Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Perforations cornéennes non traumatiques : modalités thérapeutiques - 19/05/15

Doi : 10.1016/j.jfo.2014.11.012 
M. Bouazza a, , A. Amine Bensemlali a, M. Elbelhadji a, L. Benhmidoune a, H. El Kabli b, N. El M’daghri c, M. Soussi Abdallaoui d, K. Zaghloul e, A. Amraoui a
a Service d’ophtalmologie adulte, hôpital 20-Août-1953, quartier des hôpitaux, Casablanca, Maroc 
b Service de médecine interne, CHU Ibn Rochd, quartier des hôpitaux, 1, rue des Hôpitaux, Casablanca, Maroc 
c Service de microbiologie, CHU Ibn Rochd, quartier des hôpitaux, 1, rue des Hôpitaux, Casablanca, Maroc 
d Service de parasitologie et de mycologie, CHU Ibn Rochd, quartier des hôpitaux, 1, rue des Hôpitaux, Casablanca, Maroc 
e Service d’ophtalmologie pédiatrique, hôpital 20-Août-1953, quartier des hôpitaux, Casablanca, Maroc 

Auteur correspondant. 18, rue Massa, lot Fatma, Hay Essalam, (ex CIL), Casablanca, Maroc.

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Résumé

Introduction

Le traitement des perforations non traumatiques de la cornée constitue un véritable challenge aussi bien pour le choix de la technique chirurgicale que pour la gestion de la pathologie causale. Le but de notre travail est de déterminer les résultats anatomiques et fonctionnels de la prise en charge des perforations non traumatiques de la cornée en l’absence d’un accès urgent à la greffe de cornée.

Patients et méthodes

Étude rétrospective d’une série monocentrique de 23 cas consécutifs traités entre janvier 2011 et janvier 2013. Nous avons inclus 23 yeux présentant une perforation cornéenne non traumatique. Différentes techniques chirurgicales ont été utilisées en fonction de la taille et de la localisation de la perforation cornéenne.

Résultats

L’étiologie dominante des perforations cornéennes dans notre série était l’abcès de cornée retrouvé dans 30,4 % des cas (7 yeux). Le recouvrement conjonctival a été réalisé dans 43,5 % des cas (10 yeux) suivi de la tarsorraphie dans 21,7 % des cas (5 yeux), puis du patch cornéen autologue dans 17,4 % des cas (4 yeux) puis de la membrane amniotique dans 13 % des cas (3 yeux) et finalement la colle de cyanoacrylate dans un seul cas. Le recul moyen était de 12,4±2,1 mois. La fermeture anatomique de la perforation a été obtenue dans 91,3 % des cas (21 yeux), tandis que l’acuité visuelle finale n’a pas été améliorée à cause des opacités séquellaires.

Discussion

Le choix de la technique chirurgicale dépend de la taille de la perforation cornéenne, de son siège, de son étiologie et des moyens disponibles aux urgences. Le recouvrement conjonctival est une technique facile et efficace qui constitue une bonne alternative pour fermer les perforations cornéennes de moins de 3mm lorsque la membrane amniotique et la greffe de cornée sont indisponibles. Il permet d’obtenir une surface oculaire de bonne qualité et de préparer une kératoplastie transfixiante.

Conclusion

Le recouvrement conjonctival est une technique qui reste toujours d’actualité en l’absence de greffon cornéen ou de membrane amniotique. Le taux de succès anatomique est très satisfaisant, mais parfois plusieurs interventions sont nécessaires pour améliorer le pronostic visuel.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Summary

Introduction

The treatment of non-traumatic perforations of the cornea is a real challenge for the choice of surgical technique as well as for management of the causal pathology. The goal of our study is to determine the anatomical and functional results of the management of non-traumatic perforation of the cornea in the absence of ready access to a corneal graft.

Materials and methods

This is a retrospective, non-comparative monocentric study of 23 consecutive cases diagnosed and treated between January 2011 and January 2013. We included 23 eyes with non-traumatic corneal perforation. Various surgical techniques were used depending on the size and location of the corneal perforation.

Results

The predominant etiology of the corneal perforations in our series was corneal abscess, found in 30.4% of cases (7 eyes). A conjunctival flap was performed in 43.5% of cases (10 eyes) followed by tarsorrhaphy in 21.7% of cases (5 eyes), autologous corneal patch in 17.4% of cases (4 eyes), amniotic membrane in 13% of cases (3 eyes) and finally cyanoacrylate glue in one case. Mean follow-up was 12.4±2.1months. Anatomical closure of the corneal perforation was achieved in 91.3% of cases (21 eyes), while the final visual acuity was not improved due to secondary opacities.

Discussion

The choice of surgical technique depends on the size of the corneal perforation, its location, its etiology and the resources available for emergencies. When amniotic membrane and corneal donor tissue are unavailable, conjunctival flap is an easy and effective technique, which is a good alternative to close corneal perforations less than 3mm. It improves ocular surface quality and prepares the eye for later penetrating keratoplasty.

Conclusion

Conjunctival flap is a good technique that is still relevant today, especially in the absence of corneal donor tissue or amniotic membrane. The anatomical success rate is very satisfactory, but sometimes several interventions are needed to improve the visual prognosis.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Mots clés : Perforation cornéenne, Non traumatique, Abcès de cornée, Recouvrement conjonctival, Patch cornéen autologue

Keywords : Corneal perforation, Non-traumatic, Corneal abscess, Conjunctival flap, Autologous corneal patch


Plan


 Le présent travail a été présenté au congrès de la Société française d’ophtalmologie en mai 2014 et a reçu le prix de la francophonie.


© 2015  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 38 - N° 5

P. 395-402 - mai 2015 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Imagerie des dystrophies cornéennes : corrélations entre l’OCT en face de segment antérieur et la microscopie confocale in vivo
  • W. Ghouali, R. Tahiri Joutei Hassani, H. Liang, S. Dupont-Monod, F. Auclin, C. Baudouin, A. Labbé
| Article suivant Article suivant
  • Épidémiologie des traumatismes oculaires à globe ouvert dans la région tunisienne du Cap Bon : étude rétrospective à propos de 100 cas
  • A. Baba, W. Zbiba, M. Korbi, A. Mrabet

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.