Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal Français d'Ophtalmologie
Volume 39, n° 8
pages e217-e220 (octobre 2016)
Doi : 10.1016/j.jfo.2015.07.021
Lettres à l'éditeur

Membrane épimaculaire d’évolution atypique : à propos d’un cas
Unusual progression of an epimacular membrane: Case report
 

L. Imbeau , S. Arsene, P.-J. Pisella
 Service d’ophtalmologie du CHU Bretonneau, université François-Rabelais, 2, boulevard Tonnellé, 37000 Tours, France 

Auteur correspondant. 8 bis, rue Jules-Piednoir, 37230 Fondettes, France.

La membrane épimaculaire se caractérise par une prolifération de différents types cellulaires, avasculaire à la surface de la rétine. Cette membrane est contractile et peut entraîner un syndrome maculaire par déformation du pôle postérieur, qui peut être très invalidant.

En dehors de quelques cas isolés décrits d’amélioration spontanée, les membranes épimaculaires symptomatiques évoluent généralement progressivement vers l’aggravation du syndrome maculaire avec métamorphopsies invalidantes et baisse d’acuité visuelle.

Nous décrivons ici un cas d’évolution atypique d’une membrane épimaculaire avec une alternance de phases d’amélioration et de détérioration sur 5ans s’expliquant par plusieurs épisodes spontanés de rétraction/déploiement de la membrane maculaire au fond d’œil.

Notre patiente, Mlle L., une jeune femme de 25ans a consulté en urgence en novembre 2011 pour un syndrome maculaire aigu gauche depuis 12h. Cette patiente n’avait aucun antécédent général. Sur le plan ophtalmologique, elle rapportait plusieurs cas de glaucome dans sa famille. Par ailleurs, Mlle L. avait déjà été suivie dans un autre centre ophtalmologique entre 2008 et 2009 pour une membrane épimaculaire gauche d’évolution favorable.

L’examen clinique initial retrouvait une acuité visuelle préservée à 10/10e P2 des 2 côtés, avec présence de métamorphopsies gauches. Le tonus oculaire était normal (18/17mmHg). L’examen biomicroscopique retrouvait un segment antérieur calme. Le fond d’œil était strictement normal à droite, alors qu’à gauche, on retrouvait la membrane épimaculaire en temporo-inférieur de la macula, associée à des plis rétiniens de la région maculaire (Figure 1). Un OCT maculaire a été réalisé retrouvant la membrane à la face interne de la rétine (Figure 2).



Figure 1


Figure 1. 

Cliché rétinographique de novembre 2011 où la membrane épimaculaire apparaît bien déployée en temporal-inférieur de la macula. Cette membrane, contractile, est responsable d’un plissement de la rétine en regard de la macula, ce qui entraîne les métamorphopsies.

Zoom



Figure 2


Figure 2. 

OCT maculaire de novembre 2011 mettant en évidence une hyper-réflectivité linéaire au-dessus de la rétine correspondant à la membrane épimaculaire.

Zoom

Une angiographie à la fluorescéine et une ICG ont été réalisées afin d’éliminer une membrane maculaire secondaire, plus fréquente chez les sujets jeunes. Celles-ci ont confirmé l’absence d’inflammation rétinienne ou choroïdienne (Figure 3).



Figure 3


Figure 3. 

Angiographie fluorescéine et ICG de novembre 2011 où l’on retrouve des signes indirects des membranes épimaculaires (contraction des vaisseaux rétiniens) sans signe d’inflammation rétinienne ou choroïdienne. Ces deux examens confirment l’origine idiopathique de la membrane épimaculaire. A. Angiographie en fluorescéine : cliché pris 30 s après injection du colorant. B. Angiographie en fluorescéine : cliché pris 4min et 30 s après injection du colorant. C. ICG : cliché pris 49 s après injection du colorant. D. ICG : cliché pris 34min après injection du colorant (temps tardif).

Zoom

Le bilan a donc conclu à une récidive de syndrome maculaire aigu secondaire à une membrane épimaculaire gauche chez une patiente jeune. Après consultation du dossier médical et des iconographies réalisées entre 2008 et 2009, il a été mis en évidence que cette membrane s’était spontanément rétractée en inférieur de la macula entre 2008 et 2009, aboutissant à la disparition des métamorphopsies, avant de se redéployer sur la macula en 2011, provoquant une récidive du syndrome maculaire (Figure 4).



Figure 4


Figure 4. 

Fond d’œil gauche mettant en évidence les différentes phases évolutives de la membrane épimaculaire chez notre patiente : rétraction de la membrane en temporo-inférieur de la macula en 2008 et redéploiement de la membrane en 2011.

Zoom

L’indication chirurgicale n’a pas été retenue dans ce cas, étant donné l’acuité visuelle préservée et l’évolution spontanément favorable du 1er épisode, et la patiente a été revue pour surveillance à 3, 9, 12 et 18 mois. L’évolution de ce second épisode a été similaire avec une rétraction progressive de la membrane en inférieur et une disparition complète des métamorphopsies (Figure 5).



Figure 5


Figure 5. 

Fond d’œil gauche : l’évolution de novembre 2011 à avril 2013 est similaire au premier épisode avec une nouvelle rétraction de la membrane en temporo-inférieur de la macula. A. Fond d’œil gauche : aspect en novembre 2011. B. Fond d’œil gauche : aspect en septembre 2012. C. Fond d’œil gauche : aspect en avril 2013. D. Fond d’œil gauche : aspect en avril 2014.

Zoom

Très peu de cas d’évolution spontanément favorable des membranes épimaculaires ont été décrits. Toutefois, l’évolution est plus imprévisible chez le sujet jeune. Sur une série de 10 patients de moins de 40ans présentant une membrane maculaire idiopathique avec acuité visuelle préservée (> 4/10e), l’évolution spontanée sur 3,7 années retrouve 50 % de stabilité, voire d’amélioration visuelle [1]. En 2000, Morel et al. décrivent le cas d’une patiente de 26ans avec une membrane épimaculaire ayant évolué favorablement, toutefois, à notre connaissance aucun cas d’évolution « en dent de scie » comme pour notre patiente n’a été rapporté [2].

Les indications chirurgicales des membranes épimaculaires sont maintenant assez bien codifiées en fonction de la baisse d’acuité visuelle, de la gêne fonctionnelle décrite par le patient et de critères objectifs comme l’épaisseur fovéolaire en OCT. Récemment, de nombreux auteurs ont démontré que les résultats fonctionnels dépendent en partie de la prise en charge chirurgicale rapide, avant que la baisse visuelle soit trop prononcée. Une acuité visuelle préopératoires supérieure à 5/10e, associée à une épaisseur fovéolaire inférieure à 400 microns est associée à une probabilité plus importante que l’acuité visuelle soit supérieure ou égale à 10/10e sur une série rétrospective de 73 yeux [3]. Plus récemment, sur une série de 120 yeux, une acuité visuelle préopératoire supérieure à 6/10e est associée à un résultat fonctionnel meilleur [4].

Ces membranes sont composées de tissus extracellulaires et de cellules gliales ayant migré au travers de la couche des fibres optiques. Certaines équipes ont fait analyser les cellules présentes dans les membranes épirétiniennes après ablation chirurgicale. Une série d’analyse de l’ultrastructure membranaire, après vitrectomie et pelage de 6 membranes, retrouve une prédominance astrocytaire avec présence de fibroblastes, myofibroblastes et macrophages [5]. Smiddy et al., en 1992, retrouvent chez les sujets de moins de 30ans une composante majoritaire de myofibroblastes et de cellules épithéliales pigmentaires à différenciation myoblastique, ce qui explique que ces membranes soient souvent plus contractiles [6]. Cela pourrait expliquer l’évolution atypique chez notre patiente.

Déclaration de liens d’intérêts

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.

Références

Banach M.J., Hassan T.S., Cox M.S., Margherio R.R., Williams G.A., Garretson B.R., Trese M.T. Clinical course and surgical treatment of macular epiretinal membranes in young subjects Ophthalmology 2001 ;  108 : 23-26 [cross-ref]
Morel C., Ameline B., Guiberteau B., Laroche L. Spontaneously favorable course of an epiretinal membrane J Fr Ophtalmol 2000 ;  23 : 897-900 [inter-ref]
Kunikata H., Abe T., Kinukawa J., Nishida K. Preoperative factors predictive of postoperative decimal visual acuity ≥ 1.0 following surgical treatment for idiopathic epiretinal membrane Clin Ophthalmol 2011 ;  5 : 147-15410.2147/OPTH.S15848 [cross-ref]
Rahman R., Stephenson J. Early surgery for epiretinal membrane preserves more vision for patients Eye (Lond) 2014 ; 10.1038/eye.2013.305
Gastaud P., Bétis F., Rouhette H., Hofman P. Ultrastructural findings of epimacular membrane and detached posterior hyaloid in vitreomacular traction syndrome J Fr Ophtalmol 2000 ;  23 : 587-593 [inter-ref]
Smiddy W.E., Michels R.G., Gilbert H.D., Green W.R. Clinicopathologic study of idiopathic macular pucker in children and young adults Retina 1992 ;  12 : 232-236 [cross-ref]



© 2016  Elsevier Masson SAS. All Rights Reserved.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline