Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal Français d'Ophtalmologie
Volume 40, n° 4
pages e109-e111 (avril 2017)
Doi : 10.1016/j.jfo.2016.02.016
Lettres à l'éditeur

Cellulite pré-septale inaugurale d’une bactériémie à streptocoque B agalactiae chez un nourrisson de 12jours
New-onset preseptal cellulitis secondary to group B Streptococcus agalactiae bacteremia in a 12-day-old boy
 

A. Martel , E. Nguyen, J. Lagier
 Service d’ophtalmologie, hôpital Lenval, CHU de Nice, 29, entrée B, boulevard Gorbella, 06100 Nice, France 

Auteur correspondant.

Nous rapportons le cas d’un jeune nourrisson de 12jours hospitalisé dans notre service pour prise en charge diagnostique et thérapeutique d’une cellulite pré-septale de la paupière supérieure gauche.

Il s’agit d’un jeune garçon, né à terme (38 SA) apyrétique par voie basse non instrumentale 5heures après la rupture de la poche des eaux, avec liquide amniotique teinté (pas d’analyse bactériologique réalisée), sans notion de fièvre maternelle en pré-, per- ou post-partum, sans notion d’antibioprophylaxie IV, avec un score d’APGAR à 10-10-10, ayant présenté à 12jours de vie une tuméfaction palpébrale supérieure gauche de survenue spontanée et d’évolution particulièrement rapide.

L’examen ophtalmologique retrouve une cellulite pré-septale palpébrale supérieure gauche, peu tendue, sans collection individualisable à la palpation, sans emphysème sous-cutané ni adénopathie (Figure 1). Il n’existait aucun argument en faveur d’une cellulite rétro-septale puisque l’ouverture palpébrale, bien que difficile, retrouvait un œil blanc, non exophtalme, sans sécrétions, sans chémosis, sans ophtalmoplégie. Le réflexe photomoteur était conservé et le fond d’œil impossible.



Figure 1


Figure 1. 

Cellulite pré-septale palpébrale supérieure gauche. Pas de collection à la palpation. Aucun signe de cellulite rétro-septale à l’ouverture palpébrale (difficile).

Zoom

L’examen général retrouvait une température à 38,4°C, un enfant geignard. Le reste de l’examen était sans particularités.

L’échographie oculaire confirmait le caractère pré-septal et non collecté de cette cellulite sans infiltration ou collection rétro-septale (Figure 2).



Figure 2


Figure 2. 

Échographie oculaire : infiltration pré-septale (7,9mm) non collectée. Par ailleurs, absence d’infiltration ou de collection rétro-septale.

Zoom

Le bilan biologique réalisé ne retrouvait pas de syndrome inflammatoire biologique, la ponction lombaire et l’ECBU étaient sans particularités. En revanche, les hémocultures se sont révélées positives au streptocoque B agalactiae.

Le diagnostic de bactériémie à streptocoque B dans le cadre d’une infection materno-fœtale, compliquée de cellulite pré-septale non collectée, non rétro-septale, est retenu.

La prise en charge a consisté en l’administration d’un traitement antibiotique intraveineux d’une durée totale de 10jours associant cefotaxime+gentamycine 48 h avec relai par amoxicilline seule pendant 10jours associé à un traitement local par rifamycine et chibrocadron.

L’évolution clinique est rapidement favorable avec diminution de l’œdème palpébral permettant de confirmer la localisation uniquement pré-septale de cette cellulite (Figure 3).



Figure 3


Figure 3. 

Nette amélioration clinique constatée à j2 de l’antibiothérapie.

Zoom

À j11 de l’hospitalisation, le retour à domicile est décidé. Le contrôle à un mois retrouve une paupière saine, une force du muscle releveur conservée (Figure 4). Le reste de l’examen (suivi, segment antérieur, fond d’œil) était normal.



Figure 4


Figure 4. 

Lors du contrôle à 1 mois, l’ouverture palpébrale est parfaite. La force du muscle releveur est conservée. L’examen ophtalmologique complet est normal.

Zoom

Discussion

Le streptocoque B agalactiae est une bactérie commensale du tube digestif colonisant les voies génitales. Son portage vaginal durant la grossesse varie entre 5 et 40 % [1]. La transmission materno-fœtale se fait par inhalation ou ingestion de liquide amniotique contaminé après rupture des membranes ou lors du passage dans la filière génitale.

On distingue les infections précoces, survenant lors de la première semaine de vie (dont 80 % les 24 premières heures), des infections tardives (après la 1ere semaine, souvent avant le 2e mois) [1, 2].

Depuis la généralisation de la vaccination contre l’haemophilus B, l’écologie des bactériémies néonatales s’est modifiée et le streptocoque du groupe B est désormais le germe le plus fréquemment incriminé [3]. La principale complication est la méningite[2]. D’autres localisations plus rares ont été décrites : arthrite et ostéomyélite, cellulite des membres ou faciale…

Les cellulites péri-orbitaires du nouveau-né sont rares. Les principales étiologies sont les sinusites, les infections cutanées de voisinage, les infections oculaires, les infections dentaires et les bactériémies [4].

Les cas de cellulite pré-septale néonatale inaugurale d’une bactériémie à streptocoque B agalactiae sont exceptionnels. Dans ce cas, il est remarquable de constater que la cellulite constituait le premier symptôme clinique motivant la consultation aux urgences. D’ailleurs, dès 1981, il était proposé qu’une cellulite faciale, a fortiori pré-septale, soit considérée comme un signe précoce de bactériémie à streptocoque du groupe B [5].

En cas de doute sur une cellulite rétro-septale associée, il convient de réaliser un scanner orbitaire [6]. Dans notre cas, l’examen clinique et l’échographie oculaire nous ont permis d’éliminer toute suspicion de cellulite rétro-septale.

Concernant les rares cas de cellulites nécrosantes, elles sont l’apanage des streptocoques du groupe A.

La prise en charge des infections à streptocoques B est bien codifiée. Un traitement antibiotique intraveineux à base de bêtalactamines (macrolides en cas d’allergie vraie) doit être débuté sans tarder [7]. Parfois, un drainage chirurgical doit être associé, notamment en cas de cellulite collectée.

La prévention des infections néonatales à streptocoques B repose sur l’administration d’une bêtalactamine par voie IV lors du travail en cas de : diagnostic de portage de SGB au cours de la grossesse à distance ou non de l’accouchement, de bactériurie à SGB au cours de la grossesse, d’antécédent d’infection néonatale à SGB, et en l’absence de prélèvement vaginal de dépistage du SGB si un des facteurs de risque suivants est présent : l’accouchement survient avant 37 SA, la durée de rupture des membranes est supérieure à 12heures ou la température maternelle dépasse 38°C au cours du travail [8]. Depuis l’instauration de ce protocole, le nombre d’infections néonatales précoces à streptocoque B a considérablement diminué [9], de même que le taux de mortalité [10].

En conclusion

Toute cellulite, qu’elle soit pré- et/ou rétro-septale, survenant dans les premiers jours de vie est une infection materno-fœtale jusqu’à preuve du contraire et nécessite une hospitalisation avec réalisation d’hémocultures±ponction lombaire. Un traitement antibiotique probabiliste administré par voie intraveineuse et visant le streptocoque B doit être mis en place rapidement sans attendre les résultats des prélèvements bactériologiques.

Déclaration de liens d’intérêts

Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts.


 Ce cas a été présenté au congrès de la SOPREF 2016 (SFO).

Références

Six A., Joubrel C., Tazi A., Poyartl C. Maternal and perinatal infections to Streptococcus agalactiae Press Med 2014 ;  43 : 706-71410.1016/j.lpm.2014.04.008[Epub 2014 May 20].  [inter-ref]
Joubrel C., Tazi A., Six A., Dmytruk N., Touak G., Bidet P., and al. Group B streptococcus neonatal invasive infections, France 2007–2012 Clin Microbiol Infect 2015 ;  21 : 910-916 [cross-ref]
Schwartz G.R., Wright S.W. Changing bacteriology of periorbital cellulitis Ann Emerg Med 1996 ;  28 : 617-620 [inter-ref]
Ailal F., Bousfiha A., Jouhadi Z., Bennani M., Abid A. Orbital cellulitis in children: a retrospective study of 33 Med Trop 2004 ;  64 : 359-362
Hauger S.B. Facial cellulitis: an early indicator of group B streptococcal bacteremia Pediatrics 1981 ;  67 : 376-377
Botting A.M., McIntosh D., Mahadevan M. Paediatric pre- and post-septal peri-orbital infections are different diseases. A retrospective review of 262 cases Int J Pediatr Otorhinolaryngol 2008 ;  72 : 377-383 [cross-ref]
Gómez Campderá J., Aranguez Moreno G., Escamilla Carpintero Y., Urán M.M., García-Món Marañés F. Orbital cellulitis in childhood. Medical-surgical treatment Acta Otorrinolaringol Esp 2000 ;  51 : 113-119
Bevilacqua G. Prevention of perinatal infection caused by group B beta-hemolytic streptococcus Acta Biomed Ateneo Parmense 1999 ;  70 : 87-94
Juncosa-Morros T., Guardià-Llobet C., Bosch-Mestres J., Dopico-Ponte E., Sanfeliu-Sala I., Sierra-Soler M., and al. Streptococcus agalactiae late-onset neonatal infections in Barcelona (1996–2010) Enferm Infecc Microbiol Clin 2014 ;  32 : 574-578 [cross-ref]
Dermer P., Lee C., Eggert J., Few B. A history of neonatal group B streptococcus with its related morbidity and mortality rates in the United States Pediatr Nurs 2004 ;  19 : 357-363 [cross-ref]



© 2017  Elsevier Masson SAS. All Rights Reserved.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline