Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Atteintes rénales dans les spondyloarthrites - 21/04/15

Doi : 10.1016/j.monrhu.2014.06.001 
Alexandre Karras a, , Nicolas Champtiaux b, f, Frédéric Lioté c, e, Eric Thervet a, d
a Service de néphrologie, hôpital européen Georges-Pompidou, Assistance publique–Hôpitaux de Paris, 75015 Paris, France 
b Service de médecine interne, hôpital de la Pitié-Salpêtrière, Assistance publique–Hôpitaux de Paris, 75013 Paris, France 
c Service de rhumatologie, hôpital Lariboisière, pôle appareil locomoteur, AP–HP, 75010 Paris, France 
d Université Paris Diderot, Sorbonne Paris Cité, 75205 Paris, France 
e Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité, 75205 Paris, France 
f Université Pierre-et-Marie-Curie, 75012 Paris, France 

Auteur correspondant.

Résumé

Les spondyloarthrites (SpA) sont parfois associées à des manifestations extra-articulaires, dont la néphropathie, retrouvée chez 3 à 6 % des patients. Dans les séries historiques, l’amylose AA, secondaire au syndrome inflammatoire chronique, était la cause la plus commune de maladie rénale au cours des SpA. Avec l’utilisation des biothérapies et la prise en charge rhumatologique précoce, la prévalence de l’amylose AA secondaire diminue en Europe, mais reste encore une pathologie fréquente et sévère dans d’autres populations, responsable de syndrome néphrotique et d’insuffisance rénale parfois rapidement progressive, aboutissant à la dialyse. La néphropathie à dépôts mésangiaux d’IgA est le second type de glomérulonéphrite rencontrée dans ce contexte. Dans la majorité des cas, il s’agit de la découverte fortuite d’une hématurie ou d’une protéinurie lors du suivi d’une SpA, mais l’évolution vers l’insuffisance rénale, parfois sévère, n’est pas rare et ce malgré les traitements anti-inflammatoires (corticoïdes/agents anti-TNF). Pour finir, de nombreuses causes médicamenteuses peuvent causer ou aggraver une néphropathie au cours de la SpA, au premier rang desquelles les AINS. Le dépistage systématique de la néphropathie (prise de la pression artérielle, bandelette urinaire, dosage de la créatinine et estimation du DFG) doit être réalisée de façon annuelle chez le patient suivi pour une spondyloarthrite, afin d’approfondir les explorations néphrologiques et ajuster le traitement néphroprotecteur en cas de néphropathie avérée. Une lithiase urinaire, source d’hématurie microscopique, doit être discutée parmi les diagnostics différentiels.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Abstract

Nephropathy is one of the extra-articular manifestations associated with spondyloarthritis (SpA), and is observed in up to 6 % of all patients. In historical series, AA amyloidosis, secondary to the chronic inflammatory syndrome, was the most frequent cause of renal disease encountered in this setting. The use of TNF blockers therapies and early diagnosis of the rheumatic disease has induced a significant decrease in the incidence of amyloidosis in Europe, but this renal complication remains one of the main concerns in other populations, being responsible for nephrotic syndrome, rapidly progressive renal failure and chronic dialysis. IgA nephropathy (IgAN) is the second major type of glomerulopathy associated with SpA. In most cases, IgAN is revealed by asymptomatic hypertension, proteinuria and/or haematuria but this silent nephropathy can sometimes progress to end-stage renal disease (ESRD) despite anti-inflammatory treatment with anti-TNF drugs or corticosteroids. Finally, several nephrotoxic drugs are prescribed to SpA patients, such as NSAID, which may deteriorate renal function. Systematic and regular screening of kidney disease, including blood pressure monitoring, serum creatinine measurement and urine dipstick analysis, must be proposed to all SpA patients. Confirmation of chronic kidney disease should lead to etiological investigations and initiation of nephroprotective therapy to stop progression towards ESRD.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Spondyloarthrite, Amylose AA, Néphropathie, Immunoglobuline A (IgA), Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), Insuffisance rénale, Protéinurie, Hématurie

Keywords : Spondyloarthritis, AA amyloidosis, Nephropathy, Immunoglobulin A (IgA), Non-steroidal anti-inflammatory drugs (NSAID), Renal failure, Proteinuria, Haematuria


Plan


© 2014  Société française de rhumatologie. Publié par Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 82 - N° 1

P. 22-26 - février 2015 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Œil de la spondyloarthrite
  • Hatem Zeghidi, Phuc Le Hoang, Bahram Bodaghi
| Article suivant Article suivant
  • Maladie de Verneuil : aux confins des spondyloarthrites
  • Frédéric Lioté, Anna Molto, Pascal Richette

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.