Elsevier Masson
Imagerie en ophtalmologie pour les radiologues

Imagerie en ophtalmologie pour les radiologues

Françoise Héran, François Lafitte
ISBN : 978-2-294-75446-3

Étape 1 : connectez-vous à EM-consulte
 
Étape 2 : entrez le mot secret (qui se trouve dans votre livre)

Pas encore de compte EM-consulte ?

Vous recevrez par e-mail votre login et votre mot de passe vous permettant d'accéder directement au site.

Créer un compte

Vous pouvez consulter les compléments en accès libre.
Pour voir l'intégralité des compléments multimédia, connectez-vous et répondez à la question qui vous sera posée.

 Chapitre 1 – Méthodes d’exploration en imagerie et en ophtalmologie : description, contre-indications et indications. Le radiologue

-
+
  • Figure e.1.1 – Appareil d’échographie dédié. 
  • Figure e.1.2 – Appareil d’échographie générale. 
  • Figure e.1.3 – Sonde « golf ». 
  • Figure e.1.4 – Mode B gain fort. Image physiologique de corps flottants (flèches). 
  • Figure e.1.5 – Mode B gain fort. Image physiologique de décollement de la hyaloïde postérieure (flèches). 
  • Figure e.1.6 – Mode B gain faible. Image pathologique : déchirure rétinienne sur traction vitréorétinienne (flèche). 
  • Figure e.1.7 – Mode B gain faible. Mesure du complexe gaine-nerf optique. 
  • Figure e.1.8 – UBM. Coupe de champ étudiant les procès ciliaires. 
  • Figure e.1.9 – Antennes IRM dédiées 
  • Figure e.1.10 – Image obtenue avec une antenne de surface haute résolution. IRM T2 sagittal. 
  • Figure e.1.11 – Ischémie du nerf optique droit (flèches). Séquence de diffusion type resolve coronale (A) et axiale (B). 
  • Figure e.1.12 – Artérite temporale (maladie de Horton). Paroi artérielle épaissie (flèches) 
  • Figure e.1.13 – Tracking de fibres. Voies optiques. 
  • Figure e.1.14 – Patient agité. Séquence axiale en T1 sans (A) et avec « WARP » (B). 


 Chapitre 2 – Anatomie pratique

-
+
  • Figure e.2.1 – Vue antérieure de l’orbite (A) et de l’apex orbitaire (B) (côté droit) 
  • Figure e.2.2 – Veines afférentes et efférentes du sinus caverneux. Angio-IRM veineuse. Reconstructions postérieure (A) et supérieure (B) 


 Chapitre 4 – Pathologie orbitopalpébrale Exophtalmie

-
+
  • Figure e.4.1 – Surveillance post-thérapeutique du liposarcome. Artefacts liés au pilier ferro-magnétique (A) 
  • Figure e.4.2 – Mélanome sous immunothérapie 
  • Figure e.4.3 – Méningiome périoptique gauche (flèches bleues) avec atrophie optique (flèche jaune) 
  • Figure e.4.4 – Dacryops (flèches) 
  • Figure e.4.5 – Carcinome adénoïde kystique de la glande lacrymale gauche. IRM T1 (A), T2 (B), T1 injecté fat sat (C), ADC (D). 
  • Figure e.4.6 – Carcinome adénoïde kystique de la glande lacrymale gauche. Aspect postopératoire 
  • Figure e.4.7 – Lymphome bilatéral des glandes lacrymales. IRM T2 fat sat (A), T1 injecté fat sat (B), T1 (C), ADC (D). 
  • Figure e.4.8 – Carcinome basocellulaire de la paupière (flèches bleues) avec lyse osseuse (flèche rouge). IRM T1 (A), T2 (B). 
  • Figure e.4.9 – Carcinome basocellulaire canthal interne (flèches rouges). Extension orbitaire (flèches bleues) 
  • Figure e.4.10 – Lymphome infiltrant. IRM T2 (A), T1 injecté fat sat (B), ADC (C) et T2 fat sat (D). 
  • Figure e.4.11 – Lymphome infiltrant. IRM T2 (A), ADC (B), T1 (C) et T1 injecté fat sat (D), EDC (E). 
  • Figure e.4.12 – Chondrosarcome de la poulie de l’oblique supérieur calcifié (flèches rouges) 
  • Figure e.4.13 – Histiocytofibrome. IRM T2 (A), T1 (B), T1 injecté fat sat (C). 
  • Figure e.4.14 – Maladie de Rosai-Dorfmann. Infiltration orbitaire et sinusienne de même signal. IRM T2 (A), T1 (B). 
  • Figure e.4.15 – Maladie d’Erdheim-Chester (flèches bleues). IRM T2 (A), T1 (B), T1 injecté fat sat (C). 
  • Figure e.4.16 – Hématome sous-périosté. IRM T2 (A), T1 (B). Scanner coronal (C) et axial (D). 
  • Figure e.4.17 – Hématome aigu. IRM T1 injecté fat sat (A), ADC (B). 
  • Figure e.4.18 – Granulome sur CE. IRM T2 (A), ADC (B). 
  • Figure e.4.19 – Kyste d’inclusion gauche. IRM T1 (A), ADC (B). 
  • Figure e.4.20 – Métastase de la paroi externe de l’orbite. Cancer du poumon. IRM T1 injecté fat sat (A), ADC (B), scanner thoracique (C). 
  • Figure e.4.21 – Sarcome de la paroi orbitaire après exentération avec mise en place d’un lambeau graisseux (flèche bleue) 
  • Figure e.4.22 – Différence entre dysplasie fibreuse (A) et ostéoméningiome (B). Scanner. 
  • Figure e.4.23 – Syndrome de McCune-Albright. Dysplasie fibreuse. Adénome hypophysaire (flèches bleues) 
  • Figure e.4.24 – Kyste dermoïde du toit de l’orbite. IRM T1 injecté fat sat (A), diffusion B1000 et ADC (B). 
  • Figure e.4.25 – Kyste dermoïde de la paroi externe de l’orbite. Scanner. 
  • Figure e.4.26 – Kyste anévrismal hémorragique 
  • Figure e.4.27 – Chondrosarcome. IRM T1 (A), T2 (B, C). 
  • Figure e.4.28 – Fibrome ossifiant. Scanner orbitaire (A), artériographie sélective carotide externe (B). 
  • Figure e.4.29 – Sinusite fungique (flèches vertes) avec extension caverneuse (flèches bleues) et méningée (flèche rouge) 
  • Figure e.4.30 – Mucocèle éthmoïdale. IRM T1 injecté fat sat (A) et scanner (B). 
  • Figure e.4.31 – Cellulite faciale et orbitaire d’origine dentaire (flèches rouges) 
  • Figure e.4.32 – Abcès sous-périosté frontal droit (flèche rouge) sur sinusite frontale (flèche bleue) 
  • Figure e.4.33 – Pott’s puffy tumor gauche. Extension orbitaire de l’abcès (flèche rouge) 
  • Figure e.4.34 – Abcès intraorbitaire à pyogène. Lésion rétro- et sus-bulbaire ovoïde hétérogène 
  • Figure e.4.35 – Abcès orbitaire développé dans le droit médial. Scanner injecté axial (A) et coronal (B). 
  • Figure e.4.36 – Abcès orbitaire gauche à pyogènes. IRM T1 injecté (A), diffusion (B). 
  • Figure e.4.37 – Abcès musculaire de cysticercose 
  • Figure e.4.38 – Granulome conjonctival à CE kystisé 
  • Figure e.4.39 – Extension orbitaire gauche (flèche rouge) et méningée (flèche blanche) d’une sinusite fungique  
  • Figure e.4.40 – Maladie de Basedow. Hypertrophie graisseuse, luxation antérieure des glandes lacrymales (flèches). Scanner. 
  • Figure e.4.41 – Maladie de Basedow. Forme mixte. Fibrose (flèches rouges), inflammation (flèches bleues) 
  • Figure e.4.42 – Maladie de Basedow guérie. Atrophie musculaire. Hypertrophie graisseuse, avec exophtalmie persistante. 
  • Figure e.4.43 – Maladie de Basedow. Droit médial inflammatoire. Muscle hypertrophié, hyperéchogène et hypervascularisé 
  • Figure e.4.44 – Dacryoadénite bilatérale. Sarcoïdose. IRM T1 (A), T1 injecté fat sat (B), ADC (C). 
  • Figure e.4.45 – Lésion inflammatoire de la glande lacrymale gauche 
  • Figure e.4.46 – Inflammation à IgG4. Atteinte des nerfs sous-orbitaires (flèches rouges) et sus-orbitaires (flèche bleue). IRM T1. 
  • Figure e.4.47 – Cellulite préseptale. Abcès de paupière (flèche). Scanner injecté. 
  • Figure e.4.48 – Syndrome de Lyell avec pannus vasculaire 
  • Figure e.4.49 – Chalazion de la paupière inférieure droite à centre « kystisé » 
  • Figure e.4.50 – Hémangiome caverneux typique. Hypersignal T2, liseré en hyposignal discontinu (flèches jaunes). IRM T2. 
  • Figure e.4.51 – Hémangiome caverneux typique avec remplissage progressif après injection. IRM T2 fat sat (A), T1 injecté fat sat (B, C). 
  • Figure e.4.52 – Hémangiome caverneux postérieur gauche (flèches rouges), effet de masse sur le nerf optique (flèche jaune) 
  • Figure e.4.53 – Hémangiome caverneux de l’apex droit (flèches rouges), 
  • Figure e.4.54 – Petit méningiome du canal optique gauche ayant fait évoquer un hémangiome caverneux (flèches rouges) 
  • Figure e.4.55 – Hémangiopéricytome orbitaire inférieur droit. Noter les zones de flow void (flèches rouges) 
  • Figure e.4.56 – Varice orbitaire (flèches rouges) 
  • Figure e.4.57 – MAV palpébrale inférieure post-traumatique. Prise de contraste hétérogène et serpigineuse 
  • Figure e.4.58 – MAV palpébrale chez un patient âgé de 25 ans. Lésion mal limitée hypervascularisée. Absence d’extension en profondeur 
  • Figure e.4.59 – Fistule durale droite. Exophtalmie droite grade I 
  • Figure e.4.60 – Fistule carotido-caverneuse directe post-traumatique 
  • Figure e.4.61 – Aspect clinique et exemples d’étiologies d’un CBH 
  • Figure e.4.62 – Exemples d’énophtalmies post-traumatiques, droite minime (A, B) et gauche sévère (C). 
  • Figure e.4.63 – Énophtalmie droite discrète sur atélectasie maxillaire (flèches rouges) 
  • Figure e.4.64 – Énophtalmie gauche discrète. Varice orbitaire (flèches rouges) augmentant de volume en procubitus (flèche bleue) 
  • Figure e.4.65 – Modifications séquellaire d’injections multiples à visée thérapeutique pour lymphangiome orbitaire (flèches rouges) 
  • Figure e.4.66 – Syndrome de Claude-Bernard-Horner droit récent. Dissection carotidienne récente possible 
  • Figure e.4.67 – Syndrome de Claude-Bernard-Horner gauche, cervicalgies dans un contexte viral. Absence de dissection. Carotidynie 
  • Figure e.4.68 – Même patient que figure e.4.67. Épaississement pariétal carotidien en regard de la bifurcation (flèches vertes) 
  • Figure e.4.69 – Sténose basse du canal lacrymonasal gauche. Volumineuse dacryocèle 
  • Figure e.4.70 – Sténose après chirurgie et radiothérapie d’une tumeur maligne du massif facial avec dilatation d’amont du sac lacrymal 
  • Figure e.4.71 – Rhabdomyosarcome à point de départ lacrymal. IRM T2 (A), T2 fat sat (B), ADC (C) 
  • Figure e.4.72 – Même patient. Scanner axial et coronal. Fenêtres parenchymateuses (A, C) et osseuses (B, D). 
  • Figure e.4.73 – DCR externe. Résultat normal. Produit dans le méat moyen (flèche bleue). Dacryoscanner. 
  • Figure e.4.74 – DCR externe. Épiphora persistant. Synéchie (flèche rouge). Dacryoscanner. 


 Chapitre 5 – Traumatismes et corps étrangers

-
+
  • Figure e.5.1 – Fracture minime (flèche verte). Incarcération du droit inférieur (flèche rouge) et de graisse (flèche bleue) 
  • Figure e.5.2 – Énophtalmie gauche post-traumatique. Scanner sans injection fenêtre osseuse (A) et parenchymateuse (B). 
  • Figure e.5.3 – Hypotropie gauche progressive. Traumatisme du toit de l’orbite avec CE (flèche verte) négligé 
  • Figure e.5.4 – Fracture du plancher pré- (A) et postopératoire (B) traitée par plaque de Silastic ® (flèche bleue). Scanner. 
  • Figure e.5.5 – Traitement d’une fracture complexe par plaque métallique. Scanner postopératoire. Reconstructions MIP axiale (A) et sagittale (B). 
  • Figure e.5.6 – Fracture du plancher traitée par Biocoral ® (flèche bleue). Scanner. 
  • Figure e.5.7 – Fracture du plancher. Réparation par plaque de Biocoral ® . Fracture de la plaque et déplacement dans le sinus maxillaire (flèches) 
  • Figure e.5.8 – Suivi postopératoire d’une fracture du plancher dans le cadre d’un traumatisme du massif facial sévère 
  • Figure e.5.9 – Corps étranger métallique intraorbitaire (flèche). Scanner. 
  • Figure e.5.10 – Corps étranger métallique au contact de la paroi du globe (flèches). Reconstructions dans le méridien de 5 h. Scanner. 
  • Figure e.5.11 – Petit garçon de 4 ans. Tableau de cellulite orbitaire 
  • Figure e.5.12 – Petit garçon de 6 ans. Dacryoadénite gauche récidivante (flèches). CE végétal 


 Chapitre 6 – Artefacts, aspects postopératoires, drôles d’images

-
+
  • Figure e.6.1 – Artefacts de mouvement. IRM T2 (A) et T2 fat sat (B). 
  • Figure e.6.2 – Artefacts de susceptibilité magnétique en IRM T2 (A, B, C). 
  • Figure e.6.3 – Artefact de susceptibilité magnétique responsable de modification de signal et de déformation des globes (flèches rouges) 
  • Figure e.6.4 – Artefacts de susceptibilité magnétique liés au maquillage (flèches). IRM T2 fat sat (A, B) et T2 (C). 
  • Figure e.6.5 – Artefact de susceptibilité magnétique plus marqué en T2 écho de gradient (A) qu’en T2 spin écho (B). 
  • Figure e.6.6 – Complication à type de kyste « réservoir » conjonctival avec amincissement scléral sur valve d’Ahmed 
  • Figure e.6.7 – Deux variétés d’implant de cristallin : PPMA (A), acrylique (B) en échographie haute fréquence  
  • Figure e.6.8 – Rail de silicone en scanner (flèches rouges). Coronal (A), axial (B, C). 
  • Figure e.6.9 – Indentation en silicone (flèches rouges). IOL (flèche bleue) avec haptiques (flèches vertes) 
  • Figure e.6.10 – Indentation en silicone (flèches rouges). IRM T2. 
  • Figure e.6.11 – Résidus de silicone émulsionnés dans la cavité vitréenne (A, B) et silicone récent (C, D). Mode B. 
  • Figure e.6.12 – Mise en place de la prothèse oculaire 
  • Figure e.6.13 – Exemples de prothèses oculaires (flèches rouges). Épithèses (flèches vertes) 
  • Figure e.6.14 – Exemples de prothèses oculaires (flèches rouges). Épithèses (flèches vertes) 


 Chapitre 7 – Imagerie en ophtalmopédiatrie

-
+
  • Figure e.7.1 – Exemples de kyste dermoïde. Mode B (A), EDC (B) 
  • Figure e.7.2 – Kyste dermoïde profond avec contenu graisseux en hypersignal T1 et T2 (flèches). IRM T2 (A), T1 (B). 
  • Figure e.7.3 – Hémangiome palpébral en phase de prolifération chez une enfant de 11 mois 
  • Figure e.7.4 – Hémangiome palpébral inférieur chez un nourrisson de 3 mois. Vitesses élevées et IR bas 
  • Figure e.7.5 – Localisations orbitaires et périorbitaires d’une leucémie aiguë myéloblastique (flèches) 
  • Figure e.7.6 – Sarcome granulocytaire. IRM T1 (A), FLAIR (B), T1 injecté fat sat (C, D), ADC (E), 
  • Figure e.7.7 – Hémolymphangiome. Niveau liquide-liquide (flèche). EDC. 
  • Figure e.7.8 – Hémorragie aiguë sur lymphangiome kystique 
  • Figure e.7.9 – Morning glory gauche (flèche rouge, B). Gliome du nerf optique gauche (flèche verte, A). IRM T2 densité de protons. 
  • Figure e.7.10 – Exemples de gliomes du chiasma. IRM T2 (A), T2 fat sat (B, C) et T1 injecté (D). 
  • Figure e.7.11 – Nanophtalmie avec atrophie du nerf optique. IRM T2. 
  • Figure e.7.12 – Rétinoblastome (flèche rouge). PVF (flèche bleue). IRM T2. 
  • Figure e.7.13 – EDC. Maladie de Coats (A). Maladie de Coats plus. Lésions encéphaliques en IRM (B à F). 
  • Figure e.7.14 – Exemples de colobome. IRM T2 axial (A, B). 
  • Figure e.7.15 – Œdème papillaire (flèches rouges) en IRM FLAIR injecté (A) et T2 (B). 
  • Figure e.7.16 – Pseudo- œdème (flèches rouges) en rapport avec une petite druse enfouie (flèche bleue) en mode B. 
  • Figure e.7.17 – Exemples de druses (flèches) en scanner (A) et IRM SWI (B). 


 Chapitre 8 – Troubles visuels de cause non ophtalmologique

-
+
  • Figure e.8.1 – NMO. Névrite optique bilatérale prédominant à gauche (A à D) 
  • Figure e.8.2 – Maladie de Devic. Lésions encéphaliques. IRM FLAIR (A à D) et T1 injecté (E, F). 
  • Figure e.8.3 – Maladie de Devic. Lésions encéphaliques. IRM FLAIR. 
  • Figure e.8.4 – Maladie de Devic. Lésions médullaires. IRM T2 (A), T1 injecté (B). 
  • Figure e.8.5 – Sarcoïdose. Chiasmatite. IRM T2 (A) et T1 injecté fat sat (B). 
  • Figure e.8.6 – Sarcoïdose. Périnévrite (flèche bleue) et nodule leptoméningé (flèches rouges) 
  • Figure e.8.7 – Gliome du chiasma étendu au nerf optique gauche (flèches rouges). Prise de contraste hétérogène (flèche bleue) 
  • Figure e.8.8 – GPN. Atteinte unilatérale. Atrophie optique droite majeure (flèches rouges). IRM T2 (A à C). 
  • Figure e.8.9 – GPN. Kyste parapapillaire bilatéral (flèches rouges). IRM T2. 
  • Figure e.8.10 – Méningiome de la clinoïde antérieure droite étendu à la méninge périoptique (flèches rouges)  
  • Figure e.8.11 – Volumineux méningiome de la clinoïde antérieure droite comprimant le nerf optique droit (flèche rouge) 
  • Figure e.8.12 – Macroadénome. IRM T1 (A), T2 (B), T1 injecté (C). 
  • Figure e.8.13 – Hypophysite typique (flèches rouges) comprimant le chiasma (flèche bleue) 
  • Figure e.8.14 – Hypophysite atypique. IRM T2 (A), T1 injecté fat sat (B). 
  • Figure e.8.15 – HTIC idiopathique. Dilatation des espaces périoptiques (flèches bleues). Arachnoïdocèle intrasellaire (flèche jaune) 
  • Figure e.8.16 – Quadranopsie latérale homonyme droite 


 Chapitre 9 – Troubles de l’oculomotricité

-
+
  • Figure e.9.1 – OIN droite. Plaque de sclérose en plaques active (flèches rouges) sur le FLM droit. IRM T2 (A), FLAIR (B) T1 injecté (C). 
  • Figure e.9.2 – A. Syndrome de un et demi. Regard à gauche. Structures touchées (flèches rouges) 
  • Figure e.9.3 – Squew deviation, syndrome de Wallenberg. Accident ischémique récent bulbaire (flèches rouges). IRM ADC (A), FLAIR (B). 
  • Figure e.9.4 – Exploration IRM d’un III sans céphalées.  
  • Figure e.9.5 – Même patient que la figure e.9.4. Anévrisme communicante postérieure (flèches rouges) 
  • Figure e.9.6 – III brutal gauche. Nécrose hémorragique adénomateuse. IRM SWI (A), T1 injecté (B). 
  • Figure e.9.7 – III brutal droit. Saignement sur cavernome du III. IRM T1 (A), T2 inframillimétrique (B), SWI (C). 
  • Figure e.9.8 – Atteinte bilatérale du IV post-traumatique. Contrôle à distance. Atrophie des deux obliques supérieurs (flèches bleues) 
  • Figure e.9.9 – Atrophie de l’oblique supérieur gauche (flèche bleue). Possible schwannome du IV (flèches rouges) 
  • Figure e.9.10 – Hypotension intracrânienne. IRM T1 injecté (A), FLAIR (B). 
  • Figure e.9.11 – Extension à la base du crâne d’un cancer du cavum. VI droit 
  • Figure e.9.12 – Méningoradiculite 
  • Figure e.9.13 – Méningiome sphéno-orbitaire (flèche rouge) étendu au sinus caverneux (flèches bleues) 
  • Figure e.9.14 – Schwannome du V gauche (flèches rouges). IRM T2 (A), FLAIR (B), T2 inframillimétrique (C). 
  • Figure e.9.15 – Hémangiome caverneux du sinus caverneux droit 
  • Figure e.9.16 – Inflammation à IgG4. Atteinte du nerf infraorbitaire (flèche rouge). Extension au sinus caverneux (flèche bleue) 
  • Figure e.9.17 – Macroadénome hypophysaire. Extension au sinus caverneux gauche (flèches bleues). IRM T1 (A), T1 injecté (B, C). 
  • Figure e.9.18 – Chondrosarcome étendu au sinus caverneux droit. IRM T2 (A), T1 injecté (B), scanner (C). 
  • Figure e.9.19 – Métastase du sinus caverneux gauche (flèches rouges). Autres localisations parenchymateuses et tige pituitaire (flèches bleues) 
  • Figure e.9.20 – Deux exemples de même présentation à l’imagerie d’une atteinte du sinus caverneux gauche, secondaire à un lymphome 
  • Figure e.9.21 – Syndrome de Brown ; inflammation de la poulie de l’oblique supérieur droit (flèches rouges) 
  • Figure e.9.22 – Stilling-Duane. Agénésie du VI gauche avec bonne visibilité du VI droit (flèche rouge). IRM T2 fat sat (A), T2 (B). 
  • Figure e.9.23 – Maladie de Crouzon. IRM T1 (A, B), T2 (C). 


 Chapitre 10 – Apport de l’IRM fonctionnelle à l’étude du système visuel et de sa réorganisation à la suite d’une lésion

-
+
  • Figure e.10.1 – Gravure représentant l’appareil utilisé par Angelo Mosso pour mesurer les pulsations du cortex cérébral humain 
  • Figure e.10.2 – IRM fonctionnelle en pratique. Préparation de la salle