Article

Access to the text (HTML) Access to the text (HTML)
PDF Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates

  • You can purchase this item in Pay Per ViewPay per View - FAQ : 30,00 € Taxes included to order
    Pages Iconography Videos Other
    2 0 0 0


Annales de Dermatologie et de Vénéréologie
Volume 143, n° 4S1
pages 7-8 (avril 2016)
Doi : 10.1016/S0151-9638(16)30101-6
CONF2 : Comment tester les « produits » apportes par les patients ?
 

D. Tennstedt, J.M. Lachapelle
 Service de Dermatologie, Cliniques Universitaires Saint-Luc, Université Catholique de Louvain Avenue Hippocrate 10, 1200 Woluwe-Saint-Lambert, Belgique 

@@#100979@@

En ce qui concerne la mise au point d’une dermatite de contact supposée d’origine allergique, il est classique de demander au patient d’apporter une gamme plus ou moins étoffée de produits utilisés soit dans son cadre journalier soit dans son cadre professionnel et dont la composition est parfois totalement inconnue (produits industriels, ménagers ou autres...)

Ces différents produits peuvent être testés de multiples manières : tests épicutanés classiques, tests ouverts, tests semi-ouverts, tests itératifs (ROAT tests).

Des tests peuvent aussi être réalisés à l’aide de matériaux solides que l’on râpe en poudre ou en copeaux. Ces diverses techniques élémentaires dans leurs réalisations sont très utiles pour les dermatologues qui ne disposent pas d’une panoplie diversifiée d’allergènes. Des produits tels que des détergents, des décapants, des poudres abrasives ne devraient jamais être testés tels quels en raison de leur capacité d’induire de fortes réactions d’irritation (bulles et nécroses pouvant évoluer en cicatrices indélébiles) et ce en particulier s’il existe sur le flaconnage une mention « risque d’être irritant pour les conjonctives ou la peau ». Il est recommandé de ne jamais tester de produits dont le pH est inférieur à 4 ou supérieur à 9. L’utilisation de tigettes à pH (papier indicateur) est systématiquement recommandée.

En cas de méconnaissance en ce qui concerne la composition d’un produit, les tests ouverts ou semi-ouverts sont systématiquement recommandés (solvants, peintures, encres, résines, vernis, colles, fluides de coupes, cires ...)

Des matériaux solides peuvent être utilisés pour la réalisation de tests épicutanés mais selon certaines modalités, en particulier pour éviter l’effet de pression. Le principe est de n’appliquer sur les téguments que des fragments de petite taille n’excédant pas une surface d’1 à 2 cm2.

The full text of this article is available in PDF format.

Mots-clés : dermatite de contact, test epicutanés, test ouverts, test itératifs




© 2016  Elsevier Masson SAS. All Rights Reserved.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline