Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal Français d'Ophtalmologie
Vol 22, N° 4  - juillet 1999
p. 507
Doi : JFO-07-1999-22-4-0181-5512-101019-ART60
Kyste du sac lacrymal : à propos d'un casLacrimal sac cyst : a case reportKyste du sac lacrimal : à propos d'un cas
 

Planche anatomo-clinique

JFO
1999; 22: 507-510
© Masson, Paris, 1999

F. Pilon(1), , F. Bacin(1), , J.-L. Kemeny(2), , C. Guichard(3)
(1)Service d'Ophtalmologie,
(2)Laboratoire d'Anatomie et Cytologie pathologiques,
(3)Service d'ORL, CHU ­ Hôpital G. Montpied, BP 69, Clermont-Ferrand.2, bd Winston-Churchill, 63000 Clermont-Ferrand.

SUMMARY


Lacrimal sac cyst : a case report

F.Pilon, F.Bacin, J.L.Kemeny, C.Guichard

A 17-year-old girl presented a unilateral cyst of the lacrimal sac. Epiphora wasinduced by compression of the patent lacrimal duct. The bony nasolacrimal canal wasenlarged on the affected side. At pathology examination, the epithelium of the cyst wallwas identical to the sac epithelium.

Key words : Lacrimal apparatus. , congenital cyst.

RÉSUMÉ


Kyste du sac lacrimal : à propos d'un cas

Les auteurs rapportent l'observation d'un kyste congénital du sac lacrymal chez unejeune fille de 17 ans. Ce kyste unilatéral était responsable d'un larmoiement chroniquepar compression des voies lacrymales, pourtant perméables, et était associé à unedistension importante des parois osseuses des voies lacrymales. Il a été enlevé entotalité et l'examen histologique a montré une structure comparable à la muqueusenormale du sac lacrymal.

Mots clés : Kyste congenital. , sac lacrymal.


Introduction

Les kystes et les diverticules du sac lacrymal sont des affections rares des voieslacrymales, le plus souvent d'origine congénitale et se révélant volontierstardivement. Les auteurs présentent une observation originale de kyste du sac lacrymal etla ­comparent aux données de la littérature.

Présentation de l'observation

Nous rapportons l'observation d'une patiente âgée de 17 ans présentant depuis 14mois des épisodes récidivants de tuméfaction transitoire du sac lacrymal droit sur fondde larmoiement chronique. Ces épisodes aigus n'étaient ni douloureux ni inflammatoireset s'accompagnaient d'un reflux modéré de liquide blanchâtre par le canaliculeinférieur lors de la pression digitale du sac lacrymal, avec des voies lacrymalesperméables lors du lavage. La symptomatologie n'était améliorée que transitoirementpar un traitement local comportant l'association d'un antibiotique et d'un corticoïde.Cette jeune patiente ne présentait aucun antécédent particulier, notammentotorhinolaryngologique ou traumatique.

La dacryocystographie a confirmé la perméabilité des voies lacrymales et a mis enévidence un cheminement irrégulier du produit de contraste compatible avec soit laprésence endo-luminale d'un volumineux dacryolithe, soit avec une image de refoulementextrinsèque du sac lacrymal (figure1A)(figure 1B).L'examen des voies lacrymales adelphes s'est avéré sans particularité.

Un abord chirurgical de la loge lacrymale droite a été réalisé par voie cutanée etsous anesthésie générale. Il a permis la découverte d'une volumineuse masse kystiqueà parois épaisses et bleutées, refoulant en dedans le sac lacrymal. Il s'agissait d'unkyste adhérent au sac lacrymal, sans communication entre eux, développé dans unefossette lacrymale anormalement grande. Nous avons procédé à l'exérèse monobloc dukyste qui s'est laissé cliver facilement après l'avoir ponctionné et vidé de soncontenu constitué par un liquide citrin. L'ouverture du sac lacrymal a montré qu'ilétait vide et de morphologie normale. L'intubation du canal lacrymo-nasal n'a pas montréd'obstacle associé à ce niveau et il n'y a donc pas eu de geste chirurgicalcomplémentaire (figure2A)(figure 2B).

L'examen anatomo-pathologique de la pièce décrit une formation kystique revêtue parun épithélium cylindrique bi-stratifié contenant des cellules caliciformes à mucus etune couche interne de cellules ciliées, ce qui correspond à l'histologie normale du saclacrymal [1]. Le tissu desoutien est composé de collagène renfermant un infiltrat inflammatoire modéréconstitué de lymphocytes et de plasmocytes. Le contenu du kyste comporte une associationbanale de lymphocytes, de polynucléaires neutrophiles, d'hématies et de débriscellulaires. Cet examen histologique a permis de conclure au diagnostic de kyste du saclacrymal (figure 3A)(figure 3B).

L'examen otorhinolaryngologique per et post-opératoire n'a pas retrouvé d'autreanomalie associée.

L'examen tomodensitométrique en coupes axiales et coronales des voies lacrymales aobjectivé les dimensions anormales de la loge lacrymale osseuse droite, avecamincissement de ses parois sans autre anomalie associée, et des voies lacrymales gauchesstrictement normales (figure4A)(figure 4B)(figure 4C)(figure 4D) .

Les suites opératoires ont été simples et l'évolution ­favorable, sans nouvellemanifestation clinique avec un recul de 18 mois.

Discussion

Le kyste du sac lacrymal est une affection rare et peu décrite dans la littérature.Sa révélation semble habituellement tardive, chez des patients de plus de 50 ans, parune tuméfaction permanente et irréductible de la région du sac lacrymal, ne dépassantpas le ligament canthal interne, mais pouvant s'étendre vers la paupière inférieure etle rebord orbitaire [2, 4]. Notre observationcontraste donc avec les descriptions cliniques faites dans la littérature.

Les voies lacrymales sont typiquement perméables mais peuvent parfois être obstruéessoit par des sténoses vraies du canal lacrymo-nasal associées, soit, le plus souvent,par la compression extrinsèque du sac et/ou du canal lacrymo-nasal par le kyste.

Il s'agit, d'une affection d'origine congénitale, inflammatoire ou traumatique [2, 6]. Dans notre observation,l'origine congénitale semble être la plus probable en raison d'une loge lacrymaleosseuse anormalement développée associée au kyste, suggérant l'hypothèse d'unecroissance lente du kyste parallèle au développement du massif facial. Maisl'embryologie des voies lacrymales décrite dans la littérature ne fournit pasd'explication quant à la formation de ces anomalies du sac lacrymal [7, 8]. Il est à noter parailleurs que l'embryologie des voies lacrymales elle-même est restée longtempscontroversée, avec d'une part les défenseurs d'une double origine ­comportant unbourgeon supérieur né de la fermeture de la fente orbito-faciale et un bourgeoninférieur provenant de la cavité nasale primitive, et d'autre part, les défenseursd'une ébauche unique supérieure correspondant à l'enfouissement de la fenteorbito-faciale, hypothèse maintenant admise par la majorité des auteurs [7].

Des diverticules du sac lacrymal ont également été décrits, se distinguant deskystes par l'existence d'une communication avec le sac [6]. On peut discuter lediagnostic de kyste en émettant l'hypothèse d'un diverticule dont le pertuis, le faisantcommuniquer avec le sac, aurait subit une involution jusqu'à disparition complète.

Les principaux diagnostics différentiels à évoquer devant une telle observationregroupent les formations tumorales bénignes ou malignes des voies lacrymales, lamucocèle lacrymale, la mucocèle éthmoïdale ou maxillaire, l'hémangiome et le kystedermoïde [9].

Le traitement du kyste ou du diverticule du sac lacrymal repose sur son exérèsechirurgicale complète [2,6]. Unedacryocystorhinostomie est associée uniquement en cas de sténose du canal lacrymo-nasalcoexistante [2, 6].

Conclusion

Le kyste du sac lacrymal est une affection rare et le plus souvent d'originecongénitale dont le traitement repose sur l'exérèse chirurgicale complète associée sibesoin à une dacryocystorhinostomie lors d'obstacle du canal ­lacrymo-nasal coexistant.

Dacryocystographie.

Figure 1A. a) cliché de face.

Figure 1B. b) cliché de profil. Noter la perméabilité du canal lacrymo-nasal(flèches inférieures). Le produit de contraste souligne un espace optiquement vide auniveau du sac (flèches supérieures).

Figure 2A. a) Vue per-opératoire du kyste du sac lacrymal.

Figure 2B. b) Vue per-opératoire de la loge lacrymale osseuse hypertrophiée aprèsablation du kyste. Une sonde pénètre dans le sac lacrymal normal.

Figure 3A. a) Coupe anatomo-pathologique de la pièce opératoire (échelle 1).

Figure 3B. b) Coupe anatomo-pathologique : épithélium cylindrique avec cellulescaliciformes et cellules ciliées (grossissement par 40).

Figure 4A. Coupes tomodensitométriques frontale (a) et axiale

Figure 4B. (b) : visualisation de la loge lacrymale osseuse hypertrophiée. Miseen évidence de l'amincissement des parois osseuses. Coupes tomodensitométriques frontale

Figure 4C. (c) et axiale

Figure 4D. (d) : visualisation du canal lacrymo-nasal hypertrophié.



REFERENCE(S)

[1] Adenis JP, Lebraud P, Leboutet MJ, Robin A, Loubet R. Morphologie ultrastructurale de la muqueuse des voies lacrymales à ses différents niveaux. Arch Anat Cytol Pathol, 1980 ; 28 : 371-5.

[2] Hornblass A, Gabry M. Diagnosis and treatment of lacrimal sac cysts. Ophthalmology,1979 ; 86 : 1655-61.

[3] Hornblass A, Gingold MP. Lacrimal sac cysts. In : « Hornblass A, Hanig CJ, Oculoplastic, orbital and reconstructive surgery. Volume two. Orbit and lacrymal system », Williams and ­Wilkins, Baltimore, 1990 ; 1394-6.

[4] Hornblass A, Gross ND. Lacrimal sac cyst. Ophthalmology, 1987 ; 94 : 706-8.

[5] Castroviejo M, Ferrer J, Lorenzo J. Lacrimal sac cyst. In : « Miglior M, Spinelli D, Fabbri G , Lacrimal system », Kugler, Amsterdam, 1990 ; 187-90.

[6] Royer J, Adenis JP, Bernard JA, Metaireau JP, Reny A et al. Kystes et diverticules du sac. In : « Royer et al., L'appareil lacrymal, SFO ». Masson Edit., Paris, 1982 ; 335-6.

[7] Adenis JP, Lebraud P, Leboutet MJ, Loubet R, Loubet A. Étude embryologique des voies lacrymales chez l'homme. À propos de 10 cas. J Fr Ophtalmol, 1983 ; 6 : 351-7.

[8] Royer J, Adenis JP, Bernard JA, Metaireau JP, Reny A et al. Développement et anomalies congénitales des voies lacrymales excrétrices. In : « Royer et al., L'appareil lacrymal, SFO » Masson Edit., Paris, 1982 ; 166-70.

[9] George JL. Pathologie de la portion verticale des voies lacrymales excrétrices chez l'adulte. Encycl. Med. Chir., Ophtalmologie, 21-170-A-10, 1994 ; 12 p.


© 1999 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline
@@#110903@@