Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Y a-t-il une place pour le traitement orthopédique des fractures déplacées du tubercule intercondylaire antérieur du tibia de l’enfant ? - 18/05/15

Doi : 10.1016/j.rcot.2015.03.009 
O. Le Reun a, G. Lucas a, S. Marleix a, B. Fraisse a, P. Guillemot b, P. Rochcongar b, P. Violas a,
a Service de chirurgie pédiatrique, hôpital Sud, CHU, boulevard de Bulgarie, 35200 Rennes, France 
b Département de médecine du sport, hôpital Pontchaillou, CHU, 2, rue Henri-le-Guilloux, 35200 Rennes, France 

Auteur correspondant.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

pages 5
Iconographies 5
Vidéos 0
Autres 0

Résumé

Introduction

Les fractures déplacées du tubercule intercondylaire antérieur du tibia (TIAT) sont relativement peu fréquentes et spécifiques de l’enfant, leur traitement n’est pas consensuel. Le but de notre travail était d’évaluer les résultats fonctionnels de patients en fonction du traitement proposé, orthopédique ou chirurgical.

Patients et méthode

Entre 1994 et 2012, 78 patients ont été pris en charge pour une fracture du TIAT. La classification des fractures était celle de Meyers et Mc Keever. Dix-sept patients, 10 garçons et 7 filles, d’âge moyen de 13±1,4ans (7–15ans) au moment du traumatisme ont pu être revus en consultation pour la réalisation d’un examen clinique et d’une évaluation fonctionnelle du genou à l’aide des scores IKDC et Lysholm. Tous ont réalisé une laximétrie dynamique par GNRB et un test isocinétique par appareil CON-TREX.

Résultats

Le recul moyen était de 6±0,7ans (0,6–15ans). Les stades 1 ont tous été traités orthopédiquement, les scores IKDC et Lysholm étaient respectivement de 59,1±9 et 85,5±7,8 pour une laximétrie différentielle moyenne de –1,15 mm±0,8. Les stades 2 traités orthopédiquement présentaient des scores IKDC et Lysholm respectivement de 99,4±0,7 et 100, une laximétrie différentielle moyenne de 1,9mm±1,5. Les scores IKDC et Lysholm des patients pris en charge chirurgicalement étaient respectivement de 97,7±3,3 et 100 pour une laximétrie différentielle moyenne de –0,15mm±0,6. Les stades 3 traités orthopédiquement obtenaient un score IKDC et Lysholm respectivement de 100 et 100 contre 79,9±21,4 et 93±8,5 pour le traitement chirurgical. La laxité différentielle moyenne était de 0,7mm pour le traitement orthopédique contre 0,4mm±1,5 pour le traitement chirurgical. L’évaluation des tests isocinétiques a permis de mettre en évidence un déficit de la force musculaire du côté pathologique par rapport au côté sain plus important chez les patients opérés.

Discussion

Chez les patients présentant une fracture du TIAT stades 2 et 3 de Meyers et Mc Keever traitée chirurgicalement, on constate une diminution de la laxité différentielle résiduelle. Pour autant, cette moindre laxité n’apparaît pas lier à de meilleurs scores fonctionnels au recul de l’étude.

Conclusion

Le traitement orthopédique semble avoir encore sa place lors de la prise en charge de ce type de fractures, d’autant qu’une laxité résiduelle ne semble pas altérer le pronostic fonctionnel à moyen terme. Une rééducation semble souhaitable dans tous les cas.

Niveau de preuve

4. Étude rétrospective de cohorte.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Fracture tubercule intercondylaire tibia, Enfant, Traitement orthopédique, Traitement chirurgical


Plan


© 2015  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 101 - N° 4S

P. S29-S33 - juin 2015 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Arthrodèse lombaire postérieure trans-foraminale mini-invasive chez la personne âgée de plus de 70 ans : morbidité, résultats cliniques et radiologiques à 1 an d’une série prospective de 30 cas
  • H. Parent, R. Prébet, M. Delhaye
| Article suivant Article suivant
  • La plastie papillon : le rétinaculum au secours des extenseurs
  • F. Rabarin, Y. Saint Cast, G. Raimbeau, B. Césari, P.-A. Fouque, J. Jeudy, N. Bigorre

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

L'accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l'unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.