Article

Access to the text (HTML) Access to the text (HTML)
PDF Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates



Annales de Dermatologie et de Vénéréologie
Volume 143, n° 4S1
page 28 (avril 2016)
Doi : 10.1016/S0151-9638(16)30149-1
Communications orales

CO 22 : Quoi de neuf en recherche sur les peaux mates et foncées ?
 

M. Verschoore  : Dr
 L’Oréal Recherche & Innovation, Paris, France,Centre Sabouraud, Hôpital Saint-Louis, Paris, France 

*Auteur correspondant
@@#100979@@

La recherche de connaissance sur les peaux mates et foncées a bénéficié ces dernières années de progrès tant du point de vue de l’imagerie et de la caractérisation de la couleur de la peau que des modèles de peau africaine « in vitro ». De plus des questionnaires très documentés ont permis de mieux appréhender les habitudes de soin et d’hygiène et comprendre les mésusages et l’utilisation de produits potentiellement dangereux. De nombreuses études ont été menées sur ces sujets tant en Afrique qu’aux Etats Unis et en Europe sur des populations d’origine africaine et ont donné lieu à des publications scientifiques internationales.

Ces travaux ont démontré d’une part que la peau noire est plus sèche que la peau claire, et que cette caractéristique est stable avec l’âge. On a aussi démontré que la peau noire est plus sensible aux irritants alors que paradoxalement la perception de peau sensible est plus faible sur peau foncée. On a aussi confirmé une séborrhée physiologique persistant plus longtemps dans la vie que sur les peaux claires. Les techniques d’immunomarquage de la peau noire montrent une expression hétérogène de certaines protéines des cellules de la couche basale, avec par exemple une plus faible expression de la kératine 15 (K15).

In vitro, la peau d’origine africaine est caractérisée par une augmentation de l’activité des fibroblastes du derme papillaire. Ces fibroblastes jouent certainement un rôle sur le compartiment épidermique en induisant une hyperpigmentation.

Cette meilleure connaissance de la peau noire et des hyperpigmentations sur peaux mates et foncées permet de prévenir et traiter de façon adaptée les hyperchromies sur peau foncée et de lutter contre les pratiques abusives de dépigmentation volontaire.

The full text of this article is available in PDF format.

Mots clés : physiologie peau noire, pigmentation, dépigmentation volontaire, dyschromies




© 2016  Elsevier Masson SAS. All Rights Reserved.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline