Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal Français d'Ophtalmologie
Volume 38, n° 8
pages e169-e171 (octobre 2015)
Doi : 10.1016/j.jfo.2014.08.013
Lettres à l'éditeur

Neuropathie optique : manifestation rare de la neurobrucellose
Optic neuritis: Rare manifestation of neurobrucellosis
 

N. Bouzidi , M. Damak, E. Turki, C. Mhiri
 Service de neurologie, faculté de médecine, CHU Habib Bourguiba, cité Majida Boulila, 3029 Sfax, Tunisie 

Auteur correspondant.
Introduction

La brucellose, une anthropozoonose due au germe Brucella melitensis , peut engendrer dans 2 à 10 % des cas des manifestations neurologiques [1]. Les présentations cliniques de la neurobrucellose sont polymorphes et peuvent s’installer d’une manière aiguë, subaiguë ou chronique. Lorsque le mode d’installation est aigu, les symptômes observés sont non spécifiques à type de céphalées, asthénie, myalgies… Dans les atteintes chroniques, qui sont beaucoup plus fréquentes, les manifestations neurologiques sont variées, ce qui rend dans certain cas le diagnostic très difficile, souvent retardé surtout en dehors des régions endémiques. Nous rapportons ici un cas de neurobrucellose révélée par une neuropathie optique (NO) et une surdité bilatérale.

Observation

Une jeune fille âgée de 15ans, issue d’un milieu rural, est hospitalisée pour une baisse de l’acuité visuelle (AV) et une hypoacousie bilatérale, qui ce sont installées de façon aiguë et concomitante, il y a 8mois. En fait, le début de sa maladie remonte à début novembre 2012 marqué par l’apparition d’accès fébriles et de sueurs nocturnes, associés à une altération de l’état général, des céphalées et des rachialgies. Une semaine après, elle a présenté, de façon aiguë, un brouillard devant les yeux et une hypoacousie. Un ophtalmologue lui a prescrit une corticothérapie orale à base de prednisone à la dose de 1mg/kg/j pendant 10jours. Ce traitement n’amène aucune amélioration, au contraire l’évolution a été marquée par l’installation au mois de mars 2013 d’un syndrome confusionnel spontanément régressif. L’IRM cérébrale réalisée lors de cet épisode n’a pas révélé d’anomalie. Devant la persistance de la baisse de l’AV et l’aggravation de l’hypoacousie, elle a été adressée en neurologie. La reprise de l’interrogatoire a noté la notion de consommation de lait cru.

À l’admission, elle était en bon état général, apyrétique, consciente, coopérante et bien orientée dans le temps et dans l’espace. L’examen neurologique a montré une baisse de l’AV bilatérale (elle pouvait compter les doigts à 3mètres à droite et à 4mètres à gauche) avec une hypoacousie bilatérale. Le fond d’œil a montré une atrophie optique bilatérale. Les réflexes photomoteurs et l’oculomotricité étaient conservés. Le reste de l’examen neurologique était sans anomalies. Les potentiels évoqués visuels étaient en faveur d’une neuropathie optique rétrobulbaire bilatérale de type axonale plus sévère à droite et l’audiométrie a objectivé une surdité de perception bilatérale. Toutes les autres causes de neuropathie optique ont été éliminées : la numération de la formule sanguine, l’urée, la créatinine, la glycémie à jeun, les transaminases, les protéines sériques ainsi que le dosage de l’acide lactique étaient normaux. La vitesse de sédimentation était à 50mm à la première heure. Le bilan immunologique était négatif : les anticorps antinucléaires, les anticorps anti-ADN natifs et les anti-cytoplasmes nucléaires. Les sérologies virales (varicelle, toxoplasmose, Mycoplasma , CMV, EBV, hépatite B et C), la sérologie de la syphilis et la sérologie de Lyme étaient négatives.

La recherche de bacille de Koch dans les crachats, les urines et le liquide céphalorachidien (LCR), ainsi que l’intradermoréaction étaient négatives. Le bilan phosphocalcique et la radiographie du thorax étaient normaux. L’IRM cérébrale n’a pas montré d’anomalies notables. L’étude du LCR a révélé un liquide clair, avec une pléiocytose (20EB/mm3) à prédominance lymphocytaire (90 %) et une hyperprotéinorachie à 1,05g/L. L’examen bactériologique direct et la mise en culture du LCR étaient négatifs. La sérologie de Wright était positive à 1/320 pour B. melitensis . Le diagnostic de la neurobrucellose a été retenu. La patiente a été traitée par une antibiothérapie (rifampicine 600mg/j et doxycycline 200mg/j) pendant 6semaines. L’évolution s’est faite vers amélioration progressive partielle de l’acuité auditive objectivée par une audiométrie de contrôle et la persistance des troubles visuels.

Discussion

Les complications brucelliennes sont diverses et peuvent toucher plusieurs organes y compris le système nerveux. L’atteinte du système nerveux est rare et peut survenir à la phase aiguë ou plusieurs mois plus tard avec une grande diversité des présentations cliniques [2]. Il peut s’agir d’une méningite isolée, de méningo-encéphalite ou méningomyélite d’installation aiguë ou chronique, d’hypertension intracrânienne, de compression médullaire par spondylodiscite, ou de polyradiculonévrite [3]. Les accidents vasculaires cérébraux artériels ou veineux ont été aussi rapportés. L’atteinte des nerfs crâniens est une manifestation rare de neurobrucellose. Elle peut toucher fréquemment le nerf VIII mais aussi les nerfs III, IV, VI, VII. Très peu de cas de NO révélatrice de neurobrucellose sont rapportés dans la littérature (Tableau 1). Le diagnostic de neurobrucellose est basé dans ce cas sur la notion de certaines habitudes alimentaires (plats à base de viande crue, consommation de lait frais non bouilli ou de fromages à base de lait cru) et l’élimination d’autres étiologies de neuropathie optique. La sérologie de Wright est la réaction de référence de l’OMS qui permet de confirmer le diagnostic de brucellose. La neuropathie optique peut être uni- ou bilatérale, de type axonale ou démyélinisante [4]. Cette NO peut être isolée ou associée à une ophtalmoplégie [5] et/ou à une vascularite rétinienne [6]. La physiopathologie des différentes phases de la neurobrucellose n’est pas complètement élucidée. Dans les formes aiguës, le germe a un effet direct sur le système nerveux. Il peut rester longtemps à l’intérieur des corps cellulaires, proliférer et entraîner des manifestations subaiguës ou chroniques. Dans les formes chroniques, ce mécanisme s’associerait à un dysfonctionnement immunitaire, comme le suggèrent les rares cas de démyélinisation du système nerveux central, des racines ou des nerfs périphériques [7]. Dans le cas de notre observation, la neuropathie optique serait due soit à une action directe de l’endotoxine sur les cellules de Schwann induisant une réaction inflammatoire avec une démyélinisation segmentaire, une dégénérescence axonale, une rémyélinisation et une hypertrophie nerveuse, soit à une réaction immunitaire suite à l’atteinte des méninges, médiée par des complexes immuns donnant des lésions endothéliales au niveau de la vasa nervorum et par la suite une névrite ischémique [8].

Le traitement de la neurobrucellose doit être précoce, basé sur des antibiotiques ayant une bonne diffusion à travers la barrière hémato-encéphalique et en intracellulaire. L’association d’au moins deux antibiotiques est la règle pendant une durée minimum de deux mois [9]. Les deux associations les plus utilisées sont : rifampicine/triméthoprime–sulfaméthoxazole ou rifampicine/doxycycline. La prednisone per os peut être utile pendant la phase aiguë de la NO secondaire à la neurobrucellose, elle permet de juguler la réaction inflammatoire intense à ce stade [8]. Ceci à l’opposé des NO idiopathiques où la corticothérapie orale n’est pas indiquée et exposée au risque accru de rechutes [10].

L’évolution de notre patient était défavorable avec apparition d’une atrophie optique, ce qui était le cas pour 4 parmi les neuf malades rapportés dans la littérature.

Conclusion

La neuropathie optique causée par la brucellose est une manifestation rare qui peut mettre en jeu le pronostic visuel. Il faut y penser dans les pays endémiques, méditerranéens et le Moyen-Orient et demander les sérologies afin d’établir rapidement le diagnostic et d’entreprendre le traitement précocement, cette conduite est le seul garant pour préserver le pronostic visuel.

Déclaration d’intérêts

Les auteurs déclarent ne pas avoir de conflit d’intérêt en relation avec cet article.

Références

Altundere B., Altundere S., Yildiz S., Yildiz N. A case of brucellosis with multiple neurological complications Arch Neuropsychiatry 2012 ;  49 : 80-82
Sola M., Giron C., Blanco A., Martin U., Moreno M., Cardiel B. Neurobrucellosis. A report of 13 cases Neurologia 1995 ;  10 : 375-379
Kyebambe P.S. Acute brucella meningomyeloencephalo-spondylosis in a teenage male Afr Health Sci 2005 ;  5 : 69-72
Sahin E., Yilmaz A., Ersöz G., Uğuz M., Kaya A. Multiple cranial nerve involvement caused by Brucella melitensis South Med J 2009 ;  102 : 855-857 [cross-ref]
Miyares F.R., Deleu D., Sittana S.E., Equia F., Mesraoua B., Al Hail H., and al. Irreversible papillitis and ophthalmoparesis as a presenting manifestation of neurobrucellosis Clin Neurol Neurosurg 2007 ;  109 : 439-441 [cross-ref]
Ghasemi Barghi R., Meraat H., Pahlevan A.A. A review on ophthalmic manifestations of brucellosis and reporting a case of ophthalmic brucellosis Iran Red Crescent Med J 2011 ;  13 : 352-353
Koussa S., Thome A., Ghayad E., Nasnas R., Elkallab K., Chemaly R. Neurobrucellose : études clinique et thérapeutique de 15 patients Rev Neurol 2003 ;  159 : 1148-1155 [inter-ref]
Elrazak A. Brucella optic neuritis Arch Intern Med 1991 ;  151 : 776-778
Shakir R., Al-Din A., Araj G., Lulu A., Moussa A., Saadah M. Clinical categories of neurobrucellosis. A report of 19 cases Brain 1987 ;  110 : 213-223
Beck R.W., Gal R.L. Treatment of acute optic neuritis: a summary of findings from the optic neuritis treatment trial Arch Ophthalmol 2008 ;  126 : 994-995 [cross-ref]



© 2015  Elsevier Masson SAS. All Rights Reserved.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline