Article

Access to the text (HTML) Access to the text (HTML)
PDF Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates



Annales de Dermatologie et de Vénéréologie
Volume 143, n° 4S1
page 30 (avril 2016)
Doi : 10.1016/S0151-9638(16)30157-0
Communications orales

CO 30 : Alopécie cicatricielle centrale centrifuge chez la femme africaine : aspects épidémiologiques et cliniques, facteurs de risque et influence génétique
 

M. Diallo , K. Zineb, A.B. Diatta, M. Ndiaye, A. Diop, N.B. Seck, M. Tine, S. Diadie, S. Diallo, B. Seck, F. Ly, S.O. Niang, A. Kane, M.T. Dieng
 Dermatologie, Université Cheickh Anta Diop, Dakar, Sénégal 

*Auteur correspondant
@@#100979@@
Introduction

L’alopécie cicatricielle centrale centrifuge (CCCA), est une forme d’alopécie, primitive, débutant au vertex, d’extension centrifuge, très fréquente chez la femme d’âge moyen et de descendance africaine. Depuis sa 1 ° description, cette pathologie demeure un mystère du fait de sa distribution élective au vertex et surtout du manque encore de preuves solides concernant sa relation avec les pratiques cosmétiques capillaires, ainsi que l’éventuelle susceptibilité génétique. Les objectifs de notre étude étaient de préciser les aspects épidémiologiques, cliniques, les facteurs de risque associés, ainsi que l’éventuelle influence génétique de la CCCA.

Matériel et Méthodes

Il s’agissait d’une étude cas-témoin, descriptive et analytique portant sur 160 femmes, âgées de plus de 16 ans, consentantes, réparties en deux groupes de 80, vues de façon consécutive entre 2013-2014 et complétée par une enquête génétique de 10 familles. Les données ont été saisies à l’aide du logiciel Sphynx V5 Demo et analysées à l’aide du logiciel SPSS 11.0 et du logiciel Epi-info 7, avec un test de X2 au seuil significatif de 5% (p < 0,05) et un Odds-ratio >2.

Résultats

La prévalence de la CCCA était de 5,11% avec une moyenne d’âge des patientes de 37,6 ans. Une association statistiquement significative a été retrouvée avec l’existence d’un antécédent chez la mère ou sœur de CCCA (OR : 8,7), une fréquence élevée de défrisage (> 1 fois/3 mois) et un temps de pose du défrisage (>15 minutes), la réalisation de tresses synthétiques (OR : 2,6), de tresses sur des cheveux défrisés (OR : 3,2), les greffages surtout synthétiques (OR : 2), ainsi que l’existence d’une alopécie de traction (OR : 7). Il n’y avait pas de lien avec l’existence de pathologies sous-jacentes, le défrisage lui-même, l’âge de début, la durée, la composition chimique et le type de défrisage, ainsi que le port de foulard. Après interprétation des arbres généalogiques, Il ressort une transmission génétique, autosomique et dominant avec une pénétrance variable, comme au cours de l’alopécie androgénétique (AAG).

The full text of this article is available in PDF format.

Mots-clés : Alopécie, pratiques cosmétiques, cuir chevelu




© 2016  Elsevier Masson SAS. All Rights Reserved.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline