Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Directives anticipées : représentations d’infirmiers et de médecins en 2012 - 23/03/15

Doi : 10.1684/bdc.2013.1817 
Mathilde Ledoux 1, Wadih Rhondali , 1, 2, 3 , Luc Monnin 4, Catherine Thollet 4, Patricia Gabon 4, Marilène Filbet 1
1 Hospices civils de Lyon, centre hospitalier Lyon-Sud, centre de soins palliatifs, pavillon 1K, 165, chemin du Grand-Revoyet, 69495 Pierre-Bénite cedex, France 
2 The University of Texas MD Anderson Cancer Center, Department of Palliative Care and Rehabilitation Medicine, Houston, Texas, états-Unis 
3 Université de Lyon, laboratoire « santé, individu, société » (EAM-SIS-HCL 4128), 69656 Bron, France 
4 Hôpitaux du Pays-du-Mont-Blanc - Village santé en haute altitude, équipe mobile de soins palliatifs, 74703 Sallanches, France 

*Tirés à part :

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 5
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Dans le champ du cancer, le patient est un acteur principal dans la prise de décisions qui le concernent. En 2005, un nouvel outil apparaît pour permettre au patient d’être consulté en cas de situations aiguës où il ne serait plus en mesure de s’exprimer : les directives anticipées (DA). Mais leur rédaction reste marginale. Notre objectif était d’étudier les représentations d’infirmiers et de médecins hospitaliers et libéraux sur les DA. Nous avons recueilli les réponses de 42 sur 251 médecins (17 %) et 80 sur 198 infirmiers (40 %). Soixante pour cent des participants avaient le sentiment de ne pas bien connaître le cadre législatif des DA. Pour les médecins, les principales barrières étaient les troubles cognitifs du patient (p=0,004) et le manque d’informations sur la situation clinique (p=0,004). Pour les infirmiers, des difficultés à aborder la situation de fin de vie et le pronostic vital (p=0,002), l’évolution de la situation clinique depuis la rédaction des DA (p=0,008), la temporalité pour l’application des DA (p<0,001) et le fait que la décision finale soit prise par le médecin seul (p=0,015). Les possibilités thérapeutiques en cancérologie sont plus importantes et rendent les décisions de limitation de traitement plus complexes. Pour intégrer la rédaction des DA dans les bonnes pratiques médicales, il est nécessaire que les soignants bénéficient de formations à la loi Léonetti.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

In cancer patients, decision-making process is crucial and patient's involvement is described as a central component. In 2005, a new tool appears to convey patient's opinion even if he is not able to communicate anymore: advanced directives (AD). Unfortunately, their documentation is marginal. The objective of this study was to investigate nurses’ and physicians’ representations towards AD. A questionnaire had been sent to hospitals, public health facilities and liberal practitioners during February 2012. We collected responses from 42/251 physicians (17 %) and 80/198 nurses (40 %). Sixty percent of participants reported that they were not familiar with the legislative framework for AD. For physicians, main barriers were patient cognitive impairment (P=0.004) and lack of information on the clinical situation (P=0.004). For nurses, difficulties were toward end of life and prognosis discussion (P=0.002), clinical situation evolution since AD documentation (P=0.008), time frame for AD application (P<0.001) and the fact that final decision is made by physician alone (P=0.015). AD should be part of a good medical practice and literature has highlighted the benefit of AD on patient's quality of life. End of life discussion therefore requires dedicated time and specific training for physicians and nurses to improve the rate of patients with AD.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : cancer, directives anticipées, limitation, représentations

Key words : advanced directives, cancer, decision-making


Plan


© 2013  Société Française du Cancer. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 100 - N° 10

P. 941-945 - octobre 2013 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Crizotinib : l'étude de phase III confirme notre pratique quotidienne…
  • Vincent Fallet, Marie Wislez
| Article suivant Article suivant
  • Signification clinique, diagnostique et intérêt théranostique des mutations du gène PIK3CA dans le cancer du sein
  • Alexandre Harlé, Maëva Lion, Nicolas Lozano, Jean-Louis Merlin

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.