Article

PDF
Access to the PDF text
Service d'aide à la décision clinique
Advertising


Free Article !

Journal Français d'Ophtalmologie
Vol 23, N° 7  - septembre 2000
p. 735
Doi : JFO-09-2000-23-7-0181-5512-101019-ART14
PLANCHE ANATOMO-CLINIQUE

La dystrophie d'Avellino
Critères diagnostiques modernes
 

P. Dighiero [1], P. Ellies [1], S. Valleix [2], F. D'Hermies [1], M. Savoldelli [1], Y. Pouliquen [1], J.-M. Legeais [1], G. Renard [1]
[1] Service d'Ophtalmologie, Hôtel Dieu, 1, place du Parvis Notre-Dame, F-75181 Paris cedex 04.
[2] Laboratoire de Biochimie Génétique, Groupe Hospitalier Cochin 27, rue du Fg Saint-Jacques, 75014 Paris.

Abstract
Avellino corneal dystrophy

We report a French family suffering from an Avellino corneal dystrophy diagnosed by using clinical, histological, ultrastructural and genetics findings. Our results indicate that direct corneal examination and routine histological examinations must always be associated with an assay for BIGH3 gene mutations to establish a modern and unambiguous diagnosis of a corneal dystrophy.

Abstract
La dystrophie d'Avellino

Nous décrivons une famille française présentant une dystrophie d'Avellino diagnostiquée grâce à la clinique, l'histologie, l'ultrastructure et la génétique. Une parfaite corrélation de ces quatre critères est maintenant obligatoire pour obtenir un diagnostic indiscutable de dystrophie de cornée héréditaire.


Mots clés : Dystrophie de cornée. , kérato-épithéline. , Avellino. , gène BIGH3.

Keywords: Avellino corneal dystrophy. , kerato-epithelin. , BIGH3 gene.


INTRODUCTION

La dystrophie d'Avellino est une dystrophie cornéenne autosomique dominante encore mal connue en France puisqu'avant l'utilisation de l'outil génétique aucun cas n'avait été rapporté avec ce diagnostic. La première description clinique de cette dystrophie date de 1988 [ [1]] et la connaissance de la mutation génétique en cause date de 1997 [ [2]]. Lors d'une vaste enquête génétique menée dans notre service et portant sur les dystrophies de cornée stromales héréditaires nous avons pu poser de façon formelle le diagnostic d'Avellino au sein d'une famille Française sans ancêtres connus d'autres nationalités.

CAS CLINIQUE

Madame B., âgée de 51 ans, consulte en 1994 pour baisse d'acuité visuelle bilatérale liée à des dépôts cornéens figure 1

. Son acuité visuelle est à cette époque de 4/10, P3 à droite et de 5/10, P2 lent à gauche. Cette baisse d'acuité visuelle a été progressive depuis une quinzaine d'années. De rares épisodes d'érosions épithéliales récidivantes sont retrouvés à l'interrogatoire. Le reste de l'examen ophtalmologique est normal en dehors d'une photophobie modérée. Son frère âgé de 49 ans ainsi que son fils âgé de 23 ans présentent une dystrophie cornéenne bilatérale. Le diagnostic porté à ce moment est celui de dystrophie de Groenouw I atypique. En 1995 une kératoplastie transfixiante est pratiquée sur son oeil droit. Le bouton cornéen est analysé en histologie classique ainsi qu'en microscopie électronique.

En histologie classique de routine, les dépôts cornéens peuvent être localisés dans tout le stroma cornéen figure 2

. Les dépôts de grande taille sont aussi bien colorés en rouge pourpre après trichrome de Masson (témoignant ainsi de leur caractère granulaire), qu'en orange après coloration au rouge Congo. Quelques petits dépôts fusiformes présentent aussi une couleur orangée. Les dépôts sont verts fluorescents après coloration par Thioflavine T et sont biréfringents en lumière polarisée.

La microscopie électronique à transmission permet d'analyser la structure des dépôts. On peut observer la coexistence de dépôts qui ont l'aspect de bâtonnets polyédriques de 100 à 500 mm de large, comme ceux rencontrés au cours de la dystrophie de Groenouw I, ainsi que des dépôts amyloïdes se présentant sous la forme de groupements de fibrilles linéaires non ramifiées de 7,5 à 10 nm de diamètre, comme ceux rencontrés au cours de la dystrophie grillagée de type I figure 3

. La coexistence de structures granulaires et amyloïdes au sein d'un même dépôt permet d'expliquer les caractéristiques tinctoriales observées en histologie classique.

En 1998, nous avons procédé à l'analyse génétique des mutations de la kérato-épithéline. Brièvement, après extraction de l'ADN des leucocytes sanguins, les exons 4 et 12 du gène BIGH3 ont été amplifiés par PCR (polymerase chain reaction) et les produits ont été directement sequencés. Chez la patiente ainsi que chez son frère et son fils, une mutation R124H du gene BIGH3 définie par le remplacement d'une arginine par une histidine sur le codon 124, a pu être détectée. Cette mutation signe le diagnostic de dystrophie d'Avellino [ [1]], [ [3]]. Tous les patients analysés avaient donné leur consentement éclairé avant l'analyse génétique.

DISCUSSION

C'est en 1988 que Folberg décrit pour la première fois cette dystrophie comme une entité à part et lui donne le nom d'Avellino, qui était le nom du village d'origine de l'ancêtre commun aux patients étudiés. Depuis cette date, d'autres familles sans ancêtres italiens ont été décrites [ [5]].

Notre patiente, s'est révélée être la cousine d'une patiente dont la cornée avait déjà été étudiée en 1982 par Pouliquen

et coll.

[ [4]]. Les auteurs avaient déjà à l'époque rapporté la coexistence de ces deux types de dépôts granulaires et amyloïdes grâce à la microscopie électronique à transmission.

Nous rapportons ici la première famille française avec un diagnostic de certitude grâce à la corrélation des aspects cliniques, histologiques et génétiques. Ce cas illustre de manière nette que le diagnostic moderne d'une dystrophie cornéenne familiale liée à la kérato-épithéline doit toujours associer la clinique, l'histologie classique et l'ultrastructure chez au moins un membre de la famille, ainsi que la recherche des mutations de la kérato-épithéline [ [3]].

CONCLUSION

La dystrophie d'Avellino est une dystrophie cornéenne rare, autosomique dominante, liée à une mutation de la kérato-épithéline, qui se présente dans les premiers stades comme une dystrophie granulaire (Groenouw I) atypique, avant que les dépôts ne prennent leur aspect caractéristique en grillage. Dans les stades précoces seul le diagnostic génétique permet d'affirmer le diagnostic et doit donc être proposé systématiquement aux patients car cette dystrophie présente une évolution lente, ne rendant nécessaire une greffe de cornée que vers la soixantaine.

Références

[1]
Folberg R, Alfonso E, Croxatto JO, Driezen NG, Panjwani N, Laibson PR et al. Clinically atypical granular corneal dystrophy with pathologic features of lattice-like amyloid deposits. A study of these families. Ophthalmology, 1988;95:46-51.
[2]
Munier FL, Korvatska E, Djemai A, Le Paslier D, Zografos L, Pescia G et al. Kerato-epithelin mutations in four 5q31-linked corneal dystrophies. Nat Genet, 1997;15:247-51.
[3]
Dighiero P, Ellies P, Grateau G, D'Hermies F, Pouliquen Y, Legeais JM, et al. Mise au point sur les dystrophies de cornée. J Fr Ophtalmol, 1999;22:226-33.
[4]
Pouliquen Y, Dhermy P, Petrousos G, LeHoang P. Dystrophie granuleuse (Groenouw I) de la cornée et amylose. Bull Soc Ophtalmol Fr, 1982;82:295-8.
[5]
Dolmetsch AM, Stockl FA, Folberg R, Gensini I, Burnier MN, Jr. Combined granular-lattice corneal dystrophy (Avellino) in a patient with no known Italian ancestry. Can J Ophthalmol, 1996;31:29-31.




© 2000 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
EM-CONSULTE.COM is registrered at the CNIL, déclaration n° 1286925.
As per the Law relating to information storage and personal integrity, you have the right to oppose (art 26 of that law), access (art 34 of that law) and rectify (art 36 of that law) your personal data. You may thus request that your data, should it be inaccurate, incomplete, unclear, outdated, not be used or stored, be corrected, clarified, updated or deleted.
Personal information regarding our website's visitors, including their identity, is confidential.
The owners of this website hereby guarantee to respect the legal confidentiality conditions, applicable in France, and not to disclose this data to third parties.
Close
Article Outline
You can move this window by clicking on the headline