Article

Access to the text (HTML) Access to the text (HTML)
PDF Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates

  • You can purchase this item in Pay Per ViewPay per View - FAQ : 30,00 € Taxes included to order
    Pages Iconography Videos Other
    2 0 0 0


Annales de Dermatologie et de Vénéréologie
Volume 143, n° 4S1
pages 19-20 (avril 2016)
Doi : 10.1016/S0151-9638(16)30127-2
F20 : Lymphangite sclérosante de la verge
 

Y. Jmour 1, , N. Litaiem 1, M. Jones 1, Y. Mansour 1, A. Khaled 1, F. Zeglaoui 1
1 Service de dermatologie, Hôpital Charles Nicolle, Tunis, Tunisie 

*Correspondance
@@#100979@@
Introduction

La lymphangite sclérosante de la verge (LSV) est une affection bénigne rarement rencontrée.

Observation

Monsieur A. T âgé de 59 ans, diabétique, hypertendu, consultait pour un œdème de la verge évoluant depuis un mois. L’interrogatoire notait la notion de rapports sexuels, décrits comme « difficiles », précédant l’apparition des lésions. L’examen clinique objectivait un œdème marqué de la verge, un cordon ser- pigineux, partiellement circonférentiel, du sillon balanopréputial, de consistance ferme cartilagineuse, associé à des multiples érosions en regard. Le reste de l’examen était sans anomalies. Un bilan à la recherche d’une IST, un prélèvement urétral, ainsi qu’un ECBU ont été pratiqué revenant négatifs. Une biopsie était proposée mais refusée par le patient. Une écho-Doppler du pénis ne montrait pas de thrombose de la veine dorsale superficielle. Un traitement à base d’acide tiaprofénique à la dose de 600 mg par jour, en 3 prises, était prescrit avec régression rapide de l’œdème et cicatrisation des ulcérations au bout de 8 jours.

Discussion

La LSV affecte souvent l’homme de 20 à 40 ans. Son étiopathogénie est encore inconnue. Notre observation souligne les principales caractéristiques de cette maladie : la notion d’une activité sexuelle intense précédant l’apparition des lésions de 24 à 48 heures, la localisation au niveau de la cicatrice de circoncision d’un cordon serpigineux caractéristique, la normalité des examens biologiques et la résolution rapide spontanée ou sous antiinflammatoires non stéroïdiens. En revanche, sa survenue chez le sujet âgé, l’existence d’un œdème pénien marqué, et la présence d’érosions en regard, sont rarement rapportés. Le diagnostic est clinique. Aucun examen paraclinique n’est nécessaire. L’absence d’une thrombose de la veine dorsale superficielle de la verge permet d’éliminer la maladie de Mondor pénienne, qui constitue le principal diagnostic différentiel de la LSV.

Conclusion

La LSV est une pathologie bénigne, dont la présentation clinique peut être spectaculaire. Ces différents aspects cliniques doivent être reconnues afin d’éviter des examens complémentaires inutiles.

The full text of this article is available in PDF format.

Mots-clés : Lymphangite sclérosante, pénis, verge




© 2016  Elsevier Masson SAS. All Rights Reserved.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline