Article

Access to the text (HTML) Access to the text (HTML)
PDF Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates



Annales de Dermatologie et de Vénéréologie
Volume 143, n° 4S1
page 30 (avril 2016)
Doi : 10.1016/S0151-9638(16)30156-9
Communications orales

CO 29 : Dépigmentation volontaire : pratiques et complications dermatologiques rencontrées chez les commerçantes de Yaoundé (Cameroun)
 

E.A. Koutouo 1, 2, , C.C. Fouda Nouind 1, 2, A.-C. Zoung-kanyi Bissek 2, D. Défo 2, 3, E.C. Nditoyap Ndam 2
1 Hôpital de District de Biyem-Assi 
2 Faculté de Médecine et des Sciences Biomédicales, Yaoundé, Cameroun 
3 Hôpital Central de Yaoundé, Yaoundé, Cameroun 

*Auteur correspondant
@@#100979@@
Introduction

La pratique de la dépigmentation volontaire est en plein essor au Cameroun. Nous avons mené cette étude pour déterminer l’ampleur de ce phénomène, afin de contribuer à la prévention de l’utilisation des produits cosmétiques dépigmentants.

Matériel et méthodes

Il s’agissait d’une étude transversale et descriptive menée dans les principaux marchés de Yaoundé auprès des commerçantes consentantes, âgées d’au moins 24 ans, utilisant des produits dépigmentants. Après le recrutement dans ces marchés, les participantes étaient reçues en consultation par un dermatologue pour un examen physique complet.

Résultats

Cent quatre commerçantes ont été reçues en consultation par le dermatologue. L’âge variait de 24 à 64 ans, avec une moyenne de 35,6 (± 8,7) ans. Les principales raisons motivant la dépigmentation étaient la quête d’une belle peau (74,2%) suivie de celle d’une peau douce (68,6%). L’hydroquinone (62,7%), les dérivés mercuriels (28,4%) et les dermocorticoïdes (25,8%) étaient les composés les plus utilisés. La durée moyenne d’exposition était de 7,5 (± 4,9) années. Cent une femmes (97,1%) présentaient des complications dont les troubles pigmentaires (72,3%), l’acné (52,47%), les désordres trophiques (24,8%), les infections (14,9%), les accidents allergiques (10,9%) et les dermatites (5,9%) étaient celles les plus rencontrées.

Conclusion

La dépigmentation volontaire est une pratique fréquente au Cameroun. Les diverses atteintes cutanées survenant au décours de cette pratique témoignent des risques majeurs encourus. Les populations locales doivent être édifiées sur les effets néfastes liés à cette pratique, et des actions fortes doivent être prises pour retirer du marché local les produits cosmétiques dépigmentants.

The full text of this article is available in PDF format.

Mots-clés : Dépigmentation volontaire, commerçantes, complications dermatologiques




© 2016  Elsevier Masson SAS. All Rights Reserved.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline