Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Indications du méthotrexate en gynécologie en dehors du traitement de première intention des grossesses extra-utérines tubaires - 20/02/15

Doi : 10.1016/j.jgyn.2014.12.015 
H. Misme a, , A. Agostini b, G. Dubernard a, C. Tourette b,
a Service de gynécologie-obstétrique de l’hôpital de la Croix-Rousse, hospices civils de Lyon, 103, Grand rue de la Croix-rousse, 69004 Lyon, France 
b Service de gynécologie-obstétrique, CHU de La Conception, 147, boulevard Baille, 13385 Marseille cedex 05, France 

Auteurs correspondants.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

L’objectif de ce travail est de discuter de la place du méthotrexate en gynécologie en dehors du traitement de première intention des grossesses extra-utérines (GEU) tubaires. Pour les GEU tubaires, le méthotrexate peut se discuter en prophylaxie lors des salpingotomies ou en cas d’échec de la salpingotomie où son utilisation semble justifiée, d’autant plus si elle permet d’éviter des ré-interventions chirurgicales. L’association du méthotrexate à d’autres thérapeutiques telles que mifépristone, chlorure de potassium et géfitinib n’est pas recommandée dans la prise en charge des GEU tubaires. En cas de grossesses ectopiques non tubaires, le recours au méthotrexate par voie intramusculaire ou par voie in situ est une option thérapeutique acceptable pour les grossesses interstitielles non compliquées. Il en est de même pour la voie in situ pour les grossesses cervicales ou sur cicatrice de césarienne non compliquées. Pour les grossesses ovariennes, le méthotrexate ne doit pas être un traitement de première intention, le traitement chirurgical reste la référence. Devant une grossesse de localisation indéterminée (GLI) chez une femme asymptomatique et à taux d’hCG<2000UI/L, une conduite expectative avec une cinétique des hCG est recommandée. Le traitement par méthotrexate n’est pas recommandé en première intention. D’autres indications gynécologiques que les GEU ou les GLI ont pu être discutées : le méthotrexate n’est pas recommandé dans les fausses couches du premier trimestre, dans la prise en charge des interruptions volontaires de grossesse ou dans la prise en charge du placenta accreta.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

The objective of this work is to discuss the indications for methotrexate in gynecology outside the first-line treatment of tubal ectopic pregnancy. In tubal ectopic pregnancy, the prophylactic use of systemic methotrexate can be discussed when performing laparoscopic salpingotomy. In case of failure of salpingotomy, administration seems justified especially if it avoids re-intervention. The combination of methotrexate with other therapies such as mifepristone, potassium chloride or gefitinib is not recommended in the treatment of ectopic pregnancy. For non-tubal ectopic pregnancy, the intramuscular or local administration of methotrexate is an acceptable treatment for uncomplicated interstitial pregnancies. For uncomplicated cervical or cesarean scar pregnancies, the local administration of methotrexate should be considered as a first-line treatment. For ovarian pregnancies, methotrexate should not be a first-line treatment, surgical treatment remains the standard. Asymptomatic women presenting with a pregnancy of unknown location and plateauing serum hCG concentration<2000UI/L can be managed expectantly: it is recommended to take an additional quantitative hCG serum level after 48hours. Thus, methotrexate is not recommended in the first intention. Other gynecological indications were discussed: methotrexate is not recommended in the management of first-trimester miscarriages or in the management of placenta accreta.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Méthotrexate, Grossesse ectopique, Grossesse de localisation indéterminée, Fausse couche, Placenta accreta

Keywords : Methotrexate, Ectopic pregnancy, Pregancy of unknow location, Miscarriage, Placenta accreta


Plan


© 2015  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 3

P. 220-229 - mars 2015 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Utilisation du méthotrexate dans les GEU tubaires
  • M. Lesavre, S. Curinier, P. Capmas, B. Rabischong, H. Fernandez
| Article suivant Article suivant
  • États des lieux et expertise de l’usage hors AMM du méthotrexate en gynécologie–obstétrique : travail du CNGOF
  • H. Marret, A. Fauconnier, G. Dubernard, H. Misme, L. Lagarce, M. Lesavre, H. Fernandez, C. Mimoun, C. Tourette, S. Curinier, B. Rabishong, A. Agostini

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement.

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.