Article

Access to the text (HTML) Access to the text (HTML)
PDF Access to the PDF text
Advertising


Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates



Chirurgie de la main
Volume 34, n° 6
page 334 (décembre 2015)
Doi : 10.1016/j.main.2015.10.008
Annual Congress of the French Society for Surgery of the Hand

Imputabilité de la frange synoviale huméro-radiale dans l’épicondylalgie latérale de coude
 

Amaury D’utruy 1, , Fabrice Duparc 2, Isabelle Auquit-auckbur 2, Cédric Siedlecki 2, Damien Potage 2, Nicolas Tarissi 2
1 313, rue de Vaugirard, Paris, France 
2 CHU Charles-Nicolle, Rouen, France 

Auteur correspondant.
@@#100979@@
Introduction

L’épicondylite rebelle au traitement chirurgical tient dans sa définition- un geste limité à l’étage ostéotendineux (parfois neurologique) des douleurs, mais ignorant une étiologie articulaire. L’objectif est de démontrer l’imputabilité de la frange synoviale huméro-radiale (FSHR) dans le syndrome d’épicondylalgie latérale de coude pour en proposer un traitement chirurgical exhaustif.

Patients et méthode

Étude prospective d’une série de 37 patients (20 femmes, 17 hommes) d’âge moyen 44ans souffrant d’épicondylalgie latérale de coude et opérés entre 1998 et 2013 de 44 coudes. L’évolution préopératoire moyenne était de 23 mois. L’examen clinique préopératoire mettait en évidence une épicondylite pour 37 coudes (84,1 %), un syndrome du tunnel radial pour 42 (95,5 %) et des signes articulaires pour 30 (68,2 %). Le geste opératoire pouvait associer une désinsertion-suture des tendons épicondyliens latéraux, une neurolyse du nerf interosseux postérieur et une résection de FSHR. Les patients étaient reconvoqués à 2 et 12 mois. Le critère de jugement principal était le caractère inflammatoire de la FSHR+le critère secondaire - l’amendement de la symptomatologie articulaire au recul maximal moyen.

Résultats

L’intervention a associé un geste tendineux dans 38 cas (86,4 %), une neurolyse dans 41 cas (93,2 %) et un geste articulaire dans 36 cas (81,8 %). L’étude histologique de 29/36 franges synoviales réséquées montrait 10 franges inflammatoires (34,5 %), 3 œdématiées (10,3 %) et 16 purement fibreuses (55,2 %). Au recul maximal moyen de 20 mois (2–122), 10 coudes (22,7 %) présentaient des signes ostéotendineux, 22,7 % des signes neurologiques (10/44) et 0 % des signes articulaires.

Discussion

Notre étude confirme un concept étiologique des épicondylalgies latérales de coude comme une fusée à 3 étages contiguës (ostéotendineux, neurologique et articulaire) en démontrant l’imputabilité clinique et histologique de la FSHR dans sa forme inflammatoire.

Conclusion

Un traitement chirurgical à la carte reposant sur la sémiologie préopératoire peut justifier la résection de la FSHR pour éviter l’échec thérapeutique.

The full text of this article is available in PDF format.


© 2015  Published by Elsevier Masson SAS.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline