Article

4 Iconography
Access to the text (HTML) Access to the text (HTML)
PDF Access to the PDF text
Advertising


Access to the full text of this article requires a subscription.
  • If you are a subscriber, please sign in 'My Account' at the top right of the screen.

  • If you want to subscribe to this journal, see our rates

  • You can purchase this item in Pay Per ViewPay per View - FAQ : 30,00 € Taxes included to order
    Pages Iconography Videos Other
    6 4 0 0


Revue du rhumatisme
Volume 84, n° 2
pages 111-116 (mars 2017)
Doi : 10.1016/j.rhum.2016.09.005
accepted : 21 September 2016
Le syndrome nutcracker : une cause rare de douleurs lombaires gauches mais aussi de souffrances pelviennes inexpliquées
 

Jean-Marie Berthelot a, , Frédéric Douane b, Yves Maugars a, Eric Frampas b
a Service de rhumatologie, Hôtel-Dieu, CHU de Nantes, place Alexis-Ricordeau, 44093 Nantes cedex 01, France 
b Service radiologie centrale, Hôtel-Dieu, CHU de Nantes, 44093 Nantes cedex 01, France 

Auteur correspondant.
Résumé

Le syndrome nutcracker (casse-noisettes) englobe toutes les manifestations liées aux stases veineuses induites par une striction de la veine rénale gauche : soit entre l’aorte et l’artère mésentérique supérieure (syndrome nutcracker antérieur), soit entre l’aorte et le rachis (syndrome nutcracker postérieur). Une stase veineuse du pelvis s’y associe dans au moins la moitié des cas, du fait de la distension de la veine ovarienne (ou spermatique) gauche, qui se draine dans la veine rénale gauche. Il se révèle dans la moitié des cas par des douleurs atypiques du « flanc » gauche, faisant errer le diagnostic vers des souffrances des dernières côtes ou de la charnière dorsolombaire, d’autant que la lordose et la station debout aggravent les signes. Dans ce contexte, il faut suspecter un syndrome nutcracker sur un faisceau d’arguments : hématurie, souvent seulement microscopique ; protéinurie orthostatique ; varicocèle et infertilité ; dyspareunie et autres troubles gynécologiques ; varices pelviennes, des fesses, ou du haut des cuisses ; hypotension orthostatique et fatigue ; douleurs abdominales. La présence d’une striction de la veine rénale sur l’imagerie est nécessaire mais très insuffisante pour affirmer le diagnostic. Celui-ci repose surtout sur la conjonction de plusieurs signes et la démonstration d’un gradient de pression marqué entre la veine rénale gauche et la veine cave. Aux traitements réalisés par les urologues, voire les chirurgiens vasculaires, se substituent la pose de stents par voie endovasculaire, couplée ou non à l’embolisation des veines gonadiques dilatées, afin de traiter dans le même temps l’insuffisance acquise de ces dernières.

The full text of this article is available in PDF format.

Mots clés : Syndrome nutcracker, Syndrome casse-noisettes, Douleurs, Lombalgies, Fosses lombaires, Flanc gauche, Veine, Veine rénale, Veine ovarienne, Veine spermatique, Stents



 Ne pas utiliser, pour citation, la référence française de cet article, mais la référence anglaise de Joint Bone Spine avec le doi ci-dessus.



© 2016  Société Française de Rhumatologie@@#104156@@
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline