Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Les tumeurs bénignes du rein - 28/02/08

Doi : MORPH-12-2005-89-287-1286-0115-101019-200602597 

F Voinea,

V Tode,

E Caeredin

Voir les affiliations

Résumé

Les kystes séreux du rein sont, de découverte souvent fortuite lors d’une échographie ou d’un examen tomodensitométrique. Ils peuvent siéger au niveau du cortex, à développement exorénal, ou au niveau du sinus, refoulant de façon harmonieuse et régulière les cavités pyélocalicielles. En échographie, ils apparaîsent anéchogènes avec un renforcement postérieur bien limité avec une paroi fine. En tomodensitométrie, le kyste est une image liquidienne à parois fines ne prenant pas le produit de contraste (densité autour de 10 unités Hounsfield avant et après injection de produit de contraste).

Les kystes parapyéliques peuvent être difficiles à distinguer en échographie d’une dilatation des cavités pyélocalicielles : l’aspect d’images liquidiennes confluentes permet le diagnostic de cavités excrétrices. En tomodensitométrie, on les diagnostique facilement à la phase excrétoire, car ils ne se remplissent pas de produit de contraste.

Les angiomyolipomes sont des hamartomes soit uniques soit multiples du rein, et peuvent s’intégrer dans le cadre d’une sclérose tubéreuse de Bourneville. À l’échographie, ils apparaissent sous la forme d’une lésion hyperéchogène aussi échogène que le sinus du rein. L’examen tomodensitométrique retrouve des plages de densité graisseuse au sein de la lésion. Il n’y a pas de calcification. La rupture est la principale complication, d’autant plus fréquente que la lésion est volumineuse et périphérique. Au delà de 6 cm de diamètre, le risque de rupture devient très significatif. On retrouve alors des plages de densité graisseuses et hémorragiques. Le traitement peut nécessiter en urgence une embolisation sélective de la lésion, qui permet dans un second temps une exérèse plus facile.

Les autres lésions bénignes sont plus rares et ne présentent pas de caractère sémiologique à même de les individualiser. Tout au plus pourra-t-on retenir l’aspect radié de certains oncocytomes. Mais cet aspect peut également s’observer dans les certains cancers.


Mots clés : échographie , kystes parapyéliques , kyste liquidien , angiomyolipome




© 2005 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 89 - N° 287

P. 212 - décembre 2005 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • L’action mécanique de l’angle de déclinaison fémoral sur la hanche
  • VV Ro?ioru, E Osman, A Zugravu, V Lupescu
| Article suivant Article suivant
  • Les traumatismes du rein conduite à tenir
  • F Voinea, V Tode, E Caeredin

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.