Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal Français d'Ophtalmologie
Vol 22, N° 2  - juillet 1999
p. 157
Doi : JFO-07-1999-22-2-0181-5512-101019-ART69
La cornée à l'honneur !
 

G. Renard [1]
[1] Service d'Ophtalmologie, Hôtel-Dieu, 1, place du Parvis Notre-Dame, 75004 Paris.

Ce second numéro du nouveau

Journal Français d'Ophtalmologie

met à l'honneur la couche la plus antérieure de l'Sil, la cornée. Dix articles lui sont consacrés et le thème des pages de Formation Médicale continue est exclusivement « cornéen ».

Il n'est pas inutile de rappeler que la cornée est indispensable à la vision du patient, mais aussi indispensable à la vision de l'intérieur de l'Sil par l'ophtalmologiste. Tous les praticiens de notre discipline doivent donc connaître parfaitement cette structure et savoir l'examiner, la mesurer, l'apprécier, la traiter et la surveiller.

Les méthodes pour examiner la cornée ont été très longtemps réduites à la lumière oblique de la lampe à fente et à la lumière directe de l'ophtalmoscope. Depuis quelques années, des moyens très précis de diagnostic sont apparus qui ont décuplé nos possibilités quotidiennes. Vous trouverez dans ce numéro des notions très précises sur la microscopie spéculaire, la vidéokératoscopie et la microscopie confocale. La mesure de l'épaisseur cornéenne revient dans l'actualité du fait de son incidence sur la mesure de la pression intraoculaire, si importante pour diagnostiquer, traiter et surveiller nos patients glaucomateux. Il ne manque, dans ce panorama des moyens d'exploration, que l'échographie haute fréquence dont le développement actuel laisse présager des résultats enthousiasmants. Je suis prêt à parier qu'un très prochain thème de FMC sera l'usage des ultrasons, de la cornée jusqu'à l'orbite, afin de faire le point sur ce sujet passionnant.

Si les méthodes physiques d'examen ont beaucoup progressé, que dire des méthodes issues de la biologie moléculaire ? C'est une véritable révolution dans le monde des dystrophies cornéennes héréditaires. Jusqu'à présent le diagnostic reposait exclusivement sur l'examen clinique et l'enquête familiale. Les erreurs étaient nombreuses. Maintenant une simple prise de sang suffit pour assurer le diagnostic de certitude d'une dystrophie stromale antérieure. Deux articles dans ce numéro vous apportent les informations les plus précises dans ce domaine. D'autres dystrophies seront prochainement étudiées et l'on peut espérer dans un avenir très proche que la biologie fera, plus précisément et plus simplement, un diagnostic qui laissait parfois perplexes les plus éminents spécialiste dans le domaine. Cette amélioration des moyens de diagnostic n'a pas qu'un but de classification des dystrophies. Il y a une incidence sur la prise en charge thérapeutique avec des moyens qui vont de la photokératectomie à la greffe de cornée. Comment poser la bonne indication thérapeutique si on ne possède pas le bon diagnostic ? Les moyens modernes vont nous permettre de traiter plus efficacement ces maladies qui récidivent et de ne plus voir ces patients aveugles après de nombreuses greffes de cornée qui n'ont pas empêché la récidive de la maladie.

La greffe de cornée reste cependant une opération dont les résultats sont globalement bons et dont la technique est parfaitement codifiée. Le seul problème est celui du manque de greffons. Il est bon que ce numéro vous propose l'annuaire des centres de conservation des cornées et leur bilan d'activité. Souhaitons que la mise en place d'une liste d'attente nationale des receveurs, inscrite dans la loi, ne tarde pas trop et que les inégalités d'accès à la greffe selon les centres se réduisent pour le plus grand profit des malades.

Enfin il faut souligner que la cornée, du fait de sa grande puissance optique, reste le meilleur site d'action pour corriger les amétropies. Ce numéro du

JFO

en parle peu, un seul article étant consacré aux anneaux intracornéens. Ces méthodes de correction ne sont pas toutes anodines, les complications y sont moins rares que certains veulent bien le dire et les études scientifiques sérieuses sont peu nombreuses. Le

Journal Français d'Ophtalmologie

est l'organe idéal pour publier des résultats de qualité qui seront repris par la littérature internationale. Il faut souhaiter que les travaux sur ce sujet, très vite périmés tant les méthodes évoluent vite, puissent trouver dans le

Journal

une voie de publication « expresse » qui les placeraient sous les feux de l'actualité sans aucune concession sur la qualité scientifique. C'est à l'équipe du Comité de Rédaction de mettre en place ce circuit et je ne doute pas qu'il en ait le désir et la capacité.



Top of the page


© 1999 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline