Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Pharmaco-prévention et nutri-prévention des cancers de la prostate - 23/03/15

Doi : 10.1684/bdc.2013.1739 
François Eisinger 1, 2, 3, , Géraldine Cancel-Tassin 4, Abdel Rahmene Azzouzi 5, Gwenaelle Gravis 6, Dominique Rossi 7, Olivier Cussenot 8
1 Institut Paoli-Calmettes (IPC), département d'anticipation et de suivi des cancers (Cancer Control Department), 232, boulevard Sainte-Marguerite, 13009 Marseille, France 
2 Inserm, UMR 912, Economy and Social Sciences, Health Care Systems and Society, SE4S, 13273 Marseille, France 
3 Aix-Marseille université, 13284 Marseille, Cedex 07 France 
4 Université Paris-VI, CeRePP - GRC-UPMC-05 oncotype, CeRePP, 75005 Paris, France 
5 CHU d'Angers, service d'urologie, 49100 Angers, France 
6 Institut Paoli-Calmettes (IPC), centre de recherche en cancérologie de Marseille, UMR 891 Inserm, Medical Oncology, 232, boulevard Sainte-Marguerite, 13009 Marseille, France 
7 Aix-Marseille université, AP-HM, hôpital Nord, service d'urologie, 13284 Marseille Cedex 07, France 
8 Université Paris-VI, Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), groupe hospitalo-universitaire Paris-Est, hôpital Tenon, service d'urologie, CeRePP - GRC-UPMC-05 oncotype, 75008 Paris, France 

*Tirés à part

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 11
Iconographies 1
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Le cancer de la prostate était en 2010, malgré le progrès des traitements aboutissant à un taux relatif de mortalité faible, la cause de 8790 décès. Le rapport bénéfices-inconvénients du dépistage systématique est pour le moins discuté et les arbitrages ne sont pas orientés vers sa préconisation systématique. Ainsi, la prévention seule offre la capacité de diminuer à la fois l'incidence, les effets secondaires des traitements et la mortalité spécifique du cancer. Néanmoins, ce domaine de la prévention est également l'objet de polémique et de controverse centrés sur les inhibiteurs de la 5-alpha-réductase. Il est vraisemblable que la pharmaco-prévention et la nutri-prévention soient à l'avenir une source importante d'amélioration de la lutte contre le cancer. Les grandes classes de molécules ou produits sont décrites dans cet article. Concernant la pharmaco-prévention, on peut distinguer sans doute trois types différents de molécules : les molécules ayant comme objectif principal ou unique la prévention du cancer de la prostate, il s'agit essentiellement des inhibiteurs de la 5-alpha-réductase et peut être aussi des selective estrogen receptor modulators. Les molécules ayant un objectif de prévention non limité au cancer de la prostate : anti-inflammatoires non stéroïdiens, voire difluorométhylornithine. Les molécules ayant une ambition différente comme celle du contrôle métabolique et dont le bénéfice en termes de réduction de risque de cancer de la prostate ne serait qu'un objectif secondaire : statines, voire metformine ou les inhibiteurs des histones désacétylases. Concernant la nutri-prévention, on peut globalement identifier deux catégories : nutriments et aliments, d'un côté, et vitamines et minéraux, de l'autre. Paradoxalement, si les produits actifs semblent acquérir une légitimité expérimentale, l'efficacité du régime ou de l'aliment semble plus importante. Enfin, il est très important de souligner qu'au côté des controverses sur l'efficacité réelle et du ratio risques/bénéfices, la question centrale est celle de l'adhésion des personnes à cette stratégie. La définition d'une stratégie, aussi efficace soit elle, ne peut se passer de l'adhésion des personnes cibles qui est peut-être le maillon faible de la pharmaco-prévention et se doit sans doute d'être mieux connue.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

In 2010, in France, 8,790 men died from prostate cancer despite a low and decreasing mortality rate. The individual risk/benefit ratio of prostate cancer screening is the focus of controversy and currently not in favor of a systematic screening program. Therefore, only prevention could reduce incidence, side effects of treatment and related mortality. Interestingly, prostate cancer prevention is also a field of controversy mainly about 5-alpha-reductase inhibitors. However, it could be expected that pharmaco- or diet-based prevention will be a huge tool for cancer control, even more for prostate cancer burden. This review comprehensively analyses which molecules or compounds could be used in preventive trials. With regard to pharmaco-prevention, three different kinds of drugs could be identified. First drugs, which aim at mainly or even solely reduce prostate cancer risk such as 5-alpha-reductase inhibitors and selective estrogen receptor modulators. Drugs, which aim at wider preventive impact such as: nonsteroidal anti-inflammatory drugs or difluoromethylornithine. Lastly, drugs for which reducing prostate cancer incidence is merely a side effect such as statins, metformin or histones desacetylase inhibitors. With regard to diet-based prevention, two main approaches could be identified: aliments and nutriments, on one hand, and vitamin and minerals, on the other. Interestingly if compounds reach experimental plausibility, natural foods or even global diet seem to have a higher impact. Lastly, besides assessment of efficacy, effectiveness required the critical step of compliance, which might actually be the weakest link of the prevention chain.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : prévention primaire, pharmacologie, régime

Key words : primary prevention, pharmacology, diet, nutritional management


Plan


© 2013  Société Française du Cancer. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 100 - N° 5

P. 497-507 - mai 2013 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les plantes médicinales chez les malades atteints de cancers : pratiques courantes et éléments de leur évaluation
  • Matthieu Huet
| Article suivant Article suivant
  • Les cancers de l’ouraque
  • Charlotte Peugniez, Tarek Ghoneim, Xavier Leroy, Éric Amela, Jean-Christophe Fantoni, Stéphane Culine, Arnauld Villers, Antoine Adenis

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.