Médecine

Paramédical

Autres domaines


S'abonner

Bilan d’hémostase chez les patients traités par un anticoagulant oral direct (AOD) - 02/09/15

Doi : 10.1016/j.lpm.2015.06.004 
Pierre Sié
 CHU de Toulouse, hôpital Rangeuil, laboratoire d’hématologie, TSA 50032, 31059 Toulouse, France 

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
Article gratuit.

Connectez-vous pour en bénéficier!

Points essentiels

Les tests de coagulation usuels sont affectés à des degrés variables suivant la nature du test, le réactif et l’anticoagulant oral direct (AOD).

Ces tests ne sont pas adaptés à la surveillance biologique des AOD, pas plus que la mesure du taux plasmatique du médicament. Le laboratoire n’a pas de rôle dans l’adaptation des doses.

La présence d’un AOD à forte concentration rend difficile l’interprétation d’un bilan d’hémostase.

Au cours des situations critiques (saignement grave, acte invasif urgent), la mesure de la concentration plasmatique de l’AOD est simple et utile pour adapter la prise en charge du patient en fonction du taux initial et de la cinétique d’élimination.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Key points

Routine clotting time assays (Prothrombin Time/INR, activated Partial Thromboplastin Time [aPTT]) are prolonged at variable extent by direct oral anticoagulants (DOAC), according to the assay, the reagent and the type of DOAC.

These assays are not reliable for monitoring the intensity of treatment and the measurement of the plasma level of the DOAC is usually not required.

At high concentrations, DOAC interfere with the routine clotting assays, making them difficult to interpret.

In critical situations such as major bleeding or urgent invasive procedure, the measurement of DOAC level and its kinetics are simple and useful to manage the patient.

Le texte complet de cet article est disponible en PDF.

Plan


© 2015  Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
Ajouter à ma bibliothèque Retirer de ma bibliothèque Imprimer
Export

    Export citations

  • Fichier

  • Contenu

Vol 44 - N° 7-8

P. 772-778 - juillet 2015 Retour au numéro
Article précédent Article précédent
  • Les microARNs : en quoi intéressent-ils les cardiologues ?
  • Mathias Mericskay
| Article suivant Article suivant
  • Durée optimale du traitement anticoagulant au décours d’une embolie pulmonaire
  • Cécile Tromeur, Francis Couturaud

Bienvenue sur EM-consulte, la référence des professionnels de santé.
L’accès au texte intégral de cet article nécessite un abonnement ou un achat à l’unité.

Déjà abonné à cette revue ?

;

Mon compte


Plateformes Elsevier Masson

Déclaration CNIL

EM-CONSULTE.COM est déclaré à la CNIL, déclaration n° 1286925.

En application de la loi nº78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art.26 de la loi), d'accès (art.34 à 38 de la loi), et de rectification (art.36 de la loi) des données vous concernant. Ainsi, vous pouvez exiger que soient rectifiées, complétées, clarifiées, mises à jour ou effacées les informations vous concernant qui sont inexactes, incomplètes, équivoques, périmées ou dont la collecte ou l'utilisation ou la conservation est interdite.
Les informations personnelles concernant les visiteurs de notre site, y compris leur identité, sont confidentielles.
Le responsable du site s'engage sur l'honneur à respecter les conditions légales de confidentialité applicables en France et à ne pas divulguer ces informations à des tiers.