Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal Français d'Ophtalmologie
Vol 23, N° 7  - septembre 2000
p. 729
Doi : JFO-09-2000-23-7-0181-5512-101019-ART13
TECHNIQUES CHIRURGICALES

Technique de prélèvement et de préparation des membranes amniotiques
 

O. Franck [1], G. Descargues [2], E. Menguy [3], P. Courville [4], J. Martin [3], G. Brasseur [1], M. Muraine [1]
[1] Service d'Ophtalmologie.
[2] Service de Gynécologie Obstétrique (Pr Marpeau).
[3] Unité de coordination et de greffes.
[4] Service d'anatomopathologie (Pr Matayer), Hôpital Charles Nicolle, Boulevard Gambetta. 76031 Rouen cedex.

Abstract
Preparation of amniotic membranes

Amniotic membrane transplantation is a promising surgical technique for clinical management of ocular surface diseases. According to the first published results, the ease with which this highly available tissue can be prepared and preserved makes this technique very attractive. The aim of our study is to report procurement procedures and the preparation technique for amniotic membrane in accordance with the French tissue transplantation legislation.

Abstract
Technique de prélèvement et de préparation des membranes amniotiques

La greffe amniotique est une technique chirurgicale prometteuse dans un certain nombre de pathologies cornéennes de surface. La facilité du prélèvement et du stockage de la membrane amniotique, l'abondance potentielle d'amnios et les premiers résultats publiés dans la littérature internationale rendent cette technique très attractive. Le but de cet article est de présenter la technique du prélèvement d'amnios tout en précisant les différentes mesures de sécurité spécifiques permettant de respecter le cadre légal des règles nationales de bonnes pratiques en matière de prélèvement de tissus.


Mots clés : Amnios. , transplantation. , pathologie cornéenne. , cryoconservation.

Keywords: Amnion. , transplantation. , corneal diseases. , cryopreservation.


INTRODUCTION

L'utilisation de la membrane amniotique humaine en pathologie n'est pas une notion récente. On retrouve son utilisation dans le traitement des brûlures cutanées, des ulcères chroniques et comme traitement préventif de l'adhésion tissulaire dans un nombre varié de chirurgies [ [1]], [ [5]]. En ophtalmologie, De Rotth fut le premier à l'utiliser dans le traitement des symblépharons et des défects conjonctivaux [ [6]]. Beaucoup plus récemment, cette technique a connu un regain d'intérêt en ophtalmologie depuis les travaux de Tseng [ [7]] et de Tsubota [ [8]]. Tous deux ont en effet montré que la greffe d'amnios améliorait considérablement la cicatrisation superficielle de la cornée, notamment lors des pathologies de la surface oculaire induites par les brûlures chimiques et thermiques. Depuis, le champ des indications de la greffe amniotique s'est étendu aux défects épithéliaux persistants [ [9]], aux séquelles des pemphigoïdes oculaires cicatricielles [ [10]], à la chirurgie du ptérygion [ [11]], voire même à la cicatrisation cornéenne post laser excimer [ [12]]. En cas de destruction limbique importante, la greffe amniotique a montré qu'elle pouvait être un complément important des techniques d'auto ou d'allogreffe limbique [ [13]], [ [14]].

La membrane amniotique recouvre le placenta, le cordon ombilical et tapisse toute la cavité amniotique. Elle se compose d'un épithélium mais surtout d'une membrane basale épaisse ainsi que d'un stroma avasculaire figure 1

. Ces deux derniers aspects expliquent vraisemblablement les capacités de la membrane amniotique à promouvoir l'épithélialisation de la cornée. Cette membrane basale facilite en effet la migration des cellules épithéliales, renforce l'adhésion des cellules épithéliales basales et favorise la différentiation épithéliale [ [7]].

Le but de cet article est de présenter la technique du prélèvement d'amnios, tel que nous le réalisons au CHU de Rouen, en respectant le cadre légal des règles nationales de bonnes pratiques en matière de prélèvement de tissus.

LA SÉLECTION ET L'INFORMATION DES DONNEUSES

Pour des raisons de stérilité évidentes, le prélèvement d'amnios ne peut être réalisé lors d'un accouchement par voie basse. La membrane amniotique est donc prélevée à l'occasion d'un accouchement prévu par césarienne. La sélection des donneuses est réalisée par l'obstétricien dans les cas de grossesses non pathologiques pour lesquelles une césarienne est programmée. L'obstétricien va dans un premier temps rechercher d'éventuelles contre-indications à l'utilisation thérapeutique de l'amnios lors d'une des consultations précédant l'accouchement tableau I

. Un formulaire d'information est alors fourni à la patiente. Il attire l'attention sur l'utilité du don d'amnios et sur son innocuité vis à vis de la mère et de son enfant ; il permet également de recueillir l'accord écrit de la patiente , tableau II

. La patiente est prévenue qu'en cas d'accord des examens sérologiques , tableau III

seront réalisés le jour de l'accouchement et qu'un deuxième contrôle sera nécessaire 4 à 6 mois plus tard comme c'est la règle pour les donneurs vivants lorsque le tissu peut être conservé en quarantaine.

Afin de respecter le maintien de l'anonymat de la patiente en situation, un numéro d'identification lui est attribué lors du prélèvement. De la même façon et afin de respecter le maintien de l'anonymat du nouveau-né en situation non apparentée, un numéro d'identification lui est attribué lors de l'accouchement. Un numéro d'identification du prélèvement est également enregistré lors du prélèvement. Le numéro d'identification de la patiente, le numéro d'identification du nouveau-né et le numéro d'identification de prélèvement attribués sont les garants de la traçabilité du prélèvement, tout en conservant l'anonymat de la patiente et de son enfant.

Le recueil des formulaires de consentement, la liaison entre les service de gynécologie-obstétrique et la Banque de conservation de tissus sont assurés par l'Unité de coordination des prélèvements et greffes du CHU de Rouen.

LE PRÉLÈVEMENT D'AMNIOS

La technique que nous rapportons est dérivée des principes décrits par Kim et Tseng [ [7]]. Le prélèvement est réalisé par l'obstétricien au bloc opératoire dans des conditions de stérilité chirurgicale. Pour des raisons de commodité et afin de permettre une mise en conservation plus rapide, nous préférons que la séparation de l'amnios soit réalisée au bloc opératoire par l'obstétricien, son aide réalisant la suture de la césarienne.

Une fois l'enfant extrait et le cordon ombilical coupé, le placenta est déposé dans un plateau figure 2

et abondamment rincé avec une solution saline stérile contenant 50

m

g/ml de pénicilline, 50

m

g/ml de streptomycine, 100

m

g/ml de néomycine et 2,5

m

g/ml d'amphotéricineB. L'objectif est de trouver un plan de dissection entre le chorion et l'amnios lui même , figure 3

afin de détacher puis d'étaler ce dernier sur une membrane de nitrocellulose. Ce dernier temps est difficile car l'amnios adhère immédiatement à la membrane et s'il est mal étalé, les différentes manoeuvres de repositionnement ont tendance à le déchirer. Pour cette raison, il nous a paru beaucoup plus facile de positionner l'amnios entier sur une cupule métallique renversée de grande taille, sa convexité épousant celle de l'amnios et facilitant son étalement , figure 4

. La face choriale de l'amnios étant exposée vers le haut, des petits carrés de 4 cm de côté de membrane de Nitrocellulose (Amersham°) , figure 5

sont alors disposés sur l'amnios bien étalé, auquel ils adhèrent immédiatement , figure 6A

. L'amnios est enfin découpé autour de son support, au bistouri, ce qui permet de réaliser plus d'une trentaine de prélèvements , figure 6B

.

Ces carrés de nitrocellulose supportant l'amnios épithélium vers le haut figure 7A

sont enroulés , figure 7B

puis introduits délicatement dans un flacon à congélation contenant un mélange à volume égal de glycérol (Sigma

®

) et de milieu de culture de Dulbecco modifié selon Iscove (Life technologies) figure 7C

. Les flacons sont étiquetés selon les normes en vigueur pour les prélèvements de tissus et acheminés dans les 10 minutes vers le laboratoire de la Banque Normande de Cornées. Ils sont alors déposés dans un congélateur à - 80 °C où ils pourront être conservés pendant une durée de 1 an.

Les caractéristiques des donneurs ainsi que la numérotation des greffons sont consignées dans un fichier tenu dans la Banque Normande de Cornées responsable de la conservation de ces tissus.

Un rendez-vous est donné à la patiente pour le contrôle sérologique 6 mois plus tard.

Ce n'est qu'après un nouveau contrôle négatif des sérologies de la patiente que les patients en attente peuvent être convoqués puis greffés figure 8

.

CONCLUSION

La greffe amniotique est une technique chirurgicale prometteuse dans un certain nombre de pathologies cornéennes de surface. La facilité du prélèvement et du stockage de la membrane amniotique, l'abondance potentielle d'amnios et les premiers résultats publiés rendent cette technique très attractive. Ces différentes conditions ne doivent cependant pas faire oublier les mesures de sécurité sérologiques et de stérilité qui doivent accompagner ce type de prélèvement.

Références

[1]
Trelford JD, Trelford-Sauder M. The amnion in surgery, past and present. Am J Obstet Gynecol, 1979;134 (7):833-45.
[2]
Peters WJ. Biological dressings in burns--a review. Ann Plast Surg, 1980;4 (2):133-7.
[3]
Ward DJ, Bennett JP. The long-term results of the use of human amnion in the treatment of leg ulcers. Br J Plast Surg, 1984;37 (2):191-3.
[4]
Bennett JP, Matthews R, Faulk WP. Treatment of chronic ulceration of the legs with human amnion. Lancet, 1980;1 (8179):1153-6.
[5]
Trelford-Sauder M, Dawe EJ, Trelford JD. Use of allograft amniotic membrane for control of intra-abdominal adhesions. J Med, 1978; 9(4):273-84.
[6]
De Rotth A. Plastic repair of conjonctival defects with fetal membrane. Arch Ophthalmol, 1940;23:522-5.
[7]
Kim JC, Tseng SC. Transplantation of preserved human amniotic membrane for surface reconstruction in severely damaged rabbit corneas. Cornea, 1995;14(5):473-84.
[8]
Shimazaki J, Yang HY, Tsubota K. Amniotic membrane transplantation for ocular surface reconstruction in patients with chemical and thermal burns. Ophthalmology, 1997;104(12):2068-76.
[9]
Lee SH, Tseng SC. Amniotic membrane transplantation for persistent epithelial defects with ulceration. Am J Ophthalmol, 1997; 123(3):303-12.
Tsubota K, Satake Y, Ohyama M, Toda I, Takano Y, Ono M, Shinozaki N, Shimazaki J. Surgical reconstruction of the ocular surface in advanced ocular cicatricial pemphigoid and Stevens-Johnson syndrome. Am J Ophthalmol, 1996;122(1):38-52.
Prabhasawat P, Barton K, Burkett G, Tseng SC. Comparison of conjunctival autografts, amniotic membrane grafts, and primary closure for pterygium excision. Ophthalmology, 1997;104(6):974-85.
Choi YS, Kim JY, Wee WR, Lee JH. Effect of the application of human amniotic membrane on rabbit corneal wound healing after excimer laser photorefractive keratectomy. Cornea, 1998;17(4): 389-95.
Tseng SC, Prabhasawat P, Barton K, Gray T, Meller D. Amniotic membrane transplantation with or without limbal allografts for corneal surface reconstruction in patients with limbal stem cell deficiency. Arch Ophthalmol, 1998; 116(4):431-41.
Shimazaki J, Shinozaki N, Tsubota K. Transplantation of amniotic membrane and limbal autograft for patients with recurrent pterygium associated with symblepharon. Br J Ophthalmol, 1998;82(3): 235-40.




© 2000 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline