire des dons infectieux lors de la « qualification biologique des dons » ; les mesures de « réduction des pathogènes » sur certains produits sanguins labiles (leucoréduction ou déleucocytation par filtration, inactivation des pathogènes du plasma ou des plaquettes) ; enfin, la rationalité des indications transfusionnelles. L’objet de cette revue est de proposer un état des lieux du risque infectieux en cette décennie et d’examiner les recours possibles pour en réduire encore l’importance.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Key points

From blood donor collection to transfusion of the recipient, there are several layers of protection of the blood supply. These measures combined with huge progresses over the three past decades in pathogen discovery and blood testing for specific pathogens (human immunodeficiency virus (HIV), hepatitis B (HBV) and C (HCV) viruses, Human T-cell leukemia virus (HTLV)), provide the greatest safety. With the implementation of serological and molecular testing, at least in high-income countries, transfusion-transmitted infections have become extremely rare. However, for pathogen agents, which are not tested and especially those which are responsible for emerging infectious disease, it became apparent that full control of infectious disease had not been achieved. In addition, the immune status of the recipient has also an impact in the outcome of infectious diseases transmitted by transfusion. Blood safety is based on several measures: education and deferral of donors with risk factors for transmissible disease, blood testing, pathogen reduction interventions, and patient blood management. This paper proposes a review of the residual risk of transmission of infectious diseases by transfusion and of the additional interventions able to further reduce it.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2014  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.