Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Utilisation du midazolam chez les patients hospitalisés : analyse des pratiques - 23/03/15

Doi : 10.1684/bdc.2013.1795 
Mathilde Giroud 1, , Élodie Sellier 2, 3, Guillemette Laval 1
1 CHU de Grenoble, unité de médecine palliative, 38043 Grenoble cedex 9, France 
2 CHU de Grenoble, unité d’évaluation médicale, CS 10217, 38043 Grenoble cedex 9, France 
3 Université Joseph-Fourier - Grenoble-I, laboratoire TIMC, 38041 Grenoble, France 

*Tirés à Part

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 7
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectifs

Déterminer les fréquences et les modalités d’utilisation du midazolam chez les patients hospitalisés et analyser les représentations du midazolam véhiculées par les médecins.

Méthodes

Une enquête rétrospective a été réalisée du 1er au 22 mai 2011 au centre hospitalier universitaire (CHU) de Grenoble. Ont été inclus tous les patients hospitalisés ayant reçu du midazolam pendant cette période, hors services de réanimation, blocs opératoires et pédiatrie. Les médecins des différents services ont été interrogés sur les caractéristiques des patients inclus et sur leur pratique d’utilisation de ce médicament.

Résultats

Quarante-quatre patients atteints de cancer dans 82 % des cas ont été inclus. La prévalence d’utilisation du midazolam était de 3,3 % (44/1323), 2,8 % (37/1323) pour l’anxiolyse et 0,8 % (11/1323) pour la sédation. Les principaux symptômes réfractaires motivant la prescription étaient la dyspnée (36,4 %), la confusion (29,5 %), la douleur (27,3 %) et la souffrance psycho-existentielle (27,3 %). Vingt-huit médecins ont été interrogés sur leurs pratiques, avec comme représentations principales du midazolam un arrêt des soins actifs (46,5 %) et une cause prématurée de décès (46,5 %).

Conclusion

La pratique de la sédation est sous-estimée par une difficulté pour le clinicien à bien distinguer anxiolyse et sédation et par une difficulté à la mise en œuvre. Un outil d’aide à l’utilisation du midazolam pourrait améliorer les pratiques.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Objective

To evaluate the prevalence and the characteristics of use of midazolam among hospitalized patients and to analyze physicians’ representation of this medicine.

Method

We conducted a retrospective study between 1st May and 22nd May 2011 in Grenoble University Hospital in France. All patients receiving midazolam during the study period were included, excepted if the prescription was performed in intensive care units, operating rooms or in pediatric units. Physicians from the different units were asked about the characteristics of patients receiving midazolam and about their practice concerning the use of midazolam.

Results

Forty-four patients were included, 82 % of whom having a cancer. The prevalence of prescription of midazolam was 3.3 % (44/1,323), 2.8 % (37/1,323) for anxiety relieving and 0.8 % (11/1,323) for sedation. The main refractory symptoms that justified the prescription were dyspnea (36.4 %), confusion (29.5 %), pain (27.3 %) and psychological suffering (27.3 %). Twenty-eight physicians were asked about their practice. The main representations of midazolam were the stop of active treatment (46.5 %) and premature cause of death (46.5 %).

Conclusion

Practice of sedation is under-estimated by physicians as they have difficulties to differentiate anxiety relieving and sedation and they have difficulties to initiate a sedation. A guideline to help physicians using midazolam could improve practice.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : midazolam, anxiolyse, sédation, symptômes réfractaires, soins palliatifs

Key words : midazolam, anxiety relieving, sedation, refractory symptoms, palliative care


Plan


© 2013  Société Française du Cancer. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 100 - N° 9

P. 811-817 - septembre 2013 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Résultats et enseignements d’une stratégie innovante de prise en charge des nausées et vomissements chimio-induits
  • Vincent Jandard, Morgane Guillaudin, Sacha Bédrossian, David Breton, Gisèle Camus, Michel Paillet, Frédéric Rivière, Hervé Le Floch, Stéphanie Reignier, Hervé Rimlinger, Marc Hervouet, Fabien Vaylet, Jacques Margery, Xavier Bohand
| Article suivant Article suivant
  • Prise en charge de pathologie cancéreuse avancée chez des patients institutionnalisés en psychiatrie: une étude pilote
  • Wadih Rhondali, Mathilde Ledoux, Fatma Sahraoui, Juliette Marotta, Vincent Sanchez, Marilène Filbet

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.