Article

Access to the text (HTML) Access to the text (HTML)
PDF Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates



Annales de Dermatologie et de Vénéréologie
Volume 143, n° 4S1
page 24 (avril 2016)
Doi : 10.1016/S0151-9638(16)30137-5
Communications orales

CO 10 : Mycoses superficielles : aspects épidémiologiques et cliniques en milieu hospitalier à Cotonou de 2005 à 2014
 

B. Dégboé , F. Atadokpede, H. Adégbidi, C. Koudoukpo, I. Hassane, G.H. Yedomon, F. do Ango-Padonou
 Faculté des Sciences de la Santé de Cotonou, Bénin 

*Auteur correspondant
@@#100979@@
Introduction

Les mycoses superficielles sont fréquentes en zones tropicales et représentent le premier motif de consultation dans de nombreux pays africains. L’objectif de cette étude était de documenter le profil épidémiologique et clinique des mycoses superficielles dans le service de Dermatologie du Centre National Hospitalier et Universitaire de Cotonou.

Matériel et Méthodes

L’étude était rétrospective et descriptive sur 10 ans et a inclus tous les nouveaux patients chez qui un diagnostic clinique de mycose superficielle a été retenu.

Résultats

Sur les 10787 nouveaux patients reçus durant la période d’étude, 1037 présentaient une mycose superficielle correspondant à une prévalence de 9,6%. Le sex-ratio était de 1. La moyenne d’âge était de 32,5 ans Les principaux facteurs favorisants identifiés étaient : utilisation abusive des savons antiseptiques (20,4%) et usage à visée cosmétique de produits dépigmentants (12,7%). Trois groupes cliniques étaient retrouvés : dermatophytoses (41,1%), candidoses cutanéo-muqueuses (30,1%) et pityriasis versicolor (28,8%). Les épidermomycoses (85,9%) étaient réparties en dermatophytoses de la peau glabre et des plis (33,5%), pityriasis versicolor (28,8%) et candidoses des plis (23,6%). Les onychomycoses (8,8%) étaient soit de suspicion candidosique (5,8%) ou soit dermatophytique (3%). Les teignes représentaient 4,6% de l’ensemble des mycoses superficielles et la candidose muqueuse 0,4%.

Conclusion

Les mycoses superficielles étaient fréquentes dans le service de dermatologie de Cotonou. Pour réduire leur prévalence un changement dans les habitudes cosmétiques est nécessaire.

The full text of this article is available in PDF format.

Mots-clés : Mycoses superficielles, facteurs favorisants, Benin




© 2016  Elsevier Masson SAS. All Rights Reserved.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline