Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Place du médecin généraliste dans le traitement du cancer en Champagne-Ardenne - 25/03/15

Doi : 10.1684/bdc.2012.1574 
Émilie Tardieu 1, Carole Thiry-Bour 2, Christophe Devaux 3, Dragos Ciocan 1, Vanessa de Carvalho 2, Maurice Grand 1, 2, Elisabeth Rousselot-Marche 2, Nicolas Jovenin 1,
1 Réseau régional de cancérologie de Champagne-Ardenne OncoChA, 3, rue de l’Université, 51100 Reims, France 
2 Union régionale des professionnels de santé-médecins libéraux (URPS-ML) de Champagne-Ardenne, 64, chaussée Saint-Martin, 51100 Reims, France 
3 Réseau régional de soins palliatifs de Champagne-Ardenne (RéCAP), 3, rue de l’Université, 51100 Reims, France 

*Tirés à part:

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 6
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

La loi HPST et le Plan cancer 2 insistent sur le rôle pivot du médecin généraliste (MG) dans la prise en charge (PEC) du patient atteint de cancer.

Méthode

Une enquête d’opinion a été menée en Champagne-Ardenne afin d’évaluer la satisfaction et les besoins de 1231MG dans la PEC des patients. Un questionnaire leur a été envoyé par la poste en mars et en avril 2011. Les données ont été analysées avec le logiciel Sphinx.

Résultats

Le taux de participation était de 33% (n=405/1231). Les participants étaient majoritairement des hommes (n=296; 73%), Âgés en moyenne de 51,8ans (e.-t.: 9ans). Ils étaient majoritairement satisfaits (n=343; 85%) de la communication avec les cancérologues, du délai de réception du compte rendu de la réunion de concertation pluridisciplinaire (n=353; 88%) et du programme personnalisé de soins (n=319; 81%). Mais, 69% (n=269) estimaient que leur communication avec les cancérologues restait à améliorer. Enfin, deux tiers considéraient leur niveau de formation en cancérologie comme non satisfaisant (n=243; 64%).

Conclusion

Cette étude met en évidence des pistes d’amélioration pour renforcer la place du MG dans la PEC du patient atteint de cancer.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Introduction

In France, general practitioners (GPs) are playing a key role in cancer care since the HPST law and the second national cancer plan.

Method

A postal questionnaire survey was conducted in Champagne-Ardenne Area to evaluate GPs’ satisfaction and needs in cancer management. A questionnaire was sent by mail in March and April 2011 to 1231 GPs. Statistical analysis of the results was done using Sphinx software (France).

Results

Participation rate was 33% (n=405/1231). Most of the participants were male (n=296; 73%), and the mean age was 51.8 years (s.d.: 9 years). Participants described as acceptable their communication with oncologists (n=343; 85%), the delay of receiving the multidisciplinary team meeting report (n=353; 88%) and the patient personalised care plan (n=319; 81%). However, 69% (n=269) stated that the communication between GPs and oncologists should improve and 64% (n=243) were not satisfied with their level of oncology knowledge.

Conclusion

This study identified important key points that need to be improved in order to strengthen the place of GPs in cancer management.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : médecin généraliste, cancer, enquête de besoin

Key words : general practitioners, needs assessments, neoplasms


Plan


© 2012  Société Française du Cancer. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 99 - N° 5

P. 557-562 - mai 2012 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Comparaison des facteurs épidémiologiques des tumeurs frontières séreuses et mucineuses de l’ovaire : implications thérapeutiques
  • Raffaèle Fauvet, Élodie Demblocque, Philippe Morice, Denis Querleu, Jean Gondry, Émile Daraï
| Article suivant Article suivant
  • Traitements de l’anémie par carence martiale en oncologie
  • Florian Scotté, Vincent Launay-Vacher, Isabelle Ray-Coquard

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.