Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Approche anthropologique de la pratique diagnostique du « trouble de l’identité de genre » - 17/04/15

Doi : 10.1016/j.evopsy.2014.12.002 
Laurence Hérault  : Professeure d’anthropologie
 Aix Marseille université, CNRS, IDEMEC, UMR 7307,13094, 13094 Aix-en-Provence, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 11
Iconographies 0
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Objectifs

Le trouble de l’identité de genre (TIG), tel que défini par le DSM, est utilisé couramment par les psychiatres français pour la prise en charge des personnes trans dans les équipes hospitalières spécialisées. L’objectif de l’article est d’interroger cette procédure diagnostique dans un contexte où le Trouble de l’identité de genre est objet de débats et de controverses et où la caractérisation pathologique de l’expérience transgenre est questionnée.

Méthode

À partir d’une enquête ethnographique de terrain, effectuée entre 2005 et 2008 auprès d’une équipe hospitalière spécialisée, l’article se centre sur l’usage du Trouble de l’identité de genre dans la consultation psychiatrique en essayant de saisir ce qu’il impose et propose à toutes les personnes concernées, médecins et consultants, et ce qu’il laisse percevoir de notre conception de l’identité sexuée. Pour ce faire, il est proposé en premier lieu de ne pas retenir le terme d’autodiagnostic, mais de s’en tenir à ce qui est présenté par les consultants au plus près de ce qui est dit.

Résultats

Trois modalités de déclarations ont ainsi pu être dégagées : des déclarations d’identité, des déclarations de situation et des déclarations d’intention. L’article montre quelles mises à l’épreuve elles subissent au cours de l’investigation psychiatrique.

Discussion

Dans ce processus diagnostique de Trouble de l’identité de genre, l’identité sexuée est bien pensée comme subjective (le fait d’un sujet) mais dans une version de l’intériorité mentale, ce qui est assez bien en phase avec la version occidentale classique de l’identité sexuée où le genre est conçu comme une propriété des personnes.

Conclusion

Cette manière de prendre en charge les choses n’est pas toujours aussi productive que les psychiatres l’imaginent. Si la plupart tiennent fermement au diagnostic et à sa validité, c’est parce qu’ils le voient comme le seul moyen de ne pas se fourvoyer dans une transition inappropriée. Pourtant, il n’est pas sûr que ce soit le diagnostic qui protège les différents protagonistes de ce risque comme le suggère la conclusion de l’article.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Objectives

The gender identity disorder (GID), such as defined by the DSM, is usually used by French psychiatrists to take care of trans people in specialized hospital teams. The paper questions this diagnostic process in a context where the GID is object of debates and controversies and where the pathological characterization of the transgender experience is questioned.

Methods

From an ethnographic fieldwork conducted between 2005 and 2008 in a French hospital, the paper focuses on the use of GID in the psychiatric consultation, trying to show what it imposes and proposes both to doctors and consultants. First of all, it is suggested that the term autodiagnosis should not be used to define consultants’ discourse but to hold on to what they said precisely in the first consultation.

Results

Three modes of declaration have been found: declarations of identity, declarations of situation and declarations of intent. This paper shows how they are put to test in the psychiatric investigation.

Discussion

In this diagnosis process, the gender identity is seen as subjective but in a version of mental interiority in conformity with the classic western version of gender identity that sees gender as a property of the person.

Conclusion

This way of taking care is not as productive as psychiatrists imagine it is. If most of them are attached to the diagnosis of GID, it is because they see it as the only way to protect against an inappropriate transitioning. Nevertheless, it is not sure whether it is the diagnosis, which can do this as the conclusion of this paper suggests.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Trouble de l’identité de genre, Transsexualisme, Dysphorie de genre, Identité de genre, Identité sexuée, Genre, Diagnostic, Transidentité, Transsexualité, Transgenre

Keywords : Gender identity disorder, Transsexualism, Gender dysphoria, Gender identity, Gender, Diagnosis, Transgender identity, Transsexuality, Transgender, Sex change


Plan


 Toute référence à cet article doit porter mention : Hérault L. Approche anthropologique de la pratique diagnostique du « trouble de l’identité de genre ». Evol psychiatr 2015 ; 80 (2) : pages (pour la version papier) ou URL [date de consultation] (pour la version électronique).


© 2015  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 80 - N° 2

P. 275-285 - avril 2015 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Théories du genre et psychanalyse. À propos des destins éthiques et politiques des cures
  • Fabrice Bourlez
| Article suivant Article suivant
  • Changement de sexe à l’état civil de la personne transsexuelle et conséquences sur la famille
  • Philippe Roger

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.